Canada

La crise pétrolière en voie d’affecter les finances du Québec?

Les Québécois risquent de subir les contrecoups de l’annulation du pipeline Keystone XL, car les provinces pétrolières en crise pourraient bien gruger les transferts fédéraux jusqu’à présent réservés aux moins nantis.

• À lire aussi: Des impacts à Bécancour à cause de l'abandon de Keystone XL

• À lire aussi: Legault dynamisé par l’arrivée de Biden

• À lire aussi: Joe Biden au pouvoir: la filière énergétique n’y voit que du bon

Dès son premier jour au pouvoir, mercredi, le président américain Joe Biden a révoqué le permis de construire du pipeline Keystone XL qui devait transporter du pétrole albertain vers le Texas.

Le promoteur du projet, TC Énergie, prévoit éliminer plus d’un millier d’emplois liés à la construction de l’oléoduc.

« C’est un coup de poing pour l’économie du Canada », a réagi le premier ministre albertain, Jason Kenney.

« Si vous voulez que notre province puisse continuer à contribuer à ce pays, nous avons besoin que ce type d’infrastructure soit construite », a-t-il lancé en appelant Ottawa à se battre pour les travailleurs du pétrole comme pour ceux de l’acier.

Péréquation

L’Institut Fraser prévient que la crise économique qui frappe les provinces pétrolières est sur le point d’avoir des répercussions sur les finances publiques des autres provinces, en particulier sur les moins riches, comme le Québec.

«Il y a aussi des implications pour le budget des provinces les moins nanties en raison des règles du programme de péréquation», indique le think tank dans une analyse publiée le mois dernier.

Le Québec est de loin le plus important bénéficiaire de ce programme fédéral. Des 20,9 milliards $ en péréquation que versera Ottawa ce printemps, 13,1 milliards $ iront à la belle province.

Pour le moment, les provinces pétrolières sont exclues du programme de péréquation, car leurs habitants sont globalement plus riches et sont donc capables de payer plus d’impôts pour financer leurs propres services. En d’autres termes, ils ont une capacité fiscale plus élevée que la moyenne nationale.

Plus de bouches à nourrir

Mais l’Institut Fraser souligne que la capacité fiscale de Terre-Neuve et Labrador, de la Saskatchewan et de l’Alberta est en chute libre. Elles pourraient donc bientôt être admissibles à la péréquation, pour la première fois.

Or, l’arrivée de nouveaux convives autour de la table obligera Ottawa à diviser le gâteau en davantage de parts. Les bénéficiaires habituels verront donc leur portion réduite pour alimenter les nouveaux.

«Si l’Ouest ne peut pas produire du pétrole, et encore moins le vendre sur le marché, il n’y aura tout simplement aucun profit à partager, avec le Québec ou avec qui que ce soit», résume Lynn Exner la porte-parole du regroupement Canada Action, un groupe de lobby du secteur de l’Énergie.

Le fiscaliste Trevor Tombe, de l’Université de Calgary, souligne que le montant global réservé à la péréquation n’est pas affecté par la crise pétrolière puisqu’il s’agit d’un programme entièrement financé par le fédéral. 

Par contre, en raison de leurs salaires élevés, les travailleurs de cette industrie paient plus d’impôts que la moyenne. S’ils envoient moins d’argent dans les coffres d’Ottawa, le fédéral devra s’endetter davantage pour maintenir ses transferts au niveau actuel, indique M.Tombe.

LA PÉRÉQUATION C’EST QUOI ? 

Transition urgence réclamée 

Ce n’est pas l’annulation annoncée de Keystone XL qui nuit à l’emploi et à la prospérité de l’ouest, mais le manque de vision des décideurs qui misent sur une industrie en déclin, estime la cheffe du Parti vert Annamie Paul.

«Si on a à cœur le futur des travailleurs de l’Alberta, il faut une relance verte avec des emplois payants et stables qui ont un futur», a-t-elle déclaré en soulignant que son frère a lui-même perdu son emploi dans l’industrie pétrolière.

Villages à l’agonie

Mais en attendant, dans les prairies de l’Alberta et de la Saskatchewan, les villages se meurent. Le maire de Consort, une localité de 729 âmes à 350 kilomètres de Calgary, en sait quelque chose.

Situé sur le tracé de Keystone XL, Consort voyait ce chantier comme une lueur d’espoir. La municipalité devait accueillir 200 à 400 travailleurs dédiés à la construction de l’oléoduc au printemps.

«Ça aurait définitivement aidé nos entreprises locales. Particulièrement après que la COVID ait forcé de nombreuses fermetures», indique le maire Michael Beier au Journal.

M.Beier ajoute qu’en échange de son accueil, le promoteur du projet, TC Énergie, aurait investi dans les infrastructures vieillissantes de Consort, en plus de soutenir les installations récréatives et les services d’urgences.

À moyen terme, la crise pétrolière menace les emplois de la moitié des résidents du village.

Énergie propre

Pour assurer un gagne-pain à ces travailleurs, le Canada doit offrir à l’administration Biden ce qu’elle veut le plus vite possible: de l’énergie propre, plaide Clean Energy Canada, un think tank dédié à la transition énergétique à l’Université Simon Fraser en Colombie-Britannique.

«La bonne nouvelle c’est que le Canada a une abondance d’énergie propre à vendre à ses voisins, ce que nous faisons déjà avec la Californie et la Nouvelle-Angleterre», souligne Merran Smith, la directrice de Clean Energy Canada.

Premier fournisseur d’énergie propre en Amérique du Nord, le Québec est bien placé à la fois pour montrer l’exemple et pour exporter son savoir-faire ailleurs au pays.

Football news:

Messi voted in Barcelona presidential election
Liverpool and Real Madrid will compete for Mbappe. Salah may leave amid controversy with Klopp (As)
Pirlo about Ronaldo's rest: He has already scored 20 goals. It is normal for others to score as well. Cristiano-extra advantage
Agent Morabito on the transfer market: We are back in the Doneymar era
The Juve-Porto match will be served by Kuipers, Cakir is scheduled for the Borussia-Sevilla game
Pep Guardiola: Man City were stable when they won the Premier League. Other champions are competing for the top 4
Zlatan Ibrahimovic: Failure is part of success. If Zlatan can make a mistake, so can you