France

Retraites : "Si je ne manifeste pas maintenant, je serai catastrophé si cette réforme passe"

REPORTAGE

Alors que la réforme des retraites est présentée vendredi au conseil des ministres, plusieurs manifestations se déroulent dans les grandes villes du pays. La mobilisation dure maintenant depuis plus de 50 jours et une nouvelle journée d'action est déjà annoncée pour le 29 janvier.

À Paris, la foule se frottait les mains pour se réchauffer à la mi-journée. Le cortège s'est élancé sur le boulevard Sébastopol, direction la place du Châtelet, puis les quais de Seine jusqu'à la place de la Concorde. Les principaux leaders syndicaux étaient réunis. "Ce qu'on demande c'est le retrait d'un projet dont les citoyens ont compris une seule chose : on va travailler au moins jusqu'à 64 ans et pour beaucoup bien plus tard", a déclaré Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, au micro d'Europe 1.

"Ce projet est néfaste pour l'avenir des retraites", a renchéri Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière, avant d'évoquer les prochains jours de mobilisation. "Le projet du gouvernement est examiné aujourd'hui au conseil des ministres, on va rentrer dans une phase de débat parlementaire, on examinera les formes de la mobilisation que l’on pourra mettre en place."

Un millier de personnes à Nice

À Nice, plus d'un millier de personnes ont défilé dans le centre jusqu'à la promenade des Anglais. Parmi elles, Foued, qui ne veut "pas de compromis aujourd'hui" car "la bataille est dans la rue". Lionel parle quant à lui d'une manifestation vécue comme une nécessitée : "Si je ne fais pas ça maintenant, je serai catastrophé si cette réforme passe !"

Différents corps professionnels défilaient ensemble. Aux côtés des professeurs, des cheminots et des fonctionnaires se trouvaient les salariés de l'énergie et de la santé ainsi que les avocats. Tous promettent d'être à nouveau dans la rue mercredi 29 janvier.