Blizzard, l'éditeur de WoW, a banni 74 000 comptes de bots. mais peine à endiguer le phénomène, qui bouscule le fonctionnement même du jeu et lui fait perdre des clients.

Le jeu World of Warcraft Classic a un gros problème de bots. Des personnages automatisés accaparent les ressources du monde virtuel et contrôlent l’économie du jeu. Comparés à une mafia par les joueurs, ils s’accordent pour fixer des prix au-dessus de la normale à l’hôtel des ventes, la plateforme de vente et d’achat d’objets virtuels entre joueurs. Ils créent ainsi un monopole qui leur permet d’échapper à la loi de l’offre et de la demande censée régir l’établissement des prix.

Si des sociétés déploient autant d’effort pour collecter des pièces d’or (PO), la monnaie de WoW, c’est parce qu’elles peuvent la convertir en monnaie réelle. Une recherche rapide sur Google nous donne accès à plusieurs services de conversion : de 2,60 à 5,00 euros les 100 PO, en fonction de la densité de la population sur le serveur. Bien sûr, la plateforme promeut un service « sécurisé » et garantit une livraison « en moins de 12 heures ».

.size-large.wp-image-5698{display:none;}
« Ces joueurs très dévoués font le donjon Stratholme depuis plus de 14 heures ! »  grince un membre du subReddit consacré à WoW Classic, en pointant les pseudonymes plus que suspicieux  // Source : Reddit

Ces services vont jusqu’à dégoûter certains joueurs, qui résilient leur abonnement (12,99 euros par mois). Ils causent donc un préjudice à Blizzard, l’entreprise éditrice de WoW. Mais si cette dernière constate également l’ampleur des dégâts, elle a du mal à réguler le phénomène. Le 18 juin, à l’occasion d’une vague de bannissement de 74 000 comptes très attendue par les joueurs, Blizzard a détaillé ses difficultés : «  Nous utilisons de puissants systèmes pour déterminer si le joueur suspect exploite une méthode de triche identifiable (…). Mais quand nous devons examiner un suspect et que nous détectons un comportement inhabituel, nous devons manuellement collecter des preuves sur le joueur accusé, ce qui peut être très chronophage et complexe.  »

Un phénomène régulier, mais hors de contrôle

Le problème des bots est régulier sur les jeux du genre MMO, mais il a atteint des proportions catastrophiques sur WoW Classic. Il faut dire que cette réédition à l’identique du jeu de 2004 est bâtie sur la collecte longue et laborieuse de quête et de ressources, qui demandent de se déplacer aux quatre coins du monde virtuel. La monture permettant de se déplacer rapidement coûte extrêmement cher et une pièce d’équipement peut requérir l’accomplissement de nombreuses quêtes et instances. Les joueurs nostalgiques n’ayant pas suffisamment de temps à investir, mais voulant accéder au contenu de fin de jeu paient en argent réel ces services frauduleux, qui leur permettent de prendre un raccourci.

Des menaces des morts à qui les empêchera leur collecte de pièces d’or

Mais le problème des bots s’étend au-delà de la monopolisation des ressources. Le site Wired relaie le témoignage de plusieurs joueurs bannis temporairement par Blizzard après s’être opposés à la présence des bots. Illogique ? Pas vraiment : le volume de signalement déposé par les bots excède celui déposé par les vrais joueurs…

Sur le subReddit consacré, certains joueurs racontent s’être fait menacer de mort par les administrateurs des bots, dont ils dérangeaient l’activité en tuant les personnages ou en essayant de les faire buguer. Des comportements qui viennent alimenter la comparaison avec la mafia : si un joueur ose perturber leur business, les opérateurs des bots passent aux menaces physiques dans la vie réelle.

L’événement le plus attendu du jeu va-t-il être gâché par des bots ?

En plus de bannir régulièrement des adresses IP, Blizzard tente d’affecter le business des bots avec des modifications. Ils ont par exemple augmenté le taux d’apparition d’une plante rare, le lotus noir. Mais rien n’y fait : les bots parviennent encore à avoir le monopole de la ressource.

Plus récemment, ils ont restreint l’entrée dans les instances du jeu (donjon et raid) à 30 par joueur et par jour. Cette limite très haute n’est atteignable que par un robot qui tournerait quasiment 24 heures sur 24.

La récente vague de bannissement massive arrive à point. L’événement de l’ouverture des portes d’Anh Qiraj, très attendu par les joueurs, puisqu’il couronne un seul et unique personnage d’un titre légendaire, aura bientôt lieu. Il consiste en une course à la collecte de ressources entre factions et entre joueurs, qui pourrait facilement être gâchée par les bots…