logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

Vidéo. Enfants placés en France : des "dysfonctionnements majeurs" reconnaît le secrétaire d'Etat

Le Secrétaire d’Etat en charge de la Protection de l’enfance, Adrien Taquet, a observé les « conditions indignes » de la prise en charge des enfants placés après la diffusion d’un reportage dimanche soir sur M6. Il assure sa « détermination à agir face à ces dysfonctionnements majeurs ». 

Le secrétaire d’État chargé de la Protection de l’enfance Adrien Taquet a reconnu lundi des « dysfonctionnements majeurs » dans la prise en charge des enfants placés et a exprimé sa « détermination à agir » contre ces défaillances, dans un communiqué et un entretien avec La Croix.

Un an après une enquête choc sur la prise en charge défaillante de l’Aide sociale à l’enfance, un nouveau documentaire de Zone Interdite, diffusé dimanche, enfonce le clou, montrant que beaucoup reste à faire pour mieux protéger les enfants placés.

« Des conditions indignes »

Educateurs non formés, jeunes livrés à eux-mêmes, pré-adolescentes qui se prostituent ou fuguent et que personne ne recherche… Le journaliste Jean-Charles Doria a enquêté huit mois dans plusieurs foyers d’enfants placés pour dénoncer ces graves manquements. « Ces images montrent des enfants et des adolescents pris en charge dans des conditions indignes, victimes de violences de la part d’adultes qui devraient prendre soin d’eux et les protéger », a regretté le Secrétaire d’État dans un communiqué diffusé sur Twitter, exprimant en même temps son « émotion » et sa « détermination à agir face à ces dysfonctionnements majeurs ».

Il entend ainsi demander aux préfets de lui « transmettre, dans les trois mois, un état des lieux de la manière dont ces établissements sont contrôlés », précise-t-il à La Croix. « Chaque département est censé avoir une procédure de signalement : en cas de problème, son président doit prévenir le préfet », selon lui.

350 000 jeunes concernés

« Je veux également m’assurer que chaque département dispose bien d’un plan annuel de contrôle des foyers. En cas de défaillance, l’État élaborera ses propres contrôles, complémentaires. Ils seront menés par les préfets et l’Inspection générale des affaires sociales », ajoute-t-il.

« Il s’agit notamment d’établir, au niveau national, des taux d’encadrement dans les lieux d’accueil, normes qui viendront compléter la Stratégie nationale de protection de l’enfance », détaille le secrétaire d’État, en observant qu’"aucune règle précise n’existe aujourd’hui en la matière". « Ce sera chose faite au deuxième semestre 2020 », assure-t-il. 

Plus de 350 000 jeunes font l’objet d’une mesure de protection de l’enfance en France, dont la moitié est placée dans des foyers ou auprès de familles d’accueil. Une stratégie gouvernementale a été présentée en octobre. Si elle comporte des mesures pour améliorer la prise en charge médicale des enfants placés dès 2020, elle a été jugée « insuffisante » par les acteurs du secteur, notamment sur la formation des professionnels au contact des enfants et le contrôle des structures. 

Plus de 350 000 jeunes font l'objet d'une mesure de protection de l'enfance en France, dont la moitié sont placés dans des foyers ou auprès de familles d'accueil.
Plus de 350 000 jeunes font l’objet d’une mesure de protection de l’enfance en France, dont la moitié sont placés dans des foyers ou auprès de familles d’accueil.

Crédit photo : ALAIN JOCARD AFP or licensors

Themes
ICO