France

Tourisme durable : l’Hérault, meilleur élève d’Occitanie

Le palmarès national de la Clef Verte, premier label de tourisme durable au monde pour les hébergements touristiques, a été dévoilé à Capestang. Une reconnaissance pour ces professionnels qui s’engagent pour réduire l’impact sur l’environnement.

Chacun a un rôle à jouer pour lutter contre la crise climatique et pour préserver la biodiversité. Le tourisme comme les autres secteurs économiques, lui qui serait responsable de 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre !

Camping, hôtels, chambres d’hôtes, gîtes, restaurants… peuvent adopter de bonnes pratiques pour économiser l’eau, l’énergie, trier les déchets, utiliser des produits d’entretien non polluants, effectuer des achats responsables… Mises bout à bout, elles ont un véritable impact sur l’environnement.

Pour se faire aider, les professionnels du tourisme peuvent se faire accompagner par des labels. Les plus répandus en France sont Clef Verte, Eco-Gîte, Gîte Panda et Hôtels au naturel dans les Parcs régionaux et l’Ecolabel européen.

En bref

● Le palmarès héraultais 

Campings : Californie Plage à Vias. Campotel Castelsec à Pézenas. Domaine d’Anglas à Brissac. Écolodge les Cigales à Pézenas. Les Amandiers à Castlenau-deGuers. Le Garel à Poussan. Les Cerisiers du Jaur à SaintPons-de-Thomières. Sunêlia Domaine de la Dragonnière à Vias.

Chambres d’hôtes : Le Cadran solaire à Cabrières. Domaine de Selhac à Frontignan. Rivages à Sète.

Gîtes et meublés : Frédéric Revilla et au milieu coule un ruisseau à Berlou. La voix du ruisseau à Graissessac. Domaine de Miravel à Vieussan. Nelly Buisson à Frontignan.

Hôtels : Capao Beach Hôtel à Agde. Eau thermale Avène Hôtel à Avène. Forme-Hôtel à Mauguio. Hôtel d’Aragon à Montpellier. Hôtel Neptune à Mauguio. Inter-Hôtel Ecoparc à Saint-Aunès. L’auberge du Cèdre à Lauret. Opéralia Hôtel Les Pins à Balaruc-les-Bains. La Citadelle Crowne Plaza Corum à Montpellier. Le domaine d’Ensérune à Colombiers. Les Chalets du Gua des Brasses à la Salvetat-sur-Agout.

● Comment identifier un hébergement durable

Pour savoir si un hébergement que vous avez repéré est durable, vous pouvez consulter son site pour voir s’il présente son engagement responsable et ses actions vertes ou bien s’il affiche une reconnaissance comme le label Clef Vert.

Vous pouvez aussi passer directement par les sites des labels ou par des sites de réservation spécialisés dans les hébergements responsables comme Vaovert, FairBooking, BookDifferent ou l’appli FairTrip. Pour aller plus loin : https://www.ademe.fr/labelsenvironnementaux.

La clientèle régionale représente 40 % de la consommation touristique

La Clef Verte, premier label de tourisme durable au monde pour les hébergements touristiques, les guide à travers une centaine d’actions autour des trois axes du développement durable : environnemental, social et économique.

Son palmarès national 2020 a été dévoilé récemment à Capestang. Le département de l’Hérault a été choisi car c’est le 3e, au niveau national, en nombre d’adhérents et le 1er en Occitanie.

Les 643 lauréats – qui représentent 23 millions de nuitées – se sont distingués par un engagement fort en faveur d’une pratique responsable de leurs métiers. En présence d’Hérault Tourisme et du Comité Régional du Tourisme Occitanie, la Clef Verte a remis le label aux établissements d’Occitanie. Les cinq régions du sud de la France représentent 57 % du palmarès.

120 critères impératifs ou optionnels

La Clef Verte est attribuée par un jury constitué d’experts du tourisme et de l’environnement. Leur autorité dans le domaine du tourisme et du développement durable représente un gage de confiance fort pour les professionnels engagés dans la démarche de labellisation Clef Verte et pour les touristes responsables.

En France, le label Clef Verte est déployé par l’association Teragir qui porte également les programmes Pavillon Bleu, Eco-Ecole, la Journée internationale des forêts et Jeunes reporters pour l’Environnement. Le label Clef Verte repose sur 120 critères qui sont impératifs, essentiels ou optionnels. Les candidatures 2020 sont ouvertes. Contact : www.laclefverte.org

Over-tourisme

Face au danger de l’over-tourisme, la préservation des destinations touristiques est un enjeu majeur pour les professionnels de l’hôtellerie-restauration. Une solution est de séduire une clientèle plus locale.

Ainsi Jean Pinard, directeur du Comité régional du tourisme, milite pour "un rééquilibrage entre les actions de marketing ciblant une clientèle lointaine et celles destinées à une clientèle régionale qui représente déjà 40 % de la consommation touristique".

Pascal Schmid, directeur d’Hérault Tourisme, seule agence de développement touristique d’Occitanie à soutenir le label Clef Verte, affirme que "l’Hérault est, déjà, très engagé dans le développement durable avec l’œnotourisme qui repose sur les circuits courts, les activités de pleine nature qui sont non émettrices de gaz carbonique et la politique des grands sites de France qui est l’excellence du tourisme durable".

Thierry Lerévérend, directeur général de l’association Teragir qui porte le label Clef Verte en France.
Thierry Lerévérend, directeur général de l’association Teragir qui porte le label Clef Verte en France. - Midi Libre - Sid MOKHTARI

Thierry Lerévérend : "Les enjeux sont à notre portée"

Thierry Lerévérend est le directeur général de l’association Teragir qui, en France, porte le label Clef Verte. Il insiste sur la nécessité de ne pas se décourager face à l’ampleur de la tâche.

Comment intervenez-vous auprès des professionnels ?

Avec le label Clef Verte, Teragir n’est pas là pour dénoncer ou, encore moins, culpabiliser les professionnels du tourisme. Mais pour les aider à trouver des solutions concrètes. Et ils ont un rôle majeur à jouer contre le réchauffement climatique. 643 établissements français labellisés Clef Verte, cela représente 23 millions de nuitées. C’est un impact en moins sur l’environnement.

La tâche est énorme !

Les enjeux sont, effectivement, vraiment importants, mais ils sont aussi à notre portée. Je crois que ce qui est important c’est d’être ensemble, de créer des partenariats, de la cohésion et ne pas rester seul. Car nous avons à faire face à un problème de société très complexe. Et on peut être découragé face à ce qui peut ressembler à un mur. Mais beaucoup de choses peuvent être réalisées de façon simple. L’important est de commencer à entrer en démarche. Même avec des choses simples, même si on garde des contradictions dans nos vies, nous devons tous commencer à agir.

De quelle façon ?

Parmi les deux grands dangers qui menacent la planète, il y a le dérèglement climatique et la perte de biodiversité. Eh bien si vous travaillez à des choses simples relatives à votre alimentation, vous agissez simultanément sur ces deux grands enjeux. Si vous aimez la viande, pas besoin de devenir végétarien, il suffit de réduire les quantités et, de temps en temps, de manger un repas végétarien. Il faudra veiller, aussi, à vous approvisionner en viandes locales. Et là, vous faites déjà des choses très importantes, sans un renoncement majeur à votre qualité de vie.