This article was added by the user Anna. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Je me souviens... de rien!

Le Québec devrait changer sa devise, « Je me souviens », pour adopter plutôt celle-ci : « J’ai oublié, j’oublie et j’oublierai ».

Oui, nous sommes les champions de l’oubli ! Avez-vous entendu parler pendant le dernier débat entre Valérie Plante et Denis Coderre du fait que Montréal a le plus gros conseil municipal en Amérique du Nord avec 103 conseillers ? Non, on l’a oublié.

Avez-vous entendu parler du fléau des graffitis ? Non, on l’a oublié.

A-t-on parlé des raisons sociales anglaises qui défigurent le visage de Montréal ? Bien sûr que non ! On l’a oublié.

Le gouvernement de François Legault a fait pleuvoir les millions sur le cégep Dawson qui nous anglicise à nos dépens... En a-t-il été question récemment ? Non, on a oublié.

Qu’arrivera-t-il au renforcement du français prévu par Mélanie Joly qui vient de migrer vers un autre ministère ? On va bien sûr l’oublier !

Amnésie

Il y a quelques jours, la docteure Élyse Berger Pelletier, qui devait attaquer le problème du temps d’attente dans les pires urgences, a démissionné. Avez-vous entendu quelqu’un mentionner la possibilité d’utiliser des médecins formés ailleurs en facilitant leur reconnaissance de diplôme ? Non, on a oublié.

Prenons aussi un autre dossier qui a fait couler des tonnes d’encre pendant des années : le parachèvement de la rue Notre-Dame. En a-t-il été question récemment ? Non, c’est oublié.

Chantage

Espérez-vous que l’école guérira la prochaine génération de cette amnésie collective ? Détrompez-vous. Puisque cette école est loin d’égaler celle qui dure normalement 200 jours ailleurs dans les pays dits évolués. Mais ça aussi, on l’oublie !

Dans un Québec où des syndicats jouent à défendre les têtes gonflées qui refusent le vaccin, il serait urgent de modifier le Code du travail pour les secteurs public et parapublic où une minorité s’amuse à faire chanter le gouvernement (aux frais du peuple). Car c’est le peuple qui est le patron de ces têtes gonflées... Mais ça aussi, on l’oublie !