This article was added by the user Anna. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Le 3e lien inquiète des citoyens, admet un candidat

Le troisième lien suscite des inquiétudes dans plusieurs secteurs de Québec, convient Claude Villeneuve, candidat d’Équipe Savard dans Maizerets-Lairet.

• À lire aussi: «Cessons donc de se remettre en question», dit Lehouillier

• À lire aussi: Québec 21 espère gagner trois districts du nord

C’est ce que l’ancien chroniqueur du Journal a répondu en marge d’un point de presse organisé vendredi matin. 

« Ce que je constate sur le terrain, c’est que pour les citoyens, on parle beaucoup de la sortie [du tunnel] dans Saint-Roch. Pour les citoyens de Lairet aussi, il y a des inquiétudes là où je suis candidat avec une sortie là-bas », a-t-il fait savoir.

M. Villeneuve dit être venu en politique surtout pour porter le projet de tramway. Pesant chacun de ses mots, il a avoué être « dans l’expectative » (soit une « attente prudente », selon le dictionnaire) concernant la version finale du tunnel Québec-Lévis. 

« Il va falloir que le gouvernement précise ses intentions. À venir jusqu’à date, c’est très embryonnaire ce qu’on sait. Marie-Josée [Savard] a participé aux réunions du bureau de projet. On a très peu de détails là-dessus », a-t-il signalé. 

Fin juin, Le Journal révélait que le gouvernement Legault n’a transmis aucun document écrit à la Ville de Québec au sujet du mégaprojet de tunnel Québec-Lévis. Depuis le début de la campagne électorale, Équipe Savard dit attendre le dévoilement des plans précis du gouvernement Legault avant de se prononcer sur le mégaprojet de 6 G$ à 10 G$.

L’option du péage

Au cours des dernières années, M. Villeneuve s’est montré fort critique du projet de troisième lien dans des chroniques publiées dans Le Journal. En juin 2019, il estimait qu’on devrait imposer un péage aux automobilistes. 

« Les gens qui vont prendre le tramway vont payer leur utilisation ? Que ceux qui veulent emprunter un troisième lien fassent de même. Faisons-en une condition. Pas de péage, pas de troisième lien », prônait-il. 

Le candidat au poste de conseiller municipal a-t-il changé d’avis depuis qu’il s’est lancé en politique ? 

« Quand j’avais proposé ça, c’était dans l’optique du contribuable québécois qui va avoir à se demander comment ça doit être financé. Le gouvernement du Québec pourra décider de l’évaluer ou pas. Maintenant, du point de vue de la Ville de Québec, ce n’est pas vraiment de nos affaires de décider si on veut faire un péage ou pas », a répliqué Claude Villeneuve. 

À VOIR AUSSI