Frédérique Jacobs a exprimé son inquiétude quant à un éventuel assouplissement des mesures pour les fêtes de fin d'année. Pour elle, il s'agit d'un "très très gros risque" au niveau sanitaire.

Et la responsable du service infectiologie de l'hôpital Erasme s'en explique: "Vous allez mettre des gens de générations différentes de manière très rapprochée, pendant de nombreuses heures, qui vont manger et boire, donc, par définition, ne vont pas porter le masque." Frédérique Jacobs ajoute que ce genre d'événement, durant lequel les personnes "ne pourront s'empêcher de s'embrasser" ni respecter soigneusement les mesures, risque de provoquer un nombre important de contaminations.

Elle a ensuite mis en garde par rapport au Nouvel An, qui suit de quelques jours seulement la fête de Noël. "Ces personnes-là [qui viennent de fêter Noël] vont ensuite fêter la nouvelle année une semaine plus tard avec des amis qui sont différents mais en pleine période où ils sont contaminants. Donc, vous avez un très gros risque d'avoir une explosion du nombre de cas", précise-t-elle.

Reste à voir à présent ce que les politiques décideront pour l'organisation de ces fêtes.