Sacrifié pour la cause et récompensé par ses généraux. Frederico Valverde, auteur d’un tacle assassin sur Morata à la toute fin des prolongations de la finale de la Supercoupe d’Espagne contre l’Atlético Madrid pour éviter un duel avec Courtois, a été élu MVP de la rencontre (et du tournoi) malgré son carton rouge, après la victoire du Real aux penaltys (0-0, 4 tab à 1).

« Il a fait ce qu’il devait faire »

Aucun scandale là-dedans pour Diego Simeone, lui-même capable de tous les coups fourrés possibles pour gagner une partie de puissance 4 contre son fils de 3 ans. L’entraîneur colchonero a d’ailleurs eu un geste de réconfort pour le milieu madrilène au moment de sa sortie. « C’était l’action la plus importante de la rencontre. Je lui ai juste dit qu’il avait fait ce qu’il devait faire à ce moment-là. Valverde a fait basculer la finale sur ce tacle. Maintenant, on va voir combien de matchs il est sanctionné ».

Un bon paquet, même si le joueur a regretté publiquement son geste avant de s’excuser auprès de Morata. « C’est une faute grossière mais il a bien fait et il s’est excusé auprès du joueur, c’est le plus important au final », a jugé Zizou, qui a bien conscience que sans ce sacrifice de Valverde, il n’aurait peut-être pas remporté un nouveau titre avec le Real Madrid. Déjà son dixième en tant qu’entraîneur, à quatre longueurs seulement de Victor Munoz, le recordman absolu dans l’histoire merengue.