France

Virus en Chine: les recommandations aux voyageurs français

Près de 300 cas recensés, 922 patients en observation et six personnes décédées. L’épidémie de pneumonie 2019-nCov, dont le foyer est localisé à Wuhan, en Chine, inquiète bien au-delà des frontières chinoises. Ce virus mortel, de la famille des coronavirus, inquiète d’autant plus que des millions de voyageurs prévoient de se déplacer à l’approche du Nouvel An chinois. Des cas ont déjà été identifiés au Japon, en Corée du Sud et en Thaïlande. En Australie, un homme de retour de Wuhan, suspecté d’être porteur du virus, est actuellement placé en quarantaine.

» À lire - Questions sur 2019-nCoV, le nouveau virus en Chine qui inquiète le monde

Principe de précaution oblige, la Direction générale de la santé (DGS) a pris des mesures pour éviter la propagation du virus en France. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé ce mardi matin sur Europe 1 que des recommandations avaient été données aux aéroports de l’Hexagone. «Plus de 100 vols arrivent chaque jour de Chine dans douze aéroports français, a-t-elle indiqué. Les personnels au sol savent exactement quoi faire en cas de fièvre au retour de Chine: mettre la personne de côté et contacter le 15.» Pour l’heure, aucune annulation de vol n’est prévue, car «ça reste une épidémie encore cantonnée», selon la ministre.

En vidéo, Virus en Chine: «Pas d’annulation de vols pour l’instant», affirme Agnès Buzyn

Éviter les marchés et la viande peu cuite

Le ministère des Affaires étrangères a émis ses recommandations aux Français actuellement en Chine ou sur le point de rentrer en France. Il indique sur son site France Diplomatie: «Sur place, en cas de symptômes d’infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés respiratoires), il est recommandé de prendre les précautions d’usage pour ne pas contaminer l’entourage (s’isoler, rester à distance, se protéger la bouche lors de la toux au besoin par un masque, d’utiliser des mouchoirs jetables et de bien se laver les mains) et de consulter localement et rapidement un médecin». Par ailleurs, le Quai d’Orsay recommande «d’éviter tout contact avec des animaux vivants ou morts, de se rendre dans des marchés où sont vendus des animaux et d’éviter de consommer des produits d’animaux peu ou mal cuits».

Une fois de retour de France, les voyageurs présentant ces symptômes d’infection respiratoire doivent appliquer les mêmes mesures de précaution. Il est déconseillé de consulter un médecin ou de se rendre aux urgences directement sans avoir appelé le Samu (15) au préalable.

Dans plusieurs aéroports du monde, la température des passagers est contrôlée au moyen de caméras thermiques. Ici à Kuala Lumpur, en Malaisie, le 21 janvier. Lim Huey Teng/REUTERS

Contrôles par caméra thermique

Des points de contrôle ont été mis en place dans plusieurs aéroports du monde, y compris en dehors de l’Asie. Dans certains d’entre eux, afin de détecter les cas de fièvre, les passagers sont scannés par des caméras thermiques. Aux États-Unis, les voyageurs chinois arrivant dans les aéroports de Los Angeles, New York-JFK et San Francisco (en vol direct ou après plusieurs escales) doivent remplir un questionnaire et leur température est contrôlée. Ces villes comptent une importante communauté chinoise.

Dans les aéroports de Corée du Sud, de Malaisie, de Singapour, de Thaïlande et d’Indonésie, les voyageurs en provenance de Wuhan ou de la Chine entière font également l’objet de contrôles.