This article was added by the user Anna. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Le palace vert du Kraken

SEATTLE | La longue saga de l’aréna à Seattle n’aura certainement pas été vaine. Des vestiges du Key Arena est né le Climate Pledge Arena, certifié comme étant l’unique amphithéâtre sportif carboneutre à travers le monde, pour l’imposante somme de 1,15 milliard de dollars. 

• À lire aussi: Gourde emballé par sa nouvelle vie

• À lire aussi: Un nouveau départ pour Jérémy Lauzon avec le Kraken

• À lire aussi: Premier match local: Seattle craque pour le Kraken

S’attaquer à un tel défi n’a pas été de tout repos. Construit en 1962 dans le district de Seattle Center, à deux pas du célèbre Space Needle, le Key Arena avait été classifié comme monument historique en raison de son toit unique. Lorsque le projet de le rénover pour un agrandissement important a été dévoilé par Oak View Group en 2017, il était clair que le toit devait être préservé dans la nouvelle structure.

Il a donc été nécessaire de suspendre la bête de 44 millions de livres et de la soutenir pendant les travaux de destruction du reste de la structure du Key Arena.

Le palace vert du Kraken

Photo courtoisie

Afin de pouvoir doubler la superficie sans modifier le toit, une excavation de 77 pieds a dû être effectuée, ce qui fait qu’aujourd’hui, la majeure partie de l’aréna se trouve sous terre. Un vaste atrium d’entrée entièrement fenêtré au niveau du sol procure une vue sur la ville.

« On devait composer avec une structure datant de 55 ans que l’on devait entièrement préserver, sans la déplacer. On a essentiellement dépensé 50 millions juste en structure d’acier pour soutenir le toit en place, pendant qu’on a fait l’excavation, avant de construire et de rejoindre l’ancienne structure. 

« Le résultat, c’est que l’atmosphère sera très intime. On a dû travailler dans un espace limité et les gradins sont donc plus inclinés, comme dans certains vieux arénas. Les gens seront directement au-dessus de l’action. L’avantage de la glace devrait être énorme ici », croit Chris Carver, chargé de projet principal au sein de la firme d’architecture Populous.

Engagement écologique

En partenariat avec Amazon, dont le siège social est à Seattle, Oak View Group a fait le choix de prioriser le facteur environnemental dans la conception de l’aréna alimenté uniquement par des sources d’énergie renouvelable. 

Le palace vert du Kraken

Photo courtoisie

L’énergie est tirée de panneaux solaires installés sur le toit de l’atrium et sur les espaces de stationnement avoisinants. La glace est quant à elle produite par un système de filtration d’eau de pluie récupérée à partir du toit et aménagée dans des citernes.

« Nous avons probablement ajouté des dépenses de 50 millions quand nous avons décidé qu’il s’agirait d’un projet carboneutre. Il faut réaliser qu’il n’y a pas d’entreprise et de revenus sans planète Terre. Nous sommes engagés dans ce processus et nous voulons inspirer les autres », a expliqué le président et chef de la direction de Oak View Group, Tim Leiweke.

Dès la deuxième année d’opération, les propriétaires s’engagent à bannir l’utilisation de plastique à usage unique.

La pièce maîtresse

Tout au long du processus visant à doter Seattle d’une équipe de la LNH, l’aréna a été l’obstacle majeur. Aujourd’hui, personne ne regarde en arrière.

Le palace vert du Kraken

Photo courtoisie

« Sans nouvel aréna, il n’y aurait jamais eu de Kraken. On faisait un travail décent avec le Key Arena, mais les ressources pour le rénover n’ont jamais été là. Quand une entité privée (Oak View Group) est arrivée ici pour nous parler du projet financé entièrement avec leur argent, c’était un cadeau du ciel pour Seattle », s’extasie encore le directeur du district de Seattle Center, Robert Nellums. 

Tod Leiweke, président et chef de la direction du Kraken, peine encore à croire à quel point les dernières années ont déboulé dans le bon sens pour Seattle.

Le palace vert du Kraken

Photo courtoisie

« Il y a quatre ans, pour plusieurs, ça ne semblait pas un projet réaliste. Il fallait suspendre le toit d’un aréna et le soutenir en place, construire un nouvel aréna et obtenir une équipe de la LNH qui bénéficierait du support des amateurs. On se sentait loin du Kraken actuel », sourit-il devant le fait accompli. 

Climate Pledge Arena   

Le palace vert du Kraken

Photo AFP

À voir aussi...