This article was added by the user Anna. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Justin Trudeau prépare déjà la prochaine campagne

Mardi, une journaliste a demandé à Justin Trudeau s’il allait être présent lors de la prochaine campagne.

Sans hésiter, M. Trudeau a dit : « OUI ! »

Il ne pouvait pas dire le contraire. Imaginez si le premier ministre avait dit non. Cette réponse aurait totalement éclipsé la nomination de son nouveau Conseil des ministres.

On ne sait pas si Justin Trudeau sera de retour pour une quatrième campagne, mais on voit clairement qu’il a déjà placé les bases de la quête libérale vers une réélection.

Le Québec et l’environnement

Pour remporter une majorité, les rouges devront faire des gains au Québec. Pas surprenant que Mélanie Joly, Steven Guilbeault, Jean-Yves Duclos et Pablo Rodriguez aient obtenu une promotion.

La promotion des promotions revient à Mélanie Joly. La députée d’Ahuntsic-Cartierville aime beaucoup la joute politique et elle aime faire campagne. Elle a redoré son blason en attaquant Doug Ford sur les coupes dans les services francophones il y a quelques années.

Comme ministre des Affaires étrangères, elle devra se calmer sur le plan de la partisanerie. On peut entrevoir une période d’adaptation pour elle.

De grosses responsabilités attendent également le nouveau ministre de l’Environnement. Un dossier où les libéraux se font critiquer de ne pas passer de la parole aux actes.

M. Guilbeault risque de faire des déçus, car les attentes sont élevées. La COP26 sera un premier gros test pour lui.

Le deuxième acte

La formation du Conseil des ministres était le premier acte de la réélection libérale.

Le deuxième est dans un mois avec le discours du Trône. On connaît les thèmes chers au premier ministre. Mais, avec ce discours, on connaîtra son plan de match pour amener les troupes à une victoire majoritaire prochainement.

Les Canadiens ont mal au cœur quand ils entendent parler des élections, mais bon, ils vont devoir s’en remettre, car c’est un mal nécessaire dans une démocratie.