Canada

La (vraie) colère des élites anglo-canadiennes

Pourquoi donc, même une fois l’élection passée, la controverse se poursuit-elle sur la question tendancieuse lancée au chef bloquiste Yves-François Blanchet lors du débat des chefs en anglais ? 

N’est-ce pas parce que derrière cette question, se cache aussi autre chose que le procès habituel que l’on fait au Québec dans son traitement des minorités ? Voyons voir.

Posée par Shachi Kurl, animatrice et présidente de l’Institut Angus Reid, rappelons-en la teneur : « Vous niez que le Québec ait des problèmes de racisme et pourtant vous défendez des législations comme les projets de loi 96 et 21 qui marginalisent les minorités religieuses, les anglophones et les allophones. Le Québec est reconnu comme une société distincte, mais pour ceux qui sont à l’extérieur de la province, aidez-les, s’il vous plaît, à comprendre pourquoi votre parti appuie lui aussi ces lois discriminatoires. »

Bref, elle demandait à M. Blanchet d’« expliquer » aux Canadiens anglais pourquoi diable il cautionne la maltraitance des minorités dans une province raciste, dont les lois sont discriminatoires contre celles-ci.  

En termes politiques, c’est l’équivalent de demander à quelqu’un d’« expliquer » pourquoi il vole sa mère. La condamnation étant contenue dans la question, l’opprobre est immédiat et la messe est dite. 

Sentiment d’abandon

Approuvée par les organisateurs du débat, cette question n’a rien d’étonnant. Hormis pour des universitaires plus éclairés, mais trop discrets, les élites anglo-canadiennes et anglo-québécoises sont toujours promptes à dépeindre le Québec comme un repaire d’intolérants ataviques, que seule la Charte canadienne des droits peut protéger de leurs pires instincts. Dans les augustes pages du Globe and Mail, Mme Kurl s’en est d’ailleurs fort maladroitement justifiée. Ce que l’on doit en comprendre est pourtant ceci. 

Les élites anglophones sont horripilées par la loi 21 sur la laïcité, mais elles le sont bien plus encore par l’appui de Justin Trudeau, d’Erin O’Toole et de Jagmeet Singh au projet de loi 96 visant à renforcer la loi 101.  

Leur refus de le combattre les met en colère. D’autant plus que le projet de loi 96 propose aussi d’ajouter unilatéralement à la constitution la reconnaissance de la nation québécoise et du français comme sa seule langue officielle.

Quand on y ajoute le recours du gouvernement Legault à la clause dérogatoire, si légal soit-il, la goutte fait déborder le vase.  

Sur le terrain du réel

Pour ces élites, le pire est cependant de se voir « abandonnées » par Justin Trudeau, le fils de feu Pierre Elliott, redoutable pourfendeur du nationalisme québécois sous toutes ses formes. 

C’est dans ce puissant sentiment d’abandon, voire même de trahison pour certains, que la colère derrière la fameuse question du débat prend tout son sens. 

L’approbation du projet de loi 96 jusqu’au sommet même du pouvoir politique canadien tarabiscote les élites anglophones bien plus durement que les agissements d’un François Legault, dont ils n’attendent de toute manière que le pire. 

Si même un Trudeau, se disent-elles, « brade ses principes » pour « s’acheter des votes » au Québec, vers qui pourront-elles se tourner ? 

Pendant ce temps, sur le terrain du réel, l’option souverainiste poursuit son agonie. Le rapport Québec-Canada, aussi antagonique soit-il sur ces questions sensibles, survit ainsi bon gré mal gré. 

Ceci expliquant sûrement cela...

Football news:

Lewandowski wants to move to Real Madrid. He will ask Bayern for a transfer (As)
Sarri about the calendar: Football is no longer a sport, but a show from which they are trying to squeeze as much money as possible
Calvert-Lewin is Arsenal's main target for the summer. Lacazette and Nketiah will leave for free
Tuchel about Newcastle: A new contender for the title. The Premier League is the most difficult league in the world, and it is getting more and more difficult
The director of Barca about Dembele and Roberto: They want to stay, but the club has to adjust salaries. This complicates the negotiations
Benzema on the Golden Ball: I have done a lot in the last 3-4 years and I continue to play at a high level
Dani Alves offered Barca his services. The 38-year-old is ready to join the club from January 1