Chad

Tchad : une réunion sur les régies financières à la Présidence

Le ministre secrétaire général adjoint de la Présidence de la République, Hissein Brahim Taha, a présidé jeudi, une réunion sur les régies financières.

La réunion a eu lieu en présence de membres du Gouvernement et responsables de différentes régies concernés.

"Elle a permis de faire le point sur les performances des finances publiques à l’orée de la nouvelle année", a indiqué la Présidence.

Les participants ont "procédé à l’examen de la situation financière en terme de recettes et de dépenses, et ce, au regard du bilan de l’année écoulée", a ajouté la Présidence.

« Nous avons apprécié ce qui a été bien fait. Nous avions convenu d’améliorer ce qui n’a pas été bien fait, d’être vigilants et de redoubler d’efforts », a déclaré le ministre des Finances et du Budget, Tahir Hamid Nguilin.

Les deux premières semaines de l’année 2020 ont été également passées au crible. Les prochains mois verront de changements notoires dont certains vont profondément revoir les mécanismes en cours. Tout ceci permettra de mettre de l’ordre dans les circuits des recettes et des dépenses, selon les explications du ministre des Finances et du Budget.

Des questions « liées à la rationalisation des dépenses, à la centralisation de certains types de dépenses qui ne peuvent être faites dorénavant qu’à partir du Ministère des finances » ont occupé une bonne place dans les discussions poursuit-il, annonçant l’entrée en service cette année d’un nouveau système d’information qui peut à la fois gérer les recettes et les dépenses. 

  Le ministre secrétaire général adjoint de la Présidence de la République, Hissein Brahim Taha, a relayé les instructions et orientations du chef de l’Etat se rapportant à l’efficience et à l’efficacité.

"Les régies sur l’ensemble du territoire, de la douane au trésor en passant par les impôts et les domaines, sont appelées à se mobiliser pour que cette année, les engagements de l’Etat soient tenus", a-t-il souligné.

Des descentes seront effectuées dans les provinces et les représentations diplomatiques, ainsi que les services centraux afin d'imposer le respect de l’orthodoxie financière.