Canada

Le Danemark annonce un premier cas de contamination au coronavirus

Navigation
close

Coup d'oeil sur cet article

Le Danemark a annoncé jeudi un premier cas de contamination au nouveau coronavirus, un homme revenant d’Italie du nord, dont le cas est décrit sans danger.

«L’homme qui est rentré d’un séjour au ski en Lombardie avec sa femme et son fils lundi 24 février souffrait depuis notamment de toux et de fièvre (...) l’homme a été testé positif mais les résultats des tests de sa femme et de son fils sont négatifs», a indiqué dans un communiqué l’Agence de santé publique.

Son état est plutôt bon et il est rentré chez lui, où il est confiné ainsi que sa famille, et ils sont en contact quotidien avec l’hôpital de Roskilde, à l’est de Copenhague.

D’après la télévision publique TV2, il s’agit de l’un de ses employés.

Les autorités sanitaires du pays, qui ne prévoient pas pour le moment de contrôler les voyageurs y entrant, avaient déclaré mardi que «la probabilité de cas importés au Danemark avait augmenté (...) mais que le risque d’infection (devait) toujours être considéré comme faible». 

Les personnes revenant de Chine, de certaines régions d’Italie (Émilie-Romagne, Lombardie, Piémont et Vénétie), d’Iran, de Corée du Sud, du Japon, de Hong Kong et de Singapour et présentant des symptômes du virus sont appelées à contacter leur centre de soin qui les aiguillera sur un service pouvant les prendre en charge et les tester.

Six hôpitaux dans le pays de 5,8 millions d’habitants ont été désignés par les autorités sanitaires comme susceptibles d’accueillir des personnes contaminées par le virus.

Le géant danois du transport maritime Maersk a indiqué que tout employé revenant du nord de l’Italie (Emilie-Romagne, Lombardie, Piémont, Tretin-Haut-Adige et Vénétie) et de Corée du Sud devait travailler de chez lui pendant les deux semaines suivant son retour pour minimiser les risques de contagion. 

Une règle similaire à celle appliquée depuis le 28 janvier aux personnes revenant de Chine, a précisé le groupe dans un email à l’AFP.