Canada

Le contre-exemple américain

Ce week-end au Texas, les dernières paroles d’un homme de 30 ans atteint de la COVID19 ont été : « je croyais que la COVID-19 était un canular ». Donald Trump vient finalement de se décider à porter un masque. Trop tard. Les États-Unis sont le parfait contre-exemple de la lutte à la COVID19. 

La stupidité de dizaines de millions d’Américains et de leurs dirigeants, principalement républicains, va coûter très cher aux États-Unis, et par ricochet, au reste du monde.

Tous les gouvernements sensés ont bien vu qu’il fallait aplatir la courbe de la contagion pour éviter que les systèmes de santé craquent et qu’une multitude de patients meurent. Mais pas aux États-Unis.

Mentalité imbécile et raciste

C’est que la santé y est une marchandise comme les autres. Que beaucoup d’Américains riches et racistes ne voient pas pourquoi ils devraient payer pour les soins de santé des autres.

Derrière cette mentalité imbécile se cache la conviction profonde que les droits individuels doivent toujours l’emporter sur les droits collectifs.

D’ailleurs, Trump frappe sans cesse sur ce clou, en accusant ses adversaires d’être des communistes radicaux. Ce serait drôle si ce n’était pas tragique.

Mais la pandémie rattrape Trump.

Par exemple, Trump veut que les écoles rouvrent leurs portes dès septembre. Avec les taux de contagion actuels, qui sont parmi les plus élevés au monde, ouvrir les écoles met en danger la vie des parents et du personnel des écoles. 

Trump n’en a cure. Il menace de couper le financement des écoles qui ne rouvriront pas.

Sauf que les familles endeuillées ou atteintes par la maladie ne seront pas très enclines à voter pour les républicains. 

Avec un peu de générosité et avec des mesures de confinement mieux appliquées, l’activité économique aurait pu redémarrer dès le mois d’août à la grandeur du pays. 

Économie ralentie

Ce n’est pas ce qui va arriver. L’économie américaine mettra plus de temps que les autres à sortir de la crise. Les exportations vont chuter, les étrangers ne voudront pas entrer aux États-Unis, ce qui aura des répercussions sur le tourisme, l’éducation supérieure et la recherche. Par effet d’entraînement, l’immobilier risque de chuter, donc la construction, et ainsi de suite. Seuls un traitement éprouvé, un vaccin efficace ou la fin naturelle de l’épidémie stopperont la dégringolade. 

Comme les États-Unis sont le premier marché d’importation au monde, le ralentissement de l’économie américaine aura un impact négatif sur les économies qui y exportent, en premier lieu sur celles du Québec et du Canada. 

S’il y a une chose que nous devrions retenir du contre-exemple des États-Unis, c’est de ne pas être complaisant, de ne pas hésiter à réappliquer des mesures de confinement dès que des gens se comportent stupidement et que la contagion augmente. En l’occurrence, les bars du Québec devraient probablement être refermés pour les prochaines semaines.

Football news:

Barcelona did not win the Champions League, La Liga, or the Spanish Cup for the first time since 2014
Messi won't win the Champions League for the 5th year in a row
Perisic's goal proves more clearly than any other that Barcelona is no longer the same. All froze on place, and Semedu shoved the ball Roberto (and his immediately ate)
Barcelona conceded 5 goals in a Champions League match for the first time in history
Bayern have scored 36 goals for the season in the Champions League. This is their record
Mueller came in 3rd place for goals scored in the knockout stages of the Champions League. Only Messi and Ronaldo have more
Messi beat Raul to 4th place in the Champions League