France

Valéry Giscard d'Estaing : l'ancien président est mort du coronavirus, dernières infos

Valéry Giscard d'Estaing : l'ancien président est mort du coronavirus, dernières infos GISCARD. L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre 2020, à l'âge de 94 ans. Selon la famille de VGE, la cause du décès serait liée à une infection au Covid-19...

L'essentiel

  • Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans d'après des informations d'Europe 1 confirmées par l'AFP ce mercredi 2 décembre 2020. Giscard est décédé "entouré de sa famille" dans sa propriété d'Authon dans le Loir-et-Cher, a appris l'agence de presse auprès de son entourage. Président de la République française entre 1974 et 1981, VGE était le plus ancien chef de l'Etat encore en vie. Ministre de l'Economie et des Finances sous de Gaulle (1962-1966), puis sous Pompidou (1969-1974) et donc 20e président de la République française, Valérie Giscard d'Estaing a connu les sommets de la vie politique. Sous sa gouvernance, plusieurs réformes auront été initiée et actée comme la majorité à 18 ans, contre 21 auparavant, le droit à l'IVG (Interruption volontaire de grossesse), ou encore l'assouplissement du divorce...
  • Valéry Giscard d'Estaing est mort des suites d'une infection au coronavirus. Près d'une heure après l'annonce, les causes du décès ont été précisées par la famille de l'ancien chef de l'Etat auprès de l'AFP. Selon son entourage, Valéry Giscard d'Estaing serait mort des suites du Covid-19. Ses obsèques se dérouleront "dans la plus stricte intimité, conformément à sa volonté", a aussi précisé sa famille dans un communiqué.
  • Valéry Giscard d'Estaing souffrait de problèmes de santé récurrents. Il avait été hospitalisé à la mi-novembre, au sein de l'établissement médical Trousseau, à Tours, à la suite d'une "insuffisance cardiaque". L'entourage de Valéry Giscard d'Estaing avait alors fait savoir que son état de santé ne devait pas engendrer d'inquiétudes majeures. Mi-septembre, une "légère infection aux poumons", avait déjà provoqué un séjour à l'hôpital, alors qu'il revenait d'un week-end dans son château d'Authon. Pris de difficultés respiratoires dans son appartement du XVIe arrondissement, VGE avait été admis au service de réanimation de l'hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris.
  • VGE avait effectué plusieurs autres séjours à l'hôpital précédemment selon son entourage, notamment pour la pose de stents, des dispositifs vasculaires chargés de rétablir la circulation artérielle. Le fils de Valéry Giscard d'Estaing, Louis Giscard d'Estaing, maire UDI de Chamalières près de Clermont-Ferrand, avait récemment indiqué à l'AFP que son père avait connu "des moments plus ou moins en bonne forme" ces derniers mois. Il estimait pourtant qu'il n'avait "pas de problème pour le moment" et qu'il était "en relative bonne forme pour quelqu'un de son âge".

En direct

"V. Giscard d’Estaing restera le Président de la modernité et de la réforme. Il a soulevé nos espoirs, il a créé notre admiration. Les jeunes et les femmes ont trouvé avec lui une place nouvelle dans la République. La Démocratie française s’est affirmée Europeenne...Le cœur gros!" a écrit l'ancien Premier ministre sur Twitter.

Après de Sénat, l'Assemblée. Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a rendu hommage sur Twitter à Valéry Giscard d'Estaing : "C’est avec émotion que j’apprends le décès du Président Valéry Giscard d’Estaing. L’idéal européen perd l’un de ses fondateurs, la France, un Président qui lui a apporté modernité et audaces : majorité à 18 ans, légalisation de l’IVG...", écrit l'élu breton.

François Bayrou, un des disciples de Giscard, qui a repris l'UDF après lui a réagi à la mort de VGE. Selon l'ancien ministre et actuel Commissaire au plan, Valéry Giscard d'Estaing "dominait par la vivacité de son intelligence et la force de ses intuitions".

Selon les images de Public Sénat, une minute de silence a été respectée dans le Palais du Luxembourg tard ce mercredi soir. Les quelques sénateurs encore présents ont rendu hommage à l'ancien chef de l'Etat alors que la séance n'était pas encore achevée.

Dans un texte publié sur Twitter, Nicolas Sarkozy a fait part de sa "grande tristesse" en apprenant la mort de VGE, un "homme qui aura toute sa vie œuvré au renforcement des liens entre les nations européennes, cherché et réussi à moderniser la vie politique et consacré sa grande intelligence à l’analyse des problématiques internationales les plus complexes". Selon l’ancien chef d’Etat, Giscard était un "homme qui a fait honneur à la France" et pour qui "j’ai éprouvé de l’admiration".

Pour Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, la France perd "un président qui lui a apporté modernité et audace". Le président de l'Assemblée nationale a exprimé sa tristesse sur Twitter après l'annonce de la mort de l'ancien président de la République, "un Homme d’État s’il en fut". "Sa fidélité à nos rendez-vous radiophoniques restera pour moi un motif de fierté. [...] L’idéal européen perd l’un de ses fondateurs, la France, un Président qui lui a apporté modernité et audaces : majorité à 18 ans, légalisation de l’IVG...", a-t-il publié.

C'est sans doute le "monopole du cœur" qui restera comme LA phrase culte de VGE dans la mémoire des Français. Face à François Mitterrand, en mai 1974, lors du débat en direct à la télévision, et tandis que son concurrent lui reprochait son "manque de cœur" ainsi qu'une "mauvaise redistribution des fruits de l’effort national", celui qui remporta finalement la présidentielle avait alors répondu : "Tout d'abord je trouve toujours choquant et blessant de s'arroger le monopole du cœur. Vous n'avez pas Monsieur Mitterrand, le monopole du cœur ! Vous ne l'avez pas... J'ai un cœur comme le vôtre qui bat à sa cadence et qui est le mien. Vous n'avez pas le monopole du cœur."

Près d'une heure après l'annonce de son décès, on en sait un peu plus sur les raisons de cette tragique nouvelle. Selon la famille de l'ancien président, Valéry Giscard d'Estaing serait mort des suites du coronavirus, a-t-on appris ce mercredi 2 décembre 2020. 

Rachida Dati a rappelé, ce mercredi sur Twitter, la modernité de VGE, qui a notamment participé à la légalisation de l'avortement. La maire du 7e arrondissement de Paris salue "son engagement en faveur de l’Europe, des droits des femmes, des droits des jeunes". "En gardant toujours à l’esprit cette certaine idée de la France qui nous manque tant aujourd’hui : c’était Valéry Giscard d’Estaing", a-t-elle ajouté.

02/12/20 - 23:41 - Valéry Giscard d'Estaing ou l'homme qui voulait "regarder la France au fond des yeux"

Comme tout homme politique, Valéry Giscard d'Estaing aura marqué les esprits par plusieurs phrases devenues cultes. Parmi elles, en 1974, une petite semaine seulement après la mort de Georges Pompidou, Valéry Giscard d'Estaing, alors "simple" ministre de l'Économie, avait pris la parole pour annoncer sa candidature à la présidentielle. "Je voudrais regarder la France au fond des yeux, lui dire mon message et écouter le sien", avait-il lâché. 

Au micro de BFM TV ce mercredi soir, peu après l'annonce de la mort de Valéry Giscard d'Estaing, le président du conseil régional de Normandie, Hervé Morin, a réagit à la triste nouvelle. "Il a été la plus grande intelligence que j'aie jamais rencontrée", a-t-il confié. Et de souligner : "Il a été l'homme de la modernisation de la démocratie française."

S'il était hospitalisé depuis le 15 novembre avant que l'on apprenne sa mort ce 2 décembre, deux mois plus tôt, à la mi-septembre, l'ancien président de la République avait d'ores et déjà fait un séjour à l'hôpital. Le lundi 14 septembre, le Samu s'était déplacé à son domicile alors que Valéry Giscard d'Estaing se plaignait de problèmes respiratoires. En pleine pandémie du coronavirus, un test avait rapidement été effectué et s'était révélé négatif. Toutefois, l'ancien chef de l'État avait été hospitalisé à l'hôpital Georges Pompidou dans le 15e arrondissement de Paris. Plusieurs sources, dont Le Parisien se faisait alors l'écho, avaient affirmé qu'il avait été placé en réanimation. Il était alors question d'une infection au poumon. 

Anne-Aymone Giscard d'Estaing aura tenu la main de son époux tout au long de sa carrière. La fille du lieutenant-colonel de cavalerie François de Brantes avait dit oui au jeune VGE en décembre 1952, juste après que celui-ci ait obtenu son diplôme de l'ENA. Après un mariage dans la mairie du 8e arrondissement de Paris, c'est dans la chapelle du château du Fresnes, dans le Loir-et-Cher, que le couple s'était lié à jamais quelques jours plus tard devant dieu. Comme le rappelle Voici, huit années séparaient l'époux de l'épouse. Anne-Aymone de Brantes était ainsi âgée de 18 ans lorsqu'elle a rencontré pour la première fois Valéry Giscard d'Estaing, alors âgé de 26 ans. Pourtant de nature timide et réservée, Anne-Aymone Giscard d'Estaing fut la première femme de président à prendre à bras le corps son rôle de première dame. Elle s'était alors engagée dans de nombreuses causes.

A 94 ans, Valéry Giscard d'Estaing était père de quatre enfants avec sa femme Anne-Aymone, qu’il a épousée en 1952. Née en 1953, Valérie-Anne était la première née de la fratrie. Elle entre au cabinet du ministre de la Culture en 1974 après des études à Sciences po. Elle sera successivement fondatrice d’une maison d’édition, d’une agence de photo et d’une galerie. Son frère Henri, le second, est également un ex-Sciences po. Il a occupé coup sur coup des postes de conseiller général du Loir-et-Cher, au sein de l’industrie agro-alimentaire, du Club Med et du Groupe Casino. Louis, né en 1958, est officier de réserve à Saumur, salarié du groupe LVMH et élu politique, notamment à la tête de la mairie de Chamalières depuis 2005. Quant à Jacinthe, la benjamine de la fratrie, elle a été vétérinaire avant de mourir à 57 ans des suites d’une longue maladie.

En août 1944, le jeune Giscard alors âgé de 18 ans participe à la libération de Paris. Il s’engage ensuite dans l’Armée française de la libération, où il reçoit la croix de guerre après huit mois de campagne. A la rentrée 1945, il réintègre le lycée Louis-le-Grand puis l’Ecole polytechnique dont il sort diplômé deux ans plus tard. Après plusieurs voyages aux Etats-Unis et au Canada, période durant laquelle il sera notamment professeur à Montreal, il rejoint les bancs de l’Ecole nationale de l’administration (ENA) et sort 6e de la promotion Europe.

LIRE PLUS

Valéry Giscard d'Estaing est un homme politique français, président de la République de 1974 à 1981. Issu des rangs de la droite, plusieurs fois ministre sous Charles de Gaulle et sous Georges Pompidou, il est aussi à l'origine de la création de l'Union pour la démocratie française (UDF), en 1978 , qui sera le principal parti centriste français durant les trente années suivantes, jusqu'à sa dissolution dans le MoDem. Candidat à sa réélection en 1981, il sera battu par le candidat du Parti socialiste François Mitterrand, faisant les frais des divisions de la droite et du centre et notamment de la candidature de son grand rival, Jacques Chirac, fondateur du Rassemblement pour la République (RPR) dès 1976.

Plus jeune président à l'Elysée à 48 ans, "VGE" tentera d'abord de mener une politique résolument tournée vers la modernité, avec une relance économique après le choc pétrolier et une orientation très libérale sur le plan sociétal, avec des réformes majeures telles que l'instauration de la majorité à 18 ans, l'assouplissement du divorce et surtout le droit à l'avortement (IVG). La seconde partie de son septennat sera marquée par un virage plus conservateur, austère sur le plan économique et sécuritaire. Pro-européen, Valéry Giscard d'Estaing sera aussi un acteur majeur de la construction européenne, y compris après son mandat. Mais il échouera à faire adopter son traité établissant une constitution pour l'Europe en France, lors d'un référendum en 2005. 

Valéry René Marie Georges Giscard d'Estaing naît le 2 février 1926 à Coblence (Allemagne). A 15 ans, il décroche un double bac, philosophie et mathématiques. À 18 ans, Valéry Giscard d'Estaing s'engage dans la Première Armée (campagne 1944-1945) où il reçoit la Croix de guerre. Diplômé de l'École polytechnique en 1944 et de l'ENA en 1951, Valéry Giscard d'Estaing intègre le corps de l'inspection générale des Finances en 1952. Cette année-là, il épouse Anne-Aymone Sauvage de Brantes avec qui il aura quatre enfants.

Valéry Giscard d'Estaing est élu député du Puy de Dôme en 1956, puis, entre 1961 et 1974, il est nommé ministre des Finances et des Affaires économiques, sous les présidences du général de Gaulle (1962-1966) et de Georges Pompidou (1969-1974). A la mort de ce dernier, il remporte l'élection présidentielle avec une ligne moderniste. 

Valéry Giscard d'Estaing devance de peu, avec 50,8% contre 49,2%, le candidat socialiste François Mitterrand et devient Président de la République Française. L'union de la gauche autour d'un unique candidat avait pourtant propulsé Mitterrand à un score de 43,6% au premier tour. Mais Giscard saura réunir les voix de la droite et surtout convaincre les Français, avec, lors du débat télévisé d'entre deux tours, une phrase qui restera dans la mémoire collective : "vous n'avez pas le monopole du cœur". Il devient le plus jeune président élu à à 48 ans.

Les débuts du mandat de Valéry Giscard d'Estaing sont mouvementés. A la fin de l'année 1974, l'affaire dite "du camion du laitier" est dévoilée par le Canard Enchaîné. Le journal raconte que le 2 octobre 1974, Valéry Giscard d'Estaing aurait percuté un camion de laitier alors qu'il était dans une voiture de sport en galante compagnie, avec l'actrice Marlène Jobert. Si la comédienne dément dans les médias toute liaison avec l'ex-Président, la rumeur continuera d'alimenter les esprits pendant des mois. "Je n'ai croisé Monsieur Valéry Giscard d'Estaing qu'une seule fois dans ma vie, en 1973, dans un restaurant, en Tunisie", avait déclaré l'actrice. Des décennies plus tard, la rumeur continue d'être liée à l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing.

En octobre 1979, le "Canard enchaîné" dévoile l'affaire des diamants, un mois après le renversement du dictateur centre-africain Jean-Bedel Bokassa (20 septembre). Une plaquette de bijoux d'une valeur estimée à un million de francs avait été offerte par l'empereur de Centrafrique à Valéry Giscard d'Estaing en 1973 alors qu'il était ministre des Finances. Au moment de cette révélation, Valéry Giscard d'Estaing est président de la République. Il peinera à trouver des explications pour justifier ce somptueux cadeau. L'affaire des diamants écornera durablement l'image du Président et contribuera à son échec de 1981 face à François Mitterrand.

Pendant le septennat de Valéry Giscard d'Estaing, des réformes sociétales d'envergure ont été adoptées, telles que la loi Veil légalisant l'interruption volontaire de grossesse, le divorce par consentement mutuel, l'abaissement de la majorité à 18 ans ou encore la généralisation de la mixité dans les écoles : 

Valéry Giscard d'Estaing se représente à l'élection présidentielle de 1981 à la tête d'une droite divisée entre sa ligne et celle de Jacques Chirac, en rupture avec le chef de l'Etat depuis 1974 et qui a fondé le RPR. Après un nouveau débat qui restera dans les annales ("Si je suis un homme du passé, vous êtes l'homme du passif"), François Mitterrand le supplantera finalement avec 51,76% des voix. VGE quittera la présidence le 19 mai, lors d'un discours aux accents (et à l'image) crépusculaires depuis l'Elysée, achevé par un "Au revoir" resté dans l'histoire politique récente.

Dans les années 1990, VGE réfléchit à la mise en place d'un projet politique européen, le fameux traité constitutionnel européen. La construction européenne lui tient énormément à cœur, ce qui lui vaut en 2001, la médaille d'or de la Fondation Jean-Monnet pour l'Europe et, en 2002, le prix international Charlemagne d'Aix-la-Chapelle. Valéry Giscard d'Estaing propose la Constitution européenne, en juillet 2003, et celui-ci est signé par les 25 membres de l'Union en octobre 2004. Mais, lors d'un référendum, la France dit "non" au projet qui est abandonné.

Homme de lettres, Valéry Giscard d'Estaing a été membre de l'Académie française. En tant qu'ancien chef d'Etat, il sera aussi membre du Conseil constitutionnel français, le dernier président à bénéficier de cette fonction depuis la réforme constitutionnelle souhaitée par François Hollande en 2016 et concrétisée sous Emmanuel Macron en 2018. Depuis, les anciens chef d'Etat ne sont plus membres de droit de l'institution. Pour rappel, le rôle du Conseil constitutionnel, situé rue de Montpensier à Paris, est d'assurer la conformité de certaines lois, de certains règlements à la Constitution ou encore des élections nationales ou des référendums.

Valéry Giscard d'Estaing a été visé début 2020 par une enquête, après des accusations d'agression sexuelle émises par une journaliste allemande. Reporter pour la chaîne publique allemande WDR, Ann-Kathrin Stracke accuse VGE de lui avoir "touché les fesses" lors d'un entretien fin 2018, a annoncé le parquet de Paris à l'AFP début mai. Plus précisément, elle estime que Valéry Giscard d'Estaing lui aurait posé la main sur les fesses à trois reprises.

L'interview, réalisée dans son bureau parisien, avait été menée à l'occasion du 100e anniversaire de la naissance de l'ancien chancelier fédéral, Helmut Schmidt (1918-2015), au pouvoir quand Valéry Giscard d'Estaing était à l'Élysée. La journaliste, alors âgée de 37 ans, a déposé une plainte le 10 mars 2020. "Je suis heureuse d'apprendre que le ministère public a enregistré ma plainte pénale et a décidé d'ouvrir une enquête (…) Je suis, bien entendu, à la disposition de la justice française dans le cadre de cette enquête", avait-elle déclaré.

Pour sa part, Valéry Giscard d'Estaing a évoqué en juin sur RTL "un geste dont personne n'a gardé le souvenir". Selon l'ancien chef de l'Etat, la plaignante est "manifestement quelqu'un qui cherche à de se donner un rôle, une importance qu'elle n'a manifestement pas et qui j'espère va lui être retirée". "C'était grotesque, et le grotesque ne blesse pas", a conclu VGE.

Promoteur d'une "société libérale avancée" et de l'euro, VGE s'est voulu modernisateur mais s'est heurté au choc pétrolier et à la crise économique. Qu'il soit Président du Conseil régional d'Auvergne ou député européen, l'homme de droite a multiplié les fonctions, celles du terroir et celles des assemblées feutrées de Bruxelles. Inspecteur des finances, auteur, père de famille, fondateur de parti (l'UDF ex-FNRI), Valéry Giscard d'Estaing a connu plusieurs vies. Dans "Démocratie française", ouvrage politique paru en 1976, Valéry Giscard d'Estaing écrivait : "Beaucoup de nos compatriotes sont persuadés qu'ils aimeraient mieux vivre dans un monde semblable à celui du passé, paisible, rustique, familier, et ils ressentent en même temps l'inévitabilité du changement". Le changement, une nécessité pour celui qui prit la tête d'un Etat sclérosé en 1974. Valéry Giscard d'Estaing a aussi fondé l'UDF, l'Union pour la démocratie française, devenue le Modem en 2007 sous l'impulsion de François Bayrou dans la majorité d'Emmanuel Macron depuis 2017.

Football news:

L'Udinese signera Fernando Llorente, Cutrone et vendra la Lasagne de Vérone pour 10 millions d'euros
Monaco a de nouveau prêté Onyekuru à Galatasaray
Karavaev sur Eredivisi: les Supporters sont habitués aux buts. Même si l'équipe a perdu 2:3, ils se réjouissent
Mourinho à propos de la démission de Lampard: le Football est cruel, surtout moderne
Jacko a refusé West Ham. L'attaquant de la Roma, Edin Dzeko, a l'intention de changer de Club en janvier en raison d'un conflit avec l'entraîneur-chef Paulo Fonseca
L'AC Milan veut signer le FC Porto Otavio cet été gratuitement
Manchester United pourrait louer Lingard à West Ham