France

« Quand on vient de l’étranger, on a un autre regard sur le pays » : en Allemagne, l’immigration source de renouveau de l’économie

D’origine syrienne, turque, ou autres, les entrepreneurs étrangers représentent un réel potentiel outre-Rhin. En témoignent les succès exceptionnels de BioNTech et Auto1. Cette réussite relance le débat sur l’apport des immigrés en matière d’innovation.

Article réservé aux abonnés

Tarek Roukum se souvient parfaitement du jour où il a eu son rendez-vous à l’ambassade de Damas, afin d’obtenir son visa pour l’Allemagne. « C’était le 15 décembre 2011. C’était le dernier jour où nous avons eu une ambassade allemande en Syrie », raconte-t-il en anglais, dans un entretien vidéo. L’homme de 32 ans a pu partir juste à temps pour poursuivre en Allemagne des études de médecine qu’il avait commencées à l’université Jami’t Al-Ba’ath, à Homs, en 2006.

« J’ai eu de la chance. Le plus difficile a été de retourner en Syrie pour obtenir un visa longue durée, alors que la guerre avait déjà commencé. » Fin 2012, il y parvient enfin. Doté d’une bourse, il s’inscrit à l’université de Greifswald (Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, nord), au bord de la Baltique, où il soutient sa thèse de médecine en pharmacologie clinique. « Je voulais obtenir un bon diplôme de médecine en Allemagne. Mais je savais aussi que la médecine n’était qu’un début. »

Lire aussi

Le Syrien nourrit le rêve de fonder une start-up. « Je suis créatif, j’aime les idées nouvelles. Mais au début, je ne savais même pas ce qu’était un fonds de capital-risque ! », se remémore-t-il en riant. Il quitte alors l’hôpital où il exerce, passe deux ans dans un fonds d’investissement en Belgique, avant de retourner en Allemagne pour concrétiser une idée qui lui semble porteuse : créer une plate-forme de suivi à distance des patients atteints de maladies chroniques dans les pays en développement. Avec l’aide d’un programmeur égyptien installé à Munich et rencontré sur les réseaux sociaux, il développe son application, Kanzi, et recrute ses premiers clients.

Moins d’aversion pour le risque

« Nous avons déjà une base de 7 000 patients arabophones, mais nous n’avons pas encore créé d’entreprise. Les démarches administratives en allemand sont très compliquées », concède-t-il. « J’ai hésité, bien sûr, à aller aux Etats-Unis. Mais en Allemagne, j’ai été attiré par le fait qu’il y a un bon système pour demander la nationalité allemande, que j’ai obtenue il y a deux ans [en 2019]. Cela donne une grande sécurité. Le besoin de sécurité, la capacité à trouver un emploi rapidement, pour un immigrant, ce sont les deux priorités de base. Sur ce plan, l’Allemagne est très attractive », assure Tarek.

Les modèles d’entrepreneurs d’origine étrangère outre-Rhin sont aujourd’hui loin de se limiter aux secteurs de la construction ou de la gastronomie

Depuis quelques jours, Tarek n’est plus seul pour développer sa start-up. Il a postulé avec succès à un programme d’accompagnement d’entrepreneurs d’origine étrangère, fondé par le fonds de capital-risque berlinois Earlybird. Baptisé « Vision Lab », il vise à recruter des équipes d’entrepreneurs étrangers porteurs de projets technologiques à un niveau précoce de développement. Ces fondateurs reçoivent une aide administrative, un tutorat de la part d’entrepreneurs chevronnés, des contacts et un premier financement de 25 000 euros.

Il vous reste 70.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Football news:

Ibra sera déchiré entre les matches et le Festival de San Remo. 4 soirées musicales et 2 matchs en 6 jours
Le champion de Chine Jiangsu Sundin a annoncé la cessation d'activité. Inter possède la même société
L'ex-gardien de but de l'équipe d'Argentine Cavallero a été abattu à mort par un homme
Schalke a limogé l'entraîneur-chef Gross et le directeur sportif. La commande agit de la dernière en Bundesliga
Werner à propos de Chelsea: La période où je n'ai pas marqué a été la pire de ma carrière
Ole-Gunnar sulscher: Vous êtes au mauvais endroit si vous êtes à Manchester United et aimez perdre. Je suis peut-être le pire perdant du Club
Les masques du Barça sont reconnus comme les meilleurs en Espagne. Efficacité-94%