France

« Soldat augmenté » : l’armée entre éthique et performance

Le ministère des armées peut-il s’autoriser à « doper » ses soldats ?

Tenir les militaires éveillés, les rendre plus résistants à la fatigue et plus vigilants, augmenter leur efficacité : toutes les armées du monde cherchent depuis longtemps à accroître les performances de leurs soldats. Le premier rapport pour avis du comité d’éthique de la défense porte sur cette question du « soldat augmenté ». C’est-à-dire des techniques ou pratiques, médicales ou non, qui amènent à franchir la barrière corporelle afin d’accroître les capacités physiques, cognitives, perceptives ou psychologiques des militaires.

Quelles techniques ou pratiques existent déjà ?

Des techniques mécaniques – exosquelettes, lunettes de vision nocturne, robots d’assistance – existent déjà pour aider physiquement les soldats à se déplacer, grimper et porter leur équipement ou des charges lourdes. Les vaccins et les médicaments antipaludéens permettent par ailleurs aux militaires d’évoluer dans des zones tropicales.

Des substances stimulantes, comme des comprimés à la caféine à effet prolongé, peuvent aussi être utilisées. Lors de la guerre du Golfe, en 1991, puis lors de l’opération « Harmattan » en Libye, en 2011, et du lancement de « Serval » au Mali, en 2013, les aviateurs français y ont eu recours afin de tenir plus longtemps éveillés en mission. Cet usage est strictement encadré par les médecins de l’armée française. Et la limite est claire : pas question d’utiliser d’autres substances, comme des amphétamines, ainsi que le firent les soldats américains pendant la guerre du Vietnam.

Quelles pourraient être les évolutions ?

Le comité d’éthique a particulièrement réfléchi à la question des « augmentations invasives ». Il s’agit des techniques biomédicales modifiant le corps humain, par exemple une opération des yeux ou des oreilles pour accroître les aptitudes, ou une pose d’implant corporel, sorte de GPS pour géolocaliser un soldat ou collecter ses paramètres physiologiques.

« Rien de tout cela n’est fait dans les forces françaises », affirme avec insistance à La Croix le cabinet de la ministre des armées. Pour maintenir une supériorité opérationnelle, le ministère doit cependant explorer des nouveaux champs auxquels l’ennemi pourrait recourir. Pour cette prospective, le comité d’éthique a là encore tracé des limites à ne pas dépasser. À commencer par « le respect de la dignité humaine et l’interdiction des pratiques eugéniques et génétiques », souligne le cabinet de la ministre.

L’organisme a aussi formulé des recommandations : évaluer les impacts des « augmentations invasives » sur la santé physique et morale des militaires, ainsi que les risques d’addiction lors de leur retour à la vie civile ; analyser les rapports bénéfices-risques ; et envisager des alternatives pour chaque technique. Par exemple, au lieu d’implanter une puce RFID (radio-identification), utiliser un bracelet à la même fonction.

Football news:

Incroyable temps de Loco: hardiment sorti du pressing, fiable par derrière et magnifiquement attaqué par Miranchuk
Semin sur le but de Miranchuk: Un magnifique début. Il sera au cœur de l'Atalanta, je n'en doute pas
Paulo dibala: j'ai toujours admiré Federer, j'essaie de ne pas rater ses matches
Barcelone va poursuivre un journaliste pour des propos racistes à l'encontre de faty
Frank Lampard: Mendy est notre premier numéro, mais tout le monde a le droit de prouver l'excellence de la compétition
L'Ancien président du Lokomotiv, Nikolai Naumov, a Commenté le match nul des cheminots face au Red Bull (2-2) lors du coup d'envoi de la phase de groupes de la Ligue des Champions
Le CSKA débute en Ligue Europa. Ils Vont Battre Wolfsberg?