L’Alliance de la presse d’information générale, qui regroupe 300 titres nationaux et régionaux, incite ses membres à nommer explicitement le média qui a sorti une information dans l’article qui la reprend, et en permettant d’y avoir accès. Remarquant que, « à de trop nombreuses reprises », ces « règles de bases permettant la traçabilité de l’information n’étaient pas toujours respectées », l’Alliance a rédigé une « charte de la traçabilité de l’information » en juillet 2019. Elle a publié, jeudi 17 septembre, la liste de la trentaine d’éditeurs, représentant une soixantaine de journaux nationaux et régionaux, qui l’ont signée.

Ces premiers signataires, dont Bayard (éditeur de La Croix), Le Figaro, Libération, 20 minutes, Ouest-France, La Voix du Nord ou Sud Ouest, s’engagent à donner « explicitement » et en « haut de l’article » le nom du média à l’origine d’une information exclusive, ainsi que de tous ceux qui lui ont apporté des éléments nouveaux, en proposant des liens vers ces sources sur le Web. Pour veiller à son application, les différents titres devront mettre en place une communication « claire » pour partager ces bonnes pratiques en interne et fournir à l’Alliance le nom d’une personne à contacter en cas de manquement.

« Aujourd’hui, des pratiques qui ne respectent pas la déontologie journalistique, qu’elles soient le fait de sites ou de plateformes mondiales, mettent en difficulté le modèle économique des entreprises de presse », explique l’Alliance. L’information est « coûteuse à produire » et a une « valeur », donc « un prix », rappelle-t-elle. Or, comme le montrait en 2017 une étude menée par l’économiste Julia Cagé, « le scoop » qui se « monnayait et durait vingt-quatre heures » aux grandes heures de la presse, se retrouve aujourd’hui « en moins de trois heures sur un autre site », sans que le média qui en est à l’origine soit toujours cité. L’étude révélait aussi que « 64 % de l’information publiée en ligne » en 2013 correspondait à du copié-collé pur et simple », seuls 21 % des articles étant entièrement originaux.

À travers cette initiative, l’Alliance invite ses membres à entrer dans un cercle vertueux consistant à produire plus d’informations originales pour gagner en visibilité, fiabilité et confiance du lecteur.