Canada

Le club 281 fermera ses portes en septembre

Le 281, bar mythique de danseurs nus de Montréal, fermera ses portes à l’automne après avoir diverti les dames pendant 40 ans.

« C’est beaucoup trop important dans l’histoire du Québec », dit Kyle Sanon, 25 ans, qui refuse de croire entièrement qu’il ne pourra plus danser sur la scène du fameux club 281 dans quelques mois. 

La semaine dernière, les 14 danseurs ont appris que l’établissement cesserait ses activités le 5 septembre. 

« J’avais la bouche à terre » lors de l’annonce, raconte Philippe Gagnon, 27 ans, un peu dépité. 

« Le party est fini », dit celui qui travaillait encore comme électricien il y a un an. 

Le 281 est une institution de la vie nocturne montréalaise depuis son ouverture, en 1980, étant le seul cabaret érotique du genre au Canada, selon sa propriétaire Annie Delisle, qui est aussi la fille du fondateur, France Delisle.  

La propriétaire Annie Delisle devant le bar.

Photo courtoisie

La propriétaire Annie Delisle devant le bar.

Fatigue

C’est donc avec un pincement au cœur qu’elle a annoncé la fin de l’entreprise familiale. « Parce que je suis fatiguée », résume-t-elle. 

« Je vais avoir 50 ans la semaine prochaine [...] J’ai le goût d’avoir une bonne hygiène de vie », dit Mme Delisle. 

Elle ne sait pas encore ce qu’elle fera dans six mois, mais elle a « envie d’être utile » et est attirée par le monde de l’humanitaire. 

Le bâtiment abritant le théâtre a déjà été vendu. Mais avant de passer les clés au nouveau promoteur, le personnel compte en mettre plein la vue aux clientes. 

« On va aller all-in dans le tapis pour finir en beauté », dit Guy Gignac, alias Jay, directeur général, qui a été danseur pendant une dizaine d’années avant de grimper les échelons. 

Une photo d’archives prise au 281 dans les années 1980.

Photo courtoisie

Une photo d’archives prise au 281 dans les années 1980.

À vendre

Ils veulent aussi montrer que leur équipe est « sur la coche » aux potentiels acheteurs. Car si quelqu’un veut racheter le nom, le concept et le mobilier du club, Mme Delisle se dit prête à entendre les offres. 

De façon générale, « c’est rendu moins payant qu’avant d’opérer un club de nudité », explique Peter Sergakis, président de l’Union des tenanciers de bars du Québec. 

Les clients sont moins enclins à se déplacer pour voir des gens se déshabiller, alors qu’internet en regorge. À cela s’ajoutent la pression des forces policières, qui exigent une grande vigilance des tenanciers, et celle des promoteurs immobiliers, qui souhaitent construire des condos à certains endroits du centre-ville de Montréal.

Mais en raison de sa clientèle essentiellement féminine, Le 281 ne joue pas tout à fait dans le même carré de sable que les bars de danseuses, mais plutôt dans celui du divertissement.

« La fille qui a 50 $, elle pourrait les dépenser chez nous, ou aller au resto ou voir un spectacle », illustre la propriétaire.

« C’est comme si tu travaillais au Cirque du Soleil », rappelle d’ailleurs parfois Jay à ses employés.  

Revanche des femmes

Reste qu’on est loin des années 1980 quand le cabaret était ouvert sept soirs sur sept et que des autobus de femmes faisaient la file. L’établissement est maintenant ouvert trois soirs par semaine.

« Quand mon père a ouvert, c’était un contexte social particulier, où les femmes revendiquaient l’égalité. C’était perçu comme une revanche, dit Mme Delisle. 

« Après 40 ans de succès, ce n’est pas gênant. Je peux partir la tête haute. »

Quant aux danseurs, ils ne semblent pas inquiets. En gagnant des milliers de dollars par fin de semaine, Philippe Gagnon a économisé assez d’argent pour retourner aux études sans avoir à travailler. 

Kyle Sanon, de son côté, pourrait revenir à son ancienne vie de programmeur. Mais il songe à se consacrer à sa passion pour les danses urbaines, dont le hip-hop.