Canada

Coronavirus: la Chine prête à laisser filer son déficit

La Chine va creuser son déficit et émettra des obligations spéciales pour soutenir son économie fortement fragilisée par la pandémie de Covid-19, selon un média d’Etat, ce qui semble écarter un plan de relance massif.

L’épidémie, qui a eu de graves répercussions sur la production et le fonctionnement des entreprises, a pratiquement mis à l’arrêt le pays en février au moment où des centaines de millions de Chinois tétanisés par le virus se terraient chez eux.

Depuis, l’activité reprend à la faveur d’une levée progressive des mesures anti-épidémie mais les conséquences sur l’économie devraient s’éterniser.

Lors d’une réunion sur cette question, les principaux responsables chinois sont convenus de creuser le déficit et d’émettre des obligations spéciales pour soutenir l’économie, a rapporté tard vendredi l’agence officielle Chine nouvelle.

Aucun détail chiffré n’a toutefois été communiqué.

Le déficit de la Chine a atteint 2,8% du PIB en 2019, selon Pékin.

Avec une économie à la peine, un pouvoir d’achat des Chinois en berne et une pandémie qui paralyse désormais les principaux partenaires commerciaux du géant asiatique, la Chine pourrait laisser filer son déficit à 3,5% cette année, estime l’économiste Ting Lu de la banque d’investissement Nomura.

M. Ting exclue cependant un plan de relance massif comme lors de la crise financière de 2008-9 alors que Pékin cherche à assainir ses finances.

Vendredi, la Banque centrale chinoise a assuré dans un communiqué que les conséquences de la pandémie sur l’économie étaient «d’une manière générale contrôlables».

«L’économie fait preuve d’une forte résilience, ses fondamentaux pour une croissance saine sur le long terme restent inchangés», a relevé l’organisme.

Les analystes se montrent plus nuancés.

L’agence de notation Fitch prévoit cette année une croissance de 3,7% en Chine (contre 6,1% en 2019, alors le rythme le plus faible en près de 30 ans).

Football news:

Angel Di Maria: I'm Glad I didn't move to Barca in 2017. I am happy at PSG
The wife of a Serbian from galaxy called for shooting rioters
Modric on how Mourinho criticised Ronaldo: Cristiano almost cried at half-time
Giorgio Chiellini: I came close to leaving Juve twice: to Real Madrid in 2010 and to Manchester City in 2011
Herrera on Neymar and Mbappe: PSG don't sell stars, they buy them
Enrique on the 2015 Champions League final: Told the team: the Worst thing that can happen is to be a Juve player in a match against Barca
Gladbach shows how the concepts of Cruyff and Guardiola can be applied