France

Symptômes du coronavirus : comment bien identifier le virus ?

Symptômes du coronavirus : comment bien identifier le virus ? Les engelures, initialement associées au Covid-19, seraient finalement liées à l'accroissement de la sédentarité. Quelles sont les autres manifestations du virus ?

[Mis à jour le 19 mai 2020 à 14h30] Plusieurs articles scientifiques ont fait état d'un lien entre des cas d'engelures et une infection au nouveau coronavirus. Afin d'affirmer ou d'infirmer une possible corrélation, le Service de dermatologie des Cliniques universitaires Saint-Luc (Belgique) a porté une étude. 47 sujets, âgés de 26,5 ans en moyenne, ont été inclus à cette expérimentation. L'équipe de recherche a rapporté dans un communiqué que "plus de la moitié d'entre elles rapportaient avoir présenté d'autres manifestations suggestives du Covid-19 (notamment fièvre, toux, rhume, troubles digestifs)." Pour chaque patient, plusieurs examens ont été réalisés notamment des tests PCR et sérologiques de détection du Covid-19. Les scientifiques ont conclu que "les frottis nasopharyngés et les sérologies Covid-19 se sont révélés négatifs pour les 47 patients. L'étude n'établit donc pas d'association directe entre les engelures et le Covid-19." Les scientifiques ont avancé  "une autre hypothèse pour expliquer l'apparition des engelures chez ces personnes : le confinement et la sédentarité qu'il implique. L'immobilité peut en effet provoquer une diminution de la perfusion sanguine au niveau des membres, ce qui contribuerait au développement des engelures." 

Selon l'OMS, le temps d'incubation du virus - c'est-à-dire la durée entre la contamination et les premiers symptômes - oscille entre un et 14 jours. Dans des cas plus rares, les symptômes peuvent apparaître du jour au lendemain. Les premiers signes du virus sont : de la fièvre, une toux sèche et de la fatigue. Ces symptômes le plus souvent bénins apparaissent de façon progressive, parfois par une toux d'abord anodine, ou par un simple mal de tête. Certaines personnes atteintes du virus ont même parfois zéro symptôme. C'est la forme asymptomatique de cette maladie infectieuse.

Selon l'UNICEF "chez les enfants et les jeunes, les effets du virus sont relativement légers, une très faible proportion d'entre eux étant dans un état grave ou critique à cause du coronavirus." Dans la plupart des cas, l'infection est peu symptomatique voire asymptomatique. Si les jeunes enfants et les bébés sont moins touchés que les adultes par la Covid-19, ils peuvent être contaminés, et donc transmettre la maladie.

Pourtant, les pédiatres alertent sur l'apparition d'une affection proche de la maladie de Kawasaki, un syndrome vasculaire affectant les jeunes enfants, qui a d'ailleurs fait son premier mort en France le 14 mai. Les médecins ont fait savoir que la victime, âgée de neuf ans, avait contracté le coronavirus.  Les symptômes sont notamment des fortes douleurs abdominales, de la fièvre, de la diarrhée, des éruptions cutanées… Tous sont des symptômes communs avec la Covid-19. Parmi les quelques cas hospitalisés pour ces symptômes en Ile-de-France, certains ont été testés positifs au virus chinois. "Ils n'ont pas tous présenté des symptômes respiratoires typiques à la phase initiale. On les voit arriver dans un second temps avec des formes un peu plus frustres qui n'étaient pas décrites chez les enfants : des troubles digestifs, de la fièvre, détérioration de l'état général mais pas de notion forcément de détresse respiratoire", a expliqué sur RMC Pierre-Louis Léger, chef du service de réanimation néonatale pédiatrique à l'Hôpital Trousseau de Paris.

Comme pour la grippe saisonnières, la fièvre et les courbatures sont de symptômes très fréquents de la Covid-19. Le niveau de fièvre est variable d'un individu à un autre, mais généralement le coronavirus provoque une fièvre supérieure à 38°. Si vous voulez lutter contre la fièvre ou la douleur, préférez le paracétamol aux anti-inflammatoires et à l'ibuprofène, soupçonnés d'aggraver les symptômes en cas de coronavirus. En cas de doutes, restez chez vous et appelez votre médecin.

Les patients Covid+ présentent une toux sèche parfois grasse. Aurore Jégu-Pétrot, infirmière, a rapporté sur BFMTV que cette toux, si elle devient ingérable, doit alerte : "Quand tu vois que tu tousses à t'en étouffer tu te dis que tu vas avoir besoin d'aide respiratoire"... Pourtant, dans la majorité des cas, cette toux s'éteint d'elle-même. L'OMS conseille d'appeler votre médecin traitant si vous avez une toux sèche.

Plusieurs ORL ont alerté dès la mi-mars les autorités de l'apparition d'un nouveau symptôme : l'anosmie (perte d'odorat). Ces pertes d'odorat sembleraient être un symptôme pathognomonique, un signe clinique qui, à lui seul, permet d'établir le diagnostic. Ce symptôme est la seule présentation spécifique du nouveau coronavirus. Le Dr Corré, ORL à l'Hôpital-Fondation Rothschild à Paris, a théorisé : "Le virus SARS Cov-2 est attiré par les nerfs : quand il pénètre dans le nez, au lieu de s'attaquer à la muqueuse comme le font les rhinovirus habituels, il attaque le nerf olfactif et bloque les molécules d'odeur". Le médecin a assuré : "Dans le contexte actuel, si vous avez une anosmie sans nez bouché, vous êtes Covid positif, ça n'est pas la peine d'aller vous faire tester."

L’essoufflement est un autre symptôme du coronavirus qui peut être un signal d'aggravation de la maladie, qui s'attaque aux voies respiratoires et peut déboucher sur une pneumonie sévère. Cette complication survient chez certains patients à partir du septième jour, avec un regain de fièvre, parfois après une légère phase d'amélioration. L'essoufflement arrive souvent de manière subite et se constate au moindre effort physique, comme se déplacer ou montre les escaliers. Pour le détecter si vous avez un doute, mesurez votre fréquence respiratoire. Au delà des 20 à 25 respirations par minutes, il s'agit d'une la tachypnée (augmentation de la fréquence respiratoire) et il peut être conseillé de consulter un médecin si vous présentez d'autres symptômes.

Une étude chinoise, publiée dans l'American Journal of Gastroenterology, a disposé que les patients du coronavirus peuvent également être touchés par des troubles digestifs. L'étude rapporte que sur 206 cas de Covid-19 testés, dont la moyenne d'âge est de 55 ans, "près de la moitié (48,5 %) s'est rendue à l'hôpital pour des troubles digestifs divers tels que de la diarrhée (29,3 %), des vomissements (8 %) ou des douleurs abdominales (4 %)". Plus étonnant encore, quelques patients (sept) présentaient des troubles digestifs... mais pas de symptôme respiratoire, qui sont pourtant les signes les plus courants du nouveau coronavirus.

Des médecins généralistes et des dermatologues ont observé une augmentation de patients présentant des engelures et de l'urticaire. Selon le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV) ces symptômes pourraient être associés au nouveau coronavirus. "Au vu du nombre important de ce type de lésion en ce moment, il est certain que l'on doit évoquer la Covid dans ce cas particulier", a expliqué le Dr Luc Sulimovic, dermatologue en libéral et président du syndicat national des dermatologues-vénérologues au Quotidien du Médecin. Et de préciser : "Des patients sont asymptomatiques tandis que d'autres présentent des signes pulmonaires faibles". Le syndicat a souligné : "la contagiosité potentielle du patient si cet acrosyndrome se révélait un symptôme de la Covid-19."

L'infection liée au coronavirus devient inquiétante que les personnes "respirent plus rapidement que la normale", a rapporté le Dr Pauti, qui dit à ses patients d'appeler le 15 dès qu'elle perçoit un essoufflement. Ces aggravations brutales interviennent souvent entre le septième et le quatorzième jour. Elles se traduisent par une forme de pneumonie bilatérale, à l'aspect radiologique bien particulier. "Au scanner, on peut avoir la quasi certitude" qu'il s'agit de la Covid-19, a expliqué Pauline, médecin hospitalier en région parisienne. 

Jessica J Manson, spécialiste des phénomènes inflammatoires à l'University College Hospital de Londres, a estimé dans la revue médicale The Lancet : "Les preuves s'accumulent pour suggérer qu'une partie des patients souffrant de formes sévères de la Covid-19 sont sujets d'un syndrome de choc cytokinique." En théorie, en cas d'infection les cytokines permettent une régulation de l'action immunitaire. Or, avec "l'orage cytokinique", on observe un emballement de ce système qui débouche sur une réaction hyper-inflammatoire. 

Le nouveau coronavirus peut affecter les reins. Alan Kliger, néphrologue à la Yale School of Medicine, a chiffré dans le Washington Post : "Près de la moitié des personnes hospitalisées en raison de la covid-19 ont du sang ou des protéines dans leur urine." Plus alarmant, une enquête rapportée par le journal fait état que 14 à 30% des patients en soins intensifs à New-York et à Wuhan (Chine) perdent leur fonction rénale et nécessitent une dialyse. Les individus atteints de maladies rénales sont plus sujets à ces aggravations. En effet, ils présentent souvent des problèmes de diabète, d'hypertension ou des maladies cardiovasculaires. Pourtant, le Dr Brad Rovin, directeur du département de néphrologie à l'université d'État de l'Ohio, a notifié à RFI que "de nombreux cas qui n'avaient jamais eu de maladie du rein avant, développent de graves lésions rénales." Il a expliqué : "En fonction de la gravité et de la durée de l'infection pendant leur combat contre la Covid-19, ces patients peuvent développer une insuffisance rénale chronique." Le Dr Brad Rovin a souligné : "Je pense que nous verrons les conséquences de cette maladie dans les services de néphrologie sur le long terme." 

Certains patients atteints de la Covid-19 présentent des troubles neurologiques. Une étude publiée dans la revue de l'Association de médecine américaine (Jama) fait état que sur 214 patients chinois 36% présentaient des symptômes neurologiques, allant de la perte d'odorat à des douleurs nerveuses, et jusqu'à des crises convulsives et des accidents vasculaires cérébraux. Si ces pertes de repères sont parfois dues au manque d'oxygène dans le sang, certains professionnels de santé évoquent d'autres hypothèses. La première est conséquente à une réponse immunitaire anormale — un "orage de cytokine" — qui provoque une inflation au cerveau appelée encéphalite auto-immune. La seconde est une infection directe du cerveau : une encéphalite virale. Afin de connaître l'origine de ces troubles un projet de collecte de données est en cours.

Par ailleurs, des médecins américains ont constaté une augmentation des accidents vasculaires cérébraux (AVC) chez des patients Covid+ jeunes et d'âge moyen. Afin de documenter ce phénomène, le Washington Post a rapporté que trois grands centres médicaux américains se préparent à publier des données. Pascal Jabbour, neurochirurgien à l'hôpital Thomas Jefferson, a déclaré que de nombreux cas présentent des caractéristiques inhabituelles. Généralement les caillots apparaissent dans les artères qui transportent le sang loin du cœur. Or, chez les malades de la Covid-19, les caillots se forment également dans les veines et sont plus difficiles à traiter. Sherry H-Y Chou, neurologue à l'hôpital universitaire de Pittsburgh, a émis l'hypothèse que ces affections seraient conséquentes à "un tir ami", c'est-à-dire à une réponse immunitaire disproportionnée. Si vous constatez des symptômes d'un AVC (étourdissements ; engourdissement et affaissement d'une partie du visage, d'un bras, d'une jambe ou d'une partie du corps ; problèmes d'élocutions...) contactez le 15 au plus vite.

Le coronavirus peut entraîner différents niveaux de séquelles. Xavier Lescure, professeur et infectiologue à l'hôpital Bichat à Paris, a expliqué sur FranceInfo : "On ne pense pas qu'il y ait des séquelles pour les personnes qui ont eu de faibles symptômes". En revanche, chez les patients lourdement atteints, les conséquences seront indélébiles. Les poumons sont les premiers organes affectés. Une vidéo 3D (réalisée par des chercheurs de l'hôpital universitaire George Washington aux Etats-Unis) révèle que le tissu pulmonaire est très largement endommagé chez les patients sévèrement atteint. Keith Mortman, chef du service de chirurgie thoracique, a théorisé : "Quand cette inflammation se réduit, elle laisse des cicatrices sur les poumons et crée des dégâts à long terme. Cela peut détériorer les capacités respiratoires d'un patient dans le futur." Les autopsies confirment que les patients grièvement touchés développent des fibroses pulmonaires. Xavier Lescure a expliqué : "On voit que les personnes qui décèdent ont de grosses lésions liées à des inflammations pulmonaires."

Le déconfinement s'est accompagné d'une nouvelle procédure pour les personnes symptomatiques de la Coivd-19. "Si vous présentez des symptômes évocateurs d'une infection au Covid-19 (toux, fièvre, gêne respiratoire, perte de goût ou de l'odorat), il faut agir, n'attendez pas que cela passe. Contactez immédiatement votre médecin ou contactez le 15 pour qu'il vous oriente vers un médecin disponible. Il vous posera alors des questions et vous prescrira, s'il estime nécessaire, un test de dépistage", avait indiqué, dans son intervention du 7 mai dernier, Olivier Véran. Dans l'attente des résultats, le malade potentiel doit s'isoler à son domicile ou à l'hôtel. Si le test se révèle positif, l'isolement devra se poursuivre "jusqu'à deux jours après guérison des symptômes, c'est-à-dire en moyenne pendant 8 à 10 jours", avait précisé le ministre de la Santé. 

Il est parfois délicat de savoir comment réagir face à des symptômes évocateurs de la Covid-19. Pour pallier certaines interrogations, le Gouvernement a mis en ligne un questionnaire pour orienter au mieux les malades potentiels. Avec le même objectif de rassurer les malades, l'Agence national du médicament (ANSM) a de son côté mis en ligne un questionnaire simple qui permet de connaître les effets d'un traitement sur le virus chinois. La plateforme AlloCovid, lancée fin avril, est un outil qui permet d'aiguiller les malades. Disponible par téléphone, au 0 806 800 540 (prix d'un appel local), ce service ne nécessite pas de smartphone ou d'une connexion internet. Un bot téléphonique vous pose une série de questions, souvent fermées, sur votre état général. AlloCovid "permet, via un questionnaire de trois minutes maximum, à tout citoyen d'être informé et bien orienté, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, sur ce qu'il doit faire en cas de symptômes, rester chez lui, appeler son médecin traitant ou, si besoin, d'appeler sans attendre le 15", a expliqué, au Parisien, le professeur Xavier Jouven, cardiologue et chercheur à l'Inserm.

Football news:

Entraîneur d'Orenbourg Pro 0-1 avec Rubin: Moralement dévasté, on aurait pu faire match nul
Quique Sétien: Griezmann a fait un excellent match, a bien compris Messi, a marqué un beau but. On a changé quelque chose
Président du Barça sur le match du Real Madrid: le VAR est toujours favorable à une équipe. J'ai la sensation désagréable
Faty a marqué le 9000e but de l'histoire de Barcelone
Griezmann a marqué pour la première fois depuis février en Liga depuis le transfert de Messi
Suarez est arrivé à la 3e place dans la liste des meilleurs buteurs du Barça dans l'histoire
Guardiola a perdu 3 matches de championnat consécutifs pour la première fois de sa carrière