Canada

Comme un poisson dans l’«O»

Pour bien des nageuses synchronisées, le rêve olympique agit comme moteur derrière la motivation à passer des journées entières dans l’eau. Après une prolifique carrière qui l’a menée jusqu’à l’équipe nationale junior, c’est plutôt dans l’« O » que Gabrielle Lepage trouve son bonheur, au sein du célèbre spectacle du Cirque du Soleil, à Las Vegas.

L’athlète de 29 ans est la seule nageuse artistique du Québec parmi la troupe qui reprendra du service le 1er juillet, au Bellagio, après la pause forcée par la pandémie.

C’est un scénario que la Gatinoise était loin de s’imaginer lorsqu’elle pataugeait dans la piscine dès l’âge de six ans, et encore moins quand elle a commencé à gravir les échelons dans son sport.

Toutes les étapes de son cheminement l’amenaient à grandir dans le volet purement sportif de son sport. Le sport-études, Montréal Synchro, l’équipe nationale junior... Les astres semblaient s’aligner pour le rêve olympique, jusqu’à ce qu’elle se bute à une porte fermée lors des essais pour l’équipe nationale senior.

« Je me suis demandé ce que j’allais faire. Je pensais que c’était la fin de ma carrière, mais c’était plutôt le début de ce qu’il y a de meilleur », a confié Gabrielle Lepage, en plein camp d’entraînement en vue de la grande première dans six semaines.

Un cadeau salutaire

Puisque les mamans ne manquent jamais de ressources pour stimuler la progéniture, celle de la nageuse a eu le flair de l’amener à Las Vegas pour souligner son 18e anniversaire au spectacle « O ». Le coup de foudre s’est avéré instantané, comme une révélation.

« Je me suis mise à rêver de faire partie de “O”. Mes parents avaient même le CD et j’écoutais souvent la musique. Je me voyais là-dedans », raconte la nageuse.

Rapidement, Gabrielle Lepage a bifurqué vers la branche spectacle de la nage synchronisée.

Une expérience concluante à SeaWorld, à San Antonio, s’est avérée le début de cette nouvelle vie où sa passion commune pour le sport et le spectacle a trouvé son nid. Après différents arrêts aux États-Unis, en Asie et en Europe, la sirène réalisait son rêve d’intégrer « O » en novembre 2019, 10 ans jour pour jour après avoir assisté à la représentation avec sa mère.

« On dirait que c’est irréel encore. Chaque jour, je n’arrive pas à croire que je vis dans cette ville et que j’ai un théâtre magnifique comme lieu de travail, avec quelques athlètes qui ont fait les Jeux olympiques. C’est super inspirant de travailler dans ce contexte et je me sens extrêmement reconnaissante de vivre cette expérience », sourit Lepage.

Enfin de retour

Pandémie oblige, « O », qui est l’un des spectacles phares du Cirque du Soleil avec 17 millions de spectateurs en 23 ans, a dû marquer un arrêt. Le « retour au jeu » du 1er juillet sera certainement salvateur pour les artistes et athlètes qui sont très nombreux actuellement à le peaufiner.

« Je suis contente de revoir toutes mes collègues. J’ai pu vivre quelques mois de spectacle avant la pandémie et j’ai développé des affinités. Je suis totalement comblée par la vie de spectacle. C’est incomparable avec ce que je vivais avant en compétition. Le public et le fait de voir des gens satisfaits de leur spectacle, ça me nourrit », se réjouit la Québécoise. 

Pas juste une partie de plaisir 

Si Gabrielle Lepage vit son rêve en nageant pour la troupe du spectacle « O », il n’en demeure pas moins que comme tout athlète, elle ne ménage pas les efforts pour être au sommet de son art et y rester.

Bien sûr, la préparation pour le spectacle demande un entraînement quotidien méticuleux. Quand les représentations débuteront, il y aura deux spectacles par jour, du mercredi au dimanche, à l’exception de quelques dates où une seule présentation sera offerte.

Normalement, avant la pause COVID, « O » était présenté 10 fois par semaine.

« On a six semaines d’entraînement pour le retour, et les entraînements sont de plus en plus longs. Il y a toute une équipe médicale qui nous suit pour aider à guérir de petites blessures ou à renforcer un groupe musculaire. Nous sommes vraiment bien accompagnés », indique Gabrielle Lepage.

À long terme

Contrairement à la compétition où il faut songer tôt à une après-carrière, les nageuses du spectacle peuvent en faire leur gagne-pain pendant de nombreuses années.

« Plusieurs filles avec lesquelles je nage sont là depuis une dizaine d’années. J’apprécie le lien qui se développe avec les collègues nageurs et nageuses. Je me vois ici à long terme. J’ai essayé la vie de bureau et j’ai apprécié ça, mais je préfère faire les spectacles. J’ai besoin d’une vie d’action », s’exprime-t-elle.

Dans la dernière année, elle a eu l’occasion d’entreprendre une maîtrise avec son frère (le triathlète Alexis Lepage) en développement des personnes et organisations à l’Université Laval. 

Elle a aussi occupé un emploi au Centre de la francophonie des Amériques. Rien de tel, toutefois, que l’« O », pour être dans son élément.

Football news:

Shakhtar coach De Derbi on 2:1 with Genk: If we want to go further, we must play powerfully for the entire 90 minutes
Lewandowski admits that he will leave Bayern in a year. The striker has a contract until 2023
Kochenkov on moving to Arsenal: Shamov, Levashov are excellent goalkeepers, we will compete
Neville about Kane: He seems to be very annoyed, but this is not an excuse. It is impossible to justify a player missing training
Kovac about hooting at Tchuameni: We are devastated that this is still happening in the XXI century. We won the match against racism
Chelsea will offer Inter 120-130 million euros for Lukaku. The striker will be given a contract for 12 million euros a year
Umtiti has fully recovered from his knee problems. The Barca defender is ready to play at the top level