Belgium

Stéphane Bréda revient sur du choc entre le Standard et Bruges: «Il y a un penalty flagrant» (vidéo)

Des duels, une ambiance électrique sur et en dehors du terrain, des phases litigieuses : Lawrence Visser n’a pas vécu une rencontre de tout repos, ce mercredi soir, à l’occasion du choc entre le Standard et le FC Bruges. Stéphane Bréda, notre consultant arbitrage, est revenu sur plusieurs décisions polémiques qui ont émaillé la rencontre.

Le duel entre Oulare et Balanta dans le grand rectangle (21e)  : « Pour moi, il y a un penalty flagrant. Je ne comprends pas comment le VAR n’a pas réagi et n’a pas indiqué à l’arbitre qu’il y avait faute. En plus, l’arbitre, lui, était parfaitement placé : à 10 mètres dans la diagonale. C’est assez dingue. Pour le coup, je me demande de plus en plus, c’est une hypothèse forcément, si certains arbitres ne sifflent pas volontairement, en se disant que, de toute façon, le VAR corrigera la décision au besoin. La responsabilité repose donc tant sur l’arbitre que sur le VAR. L’arbitre irait-il moins souvent consulter la vidéo ? Oui c’est probable, mais cela dépend aussi des consignes qu’il reçoit dans l’oreillette. Mais, il est vrai qu’au moment de l’arrivée du VAR, les arbitres, pas encore formés ou manquant encore d’expérience, allaient régulièrement consulter la vidéo pour vérifier la décision prise. Cela se fait de moins en moins. »

Deli n’écope pas d’une seconde jaune pour une faute sur Carcela  : « Vu que le match était quand même assez tendu, avec la présence dans chaque équipe d’un ou deux joueur(s) pas toujours très corrects, je pense que l’arbitre n’a pas voulu envenimer le match plus que cela. Et n’a donc pas voulu sanctionner en donnant cette seconde carte jaune à Deli, alors que, oui, il y avait bel et bien faute. M. Visser n’était peut-être pas dans un bon jour, or je pense qu’il aurait dû directement remettre le couvercle sur la marmite et ne pas attendre que cela chauffe entre les deux équipes. »

► Les bulletins des Rouches contre Bruges: Arnaud Bodart sauve la mise avant qu’Obbi Oulare ne rate le coche

La chronique

  • Coronavirus: «La censure nuit gravement à la santé»

    La mort début février du médecin Li Wenliang, qui avait lancé l’alerte à propos du coronavirus dans la ville de Wuhan, a soulevé une vague d’indignation en Chine. Fin décembre, le docteur et sept de ses collègues s’étaient inquiétés sur les réseaux sociaux de l’hospitalisation de patients souffrant de symptômes qui rappelaient le SRAS, l’épidémie qui avait tué près de 800 personnes en 2003. Quelques jours plus tard, la police les accusait de « diffuser des rumeurs » et les forçait à signer une déclaration dans laquelle ils reconnaissaient leur « faute ».

    Primauté de l’ordre sur l’intérêt public

    Pendant que la vérité était ainsi mise en quarantaine, le virus se répandait au milieu d’une population chinoise ignorant tout des risques qu’elle encourait. De nouveau, comme en 2003, la Chine a informé trop tard, camouflé, tergiversé, réprimé. L’ordre public l’a emporté sur l’intérêt public. « La Chine a, durant trois semaines, nié l’importance voire l’existence de la crise, écrit le...

    Lire la suite