Canada

Il secoue son bébé et tente de mettre la faute sur le chat

Un père de famille qui a grièvement blessé son bambin de 8 semaines pour ensuite tenter de mettre la faute sur son chat, devra purger deux ans moins un jour de prison, a tranché la Cour d’appel cette semaine.

« Ce qui frappe et qui choque l’esprit est le très jeune âge de la victime. Toute personne sait ou devrait savoir l’extrême vulnérabilité d’un jeune bébé », avait commenté le juge André Vincent, lorsqu’il avait condamné le père maintenant âgé de 35 ans.

L’accusé, un résident d’Acton Vale que l’on ne peut nommer afin de protéger l’identité de son bambin, avait commis son crime en juillet 2014. À l’époque, c’est lui qui avait la responsabilité de s’occuper du bébé qui se réveillait la nuit.

« Par impatience, frustration ou colère, il a pris vivement l’enfant pour faire cesser ses pleurs », avait dit le juge.

Peu après, voyant que l’enfant allait mal, le père et la mère l’ont amené à l’hôpital.

Faute au chat

Lors de l’examen, les médecins ont rapidement remarqué que le petit pouvait souffrir du syndrome du bébé secoué. La police a ainsi été appelée et les parents de l’enfant ont été rencontrés.

« [Le père] soumet alors quelques idées aux enquêteurs [...], indique la Cour d’appel. Il suggère que la sœur de la victime âgée de 20 mois aurait pu blesser l’enfant en jouant avec lui, ou encore que le chat présent dans l’appartement aurait pu causer les blessures. »

Voyant que les enquêteurs étaient loin d’être convaincus, il a ensuite mentionné « avoir peut-être secoué l’enfant en dormant ». Puis, lors du procès, il a voulu soulever le doute raisonnable en plaidant que la mère aurait pu être responsable du crime.

Coupable

Les excuses du père n’ont pas été entendues, si bien qu’un jury l’a déclaré coupable de voies de fait graves.

« Abuser de sa force à l’égard d’un enfant est un acte contre nature et ce n’est sûrement pas la frustration ou la fatigue qui peuvent le justifier », avait dit le juge.

Mécontent, le père a fait appel, sous prétexte que ses déclarations aux policiers devaient selon lui être écartées, ou encore que le juge avait commis des erreurs.

Sauf qu’il n’en était rien, a tranché la Cour d’appel cette semaine en rejetant la demande. Car n’en déplaise au père, il a librement consenti à parler aux policiers, ont rappelé les juges.

« [Les enquêteurs] ont indiqué [au père] qu’il était libre de quitter ou de répondre à leurs questions, est-il indiqué dans le jugement. Lors des pauses, il était par ailleurs libre d’aller où bon lui semblait. De plus, il ressort de la preuve que les enquêteurs n’ont en aucun cas créé une atmosphère intimidante ou oppressante. »

Les juges ont ainsi ordonné que l’accusé se constitue prisonnier. Il avait jusqu’à jeudi pour obtempérer.

Football news:

PSG offered 55 million euros plus bonuses for Icardi. Inter wants 60 million without bonuses
Agent van Bergen: Zenit have not contacted me
Fans of Pilsen hung out in the car theater: watched the guest match, celebrated the restart and the victory
Players and coaches of the club from California call the fans every day: congratulations, advice and just chat. Very heartfelt!
Lampard will discuss the player's return to training with Kante, but the club will not press the Frenchman
Arsenal and Tottenham want to sign Willian for free. Clubs don't have money for transfers
In the NPL, the coronavirus was detected in 4 people from three clubs. We conducted 1,008 tests