Belgium
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Blinken en Colombie, la "guerre contre la drogue" en débat

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken est arrivé lundi en Colombie, son allié traditionnel sur le continent sud-américain, pour parler notamment lutte anti-drogue avec le nouveau pouvoir du président de gauche Gustavo Petro. Bogota est la première étape de cette tournée latino-américaine qui conduira ensuite M. Blinken au Chili puis au Pérou.

La Colombie "reste un partenaire vital" des Etats-unis dans la région, a-t-on souligné de source diplomatique américaine, à la veille de ce deuxième déplacement de M. Blinken dans ce pays.

Les sujets de discussion seront nombreux entre M. Blinken et Gustavo Petro, élu à l'été premier président de gauche de l'histoire de la Colombie.

Ils porteront sur le soutien aux démocraties en Amérique latine, "l'appui à la paix et à la réconciliation dans le pays", la lutte contre la migration illégale et le trafic de drogues, ainsi que la crise climatique, a indiqué le Département d'Etat, qui loue notamment la politique d'accueil envers les migrants vénézuéliens mise en place par le gouvernement conservateur sortant.

C'est sans aucun doute sur le thème du narcotrafic que les discussions s'annoncent les plus serrées, le président Petro n'ayant de cesse de souligner "l'échec de la guerre irrationnelle contre les drogues", comme lors de son récent discours devant l'assemblée générale de l'ONU à New York.

"Nous avons une approche très partagée sur ce sujet", a commenté une source haut placée au Département d'Etat, se disant disposée à "écouter attentivement".

"Si, de notre point de vue, l'application de la loi et la sécurité sont des éléments importants et nécessaires pour faire face à cette situation, ils sont insuffisants. Nous devons nous attaquer plus efficacement aux causes profondes de ce problème", a commenté cette source, "s'il y a des différences, nous les surmonterons".

Une nouvelle politique d'extradition des narcos vers les Etats-Unis, ainsi que l'ambition d'une politique de "paix totale" du président Petro envers les groupes armés mais également les narcotrafiquants ont suscité des interrogations côté américain.

De même que le rapprochement amorcé par le nouveau pouvoir colombien avec le Venezuela chaviste voisin de Nicolas Maduro, les deux pays ayant renoué leurs liens diplomatiques et rouvert leur frontière commune après des années de relations exécrables.

La Colombie, qui a connu plusieurs décennies de guerre civile, est le premier producteur mondial de cocaïne, et les Etats-Unis son principal marché.

Le déplacement de M. Blinken en Amérique latine intervient alors que les Etats-Unis sont parfois accusés de négliger leurs partenaires du Sud, avec la guerre en Ukraine et la priorité américaine en Asie pour contenir l'expansion de la puissance chinoise.

"Nous n'avons jamais eu des relations aussi fortes avec l'hémisphère" sud, a réaffirmé vendredi à des journalistes le sous-secrétaire d'Etat américain Brian Nichols, chargé de l'Amérique latine, où plusieurs pays alliés sont depuis peu dirigés par des présidents de gauche.

"Nous ne jugeons pas les pays selon où ils se situent sur l'échiquier politique mais plutôt selon leur respect de la démocratie, de l'Etat de droit et des droits de l'Homme", a ajouté à ce propos M. Nichols.

Après Bogota, le chef de la diplomatie américaine se rendra à Santiago mercredi, où il rencontrera le président chilien de gauche de 36 ans, Gabriel Boric, qui a pris ses fonctions en mars.

Le secrétaire d'Etat se rendra enfin à Lima jeudi et vendredi, pour notamment participer à l'Assemblée générale annuelle de l'Organisation des Etats américains (OEA).

L'assemblée, qui regroupe les pays du continent américain au nord et au sud, doit adopter plusieurs résolutions appelant à mettre fin à "l'agression russe en Ukraine" -- certaines capitales latino-américaines ont exprimé leurs réserves --, sur les abus des droits de l'Homme au Nicaragua, pays honni par Washington et qui a claqué la porte de l'organisation au printemps dernier, ou encore sur la situation à Haïti.

M. Blinken aura par ailleurs un entretien jeudi avec le président de la gauche radicale au Pérou, Pedro Castillo, visé depuis son arrivée au pouvoir il y a un peu plus d'un an par plusieurs enquêtes pour corruption et trafic d'influence.