Canada

Dominique Ducharme frappé par la réalité

À part le premier ministre du Québec, aucune personnalité québécoise n’est autant sous les projecteurs que l’entraîneur-chef du Canadien. Chaque jour, il doit se présenter devant les membres des médias, et chaque jour, il prend des décisions qui sont scrutées et analysées par des millions de personnes.

• À lire aussi: Un des pires débuts de saison de Carey Price

• À lire aussi: Nouveau couplet, même refrain

À ce propos, plusieurs ont pourfendu Dominique Ducharme, samedi soir, pour avoir amorcé la prolongation avec Phillip Danault, Joel Armia et Jeff Petry. Même en expliquant sa stratégie, ce que peu d’entraîneurs ont l’habitude de faire, il n’a pas été en mesure de calmer la grogne de plusieurs partisans. 

Ducharme, alors en poste depuis trois jours seulement, n’a pas mal dormi pour autant. D’ailleurs, il était bien conscient de cette possibilité lorsque Marc Bergevin lui a confié les rênes de l’équipe, mercredi dernier.

« J’étais au courant de ça. J’ai moi-même grandi en tant que partisan du Canadien. Je savais que j’aurais huit millions d’entraîneurs adjoints », a-t-il indiqué, lundi.

« C’est correct. C’est la passion qu’ont les partisans pour l’équipe. C’est une des raisons qui rendent spécial le fait de jouer à Montréal », a-t-il ajouté.

Dominique Ducharme frappé par la réalité

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Dans la bonne direction

Nommé alors que le Tricolore se trouvait en plein cœur d’un voyage de quatre matchs à Ottawa et Winnipeg, Ducharme a réalisé un peu plus ce qui lui arrivait lorsqu’il a récupéré sa voiture, dimanche après-midi au Centre Bell.

« Je me suis dit : “Wow ! C’est fou comme ça peut changer vite dans le hockey. Je suis parti entraîneur adjoint et je reviens entraîneur-chef. C’est spécial”. »

Spécial pour lui, mais également pour sa conjointe et ses enfants, dont la vie, évidemment, ne sera plus jamais la même. Particulièrement dans les moments difficiles. 

D’ailleurs, sous sa gouverne, le Bleu-blanc-rouge n’a toujours pas savouré la victoire. Cela ne l’empêche toutefois pas de se sentir en plein contrôle de la situation.

« Je me sens bien. Dès la première journée, j’ai dit que je me sentais prêt. Ça n’a pas changé, a-t-il soutenu. Je suis content de la progression de notre équipe, je pense qu’on s’en va dans la bonne direction. Les résultats vont suivre. »

« Évidemment, on aurait préféré récolter deux points, mais on est sorti du deuxième match à Winnipeg en étant une bien meilleure équipe. Ce que vous avez vu samedi soir, c’est ce que vous verrez à partir de maintenant. Une équipe qui donne peu d’ouvertures, qui va toujours au-devant de l’adversaire et qui tue des jeux rapidement », a assuré Joel Edmundson, après l’entraînement de lundi.

Dominique Ducharme a donné ses directives aux joueurs du Canadien, lundi, lors de la séance d’entraînement tenue au Complexe Bell.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Dominique Ducharme a donné ses directives aux joueurs du Canadien, lundi, lors de la séance d’entraînement tenue au Complexe Bell.

Joueurs impliqués

Non seulement l’équipe s’en va-t-elle dans la bonne direction, mais Ducharme affirme même que, compte tenu de toutes les modifications à apporter qu’il avait inscrites sur sa liste, il est en avance sur l’échéancier qu’il s’était fixé.

« Il faut y aller une étape à la fois, mais je croyais que sur certains aspects, l’ajustement se ferait sur une plus longue période. Les gars ont acheté le plan et ils y tiennent. Ils sont impliqués dans tout ce que l’on veut amener. Donc, je suis encore plus convaincu que ce groupe sera capable d’accomplir de bonnes choses », a déclaré l’entraîneur de 47 ans.

Bien sûr, il y a toujours une lune de miel entre un nouvel entraîneur et ses joueurs. Cette espèce de période de grâce où toutes ses idées sont les plus belles inventions depuis le pain tranché... ou les bols de poké.

Mais dans le cas de Ducharme, elle semble plus intense. Un phénomène sans doute attribuable au canal de communication qu’il a ouvert avec chacun de ses joueurs. 

« Jusqu’à maintenant, il a été splendide. Il fait le tour des joueurs, il s’intéresse au point de vue de chacun. Il nous pose beaucoup de questions et communique très bien avec nous », a indiqué Edmundson, qui a connu deux changements d’entraîneur à l’époque où il portait les couleurs des Blues.

Les joueurs convaincus, il reste à Ducharme à faire de même avec les partisans.

Bien que ce soit probablement le dernier de ses soucis, il y parviendra en faisant du Canadien une équipe gagnante.

Football news:

Carlos Sainz: Real Madrid lacks the killer instinct of Ronaldo. Juventus was lucky with him
Ramos tested positive for coronavirus
The Wolves and Portugal striker Neto is out until next season. He will not play at the Euro due to a knee injury
Milan lawyer on Zlatan's removal: If the referee confirms that he made a mistake, Ibra can play in the next match
Borussia Gladbach will be led by Eintracht coach Hütter. He was paid a record 7.5 million euros
Keane on Tottenham: Not enough leaders, not enough character, not good enough defensively
Son of Sulscher on the conflict between his father and Mourinho: I can assure you that I have always been fed