Chad

L'environnement des affaires au Gabon devrait porter ses fruits grâce à des investissements massifs dans l'énergie

African Energy Chamber

La Chambre africaine de l'énergie (https://EnergyChamber.org/) est à Libreville cette semaine pour une visite de travail afin de promouvoir les investissements dans la chaîne de valeur du pétrole et du gaz du pays et soutenir le développement du secteur privé local. Au cours de sa visite, la Chambre a salué le leadership de S.E. Ali Bongo Ondimba dans la mise en place du nouveau Code des hydrocarbures du pays et la promotion du potentiel du Gabon pour les investissements, tout en exprimant son soutien aux efforts soutenus du gouvernement pour créer un environnement propice aux entreprises privées locales et internationales.

« Le Gabon est une province pétrolière africaine bien établie qui entre dans une nouvelle ère de croissance et de transition énergétique », a déclaré Nj Ayuk, président de la Chambre et PDG du Centurion Law Group. « L’ambition du pays d’augmenter les investissements en amont, de développer les infrastructures énergétiques et surtout de développer une industrie gazière robuste doit être soutenue par des capitaux et des technologies du secteur privé. Cela nécessite la création d'un environnement propice aux affaires, ce que demande l'industrie. Il est extrêmement encourageant de constater l'impact des récentes réformes sur la facilité de faire des affaires au Gabon. »

Le pays a adopté l'an dernier son nouveau Code des Hydrocarbures, qui contient des conditions fiscales plus attractives, en ligne avec ses autres voisins subsahariens. Le nouveau régime a déjà vu la signature de 12 contrats pour l’exploration et la production d’hydrocarbures avec des sociétés étrangères telles que Assala Energy, Petronas, Sinopec et Perenco, renforçant la confiance des investisseurs dans le potentiel du marché. Pendant ce temps, des découvertes très récentes ont été faites par Vaalco Energy sur le champ Etame, dont le permit a été prolongé en 2018 pour dix ans afin d’encourager des investissements supplémentaires.

Le pays fait actuellement la promotion de son bassin sédimentaire à travers son 12ème appel d’offre, au sein duquel 35 blocs de pétrole et de gaz sont offerts aux investisseurs. Une délégation du Ministère du Pétrole, du Gaz, des Hydrocarbures et des Mines dirigée par S.E. le ministre Vincent de Paul Massassa était à Houston cette semaine où elle a rencontré plusieurs partenaires et investisseurs étrangers. Une telle démonstration du Gabon devrait susciter un intérêt substantiel de la part des opérateurs et entraîner la signature de plusieurs contrats supplémentaires cette année.

Le nouveau cadre réglementaire du Gabon met également l’accent sur le contenu local. Le Code des Hydrocarbures introduit notamment le concept d'entreprise autochtone, définie comme une société gabonaise dirigée par des gabonais dont au moins 60% du capital est détenu par des ressortissants gabonais et qui emploi au moins 80% de nationaux. Les entreprises autochtones du Gabon ont notamment la priorité et la préférence sur la signature de « conventions d’exploitation » pour le développement des découvertes marginales et des champs marginaux et matures, dans le but de construire une chaîne de valeur locale forte.

« Le secteur privé sera le moteur de la croissance du secteur énergétique gabonais, et le nouveau Code a mis en place un cadre très encourageant pour les entreprises et les entrepreneurs locaux », a ajouté NJ Ayuk. « Cela donne à la Gabon Oil Company l’occasion d’être un acteur clé dans la mise en place de partenariats dans le secteur pétrolier et gazier du pays tout en permettant au secteur privé local de se développer. Nous sommes vraiment impatients de soutenir le pays dans cette nouvelle ère. »

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Source : https://www.africa-newsroom.com/press/gabons-enabl...