France

« Taxer le carburant du transport aérien est souhaitable à l’échelle européenne »

Abonnez-vous à partir de 1 €

Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

Participez à des événements artistiques et culturels partout en France.

Dans la même rubrique

Les abonnés lisent aussi...

L’économiste Jacques Le Cacheux rappelle, dans une tribune au « Monde », que la meilleure taxe carbone est celle qui aboutit à un prix unique par tonne de carbone, car elle évite les distorsions entre moyens de transports.

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

« En pourcentage du prix des billets d’avion, la taxe envisagée est imperceptible : 0,3% du tarif le plus bas d’un aller simple en classe économique sur un vol intérieur de la compagnie nationale ; à peine 1 % du tarif le plus bas pour un aller en classe affaires Paris-Tokyo. » Images Etc Ltd/GO Stock / Photononstop

Tribune. Le jour où le gouvernement français s’est prononcé en faveur du déremboursement des médicaments homéopathiques, il a, en revanche, persisté dans son recours à l’homéopathie climatique. La ministre des transports, et désormais de la transition écologique et solidaire, a en effet annoncé l’institution, dans le projet de loi de finances pour 2020, d’une taxe sur le transport aérien de passagers au départ des aéroports français.

Présentée comme progressive – 1,50 euro par passager pour un vol intérieur en classe économique, et jusqu’à 18 euros pour un vol en classe affaires vers une destination extra-européenne –, cette taxe est censée rapporter environ 180 millions d’euros par an, qui seront affectés au financement d’infrastructures de transports collectifs « propres » (c’est-à-dire peu émetteurs de gaz à effet de serre, essentiellement le ferroviaire, trains, TER et trams).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi

Rien à voir, apparemment, entre ces deux décisions ? Les économies réalisées par la Sécurité sociale grâce à la première devraient être du même ordre de grandeur que les recettes procurées par la seconde. Mais surtout la taxe sur le transport aérien annoncée relève vraiment de l’homéopathie climatique.

Quel effet attendre d’une telle taxe ? Aucun, probablement, car son montant est ridiculement faible : 1,50 euro sur un aller simple Paris-Pau en classe économique correspond à une taxe d’environ 9 euros par tonne de CO2 émise ; 18 euros sur un aller simple Paris-Tokyo en classe Affaires correspondent à environ 3 € la tonne de CO2 émise. Bien loin des 27 euros par tonne de CO2 qu’atteint actuellement le prix du carbone sur le marché européen des quotas d’émission (auxquels sont soumis les industriels gros émetteurs) ou des 44,60 euros par tonne de CO2 que représente aujourd’hui la composante carbone de la Taxe intérieure sur la consommation sur les produits énergétiques (TICPE) frappant les carburants automobiles en France.

Un effet marginal

En pourcentage du prix des billets d’avion, la taxe envisagée est presque imperceptible : 0,3 % du tarif le plus bas d’un aller simple en classe économique sur un vol intérieur de la compagnie nationale ; à peine 1 % du tarif le plus bas pour un aller en classe affaires Paris-Tokyo. Encore faut-il postuler, pour qu’une telle taxe ait une incidence sur les choix des voyageurs, qu’elle sera intégralement répercutée par les compagnies aériennes sur les prix de vente des billets, ce qui est peu probable.

Football news:

Piqué sur La Liga: le Barça n'aime pas être à la traîne, mais nous avons fait de notre mieux pour faire la différence
Pep Pro 0-1 avec Southampton: City a aimé le Jeu, mais ce n'est pas suffisant pour gagner
Mandžukić est intéressé par Fenerbahçe et Galatasaray. Il est également revendiqué par Loco et Milan
Messi veut terminer sa carrière au Barça. Bartomeu pense que Leo ne partira pas dans un an
Gasperini sur l'Atalante: nous Voulons aller en Ligue des Champions et battre le record du Club de points en Serie A
Hamez pourrait quitter le Real Madrid pour 25 millions d'euros. Il y a un an, l'Atlético et le Napoli lui offraient entre 45 et 50 millions de dollars.Le milieu de terrain du Real Madrid, Hamez Rodríguez, devrait changer de Club à la fin de la saison
Gattuso à propos de Napoli: Nous devons développer la mentalité des gagnants