Canada

Le sport pour vaincre les stéréotypes

Dans la foulée du mouvement Black Lives Matter qui défend la justice sociale, Xavier Jourson désire apporter sa contribution, mais de façon différente. Par le biais du sport, il désire faire tomber les stéréotypes à l’égard de la communauté noire voulant que ses membres ne soient pas en mesure de s’illustrer dans les disciplines d’endurance.

En août 2022, l’ancien joueur professionnel de rugby en France et en Afrique du Sud (2009) établi à Montréal depuis trois ans s’attaquera à l’épreuve la plus difficile au monde en triathlon. Il prendra le départ du Norseman Xtreme Triathlon qui compte 3,8 km de natation, 180 km de vélo et 4,2 km de course dans des parcours comptant 5235 m de dénivelé dans les fjords de la Norvège. Le record est de 9 h 52 min 10 s et certains franchissent le fil d’arrivée en 18 heures.

« Si jouer en Afrique du Sud a été mon plus grand accomplissement sportif, le Norsemen est le projet de toute une vie, affirme Jourson d’entrée de jeu. Je veux être un modèle et un agent de changement. Je serai tellement fier si un petit Noir adopte le triathlon. J’aurai gagné si seulement cinq Noirs de Montréal ou d’ailleurs optent pour le triathlon. »

Afin de marquer les esprits, l’athlète qui fêtera son 35e anniversaire le 25 décembre voulait s’attaquer à un événement phare du triathlon. « Si je veux briser les stéréotypes, je dois mettre des difficultés dans mon projet. On dit que les Noirs ont peur du froid. L’hiver ne me dérange pas et c’est pour briser les clichés que j’ai choisi une épreuve où le froid sera un facteur important. »

« C’est très compliqué pour les Noirs de nager, de poursuivre Jourson. Nous avons les os et la morphologie plus lourds. Nous avons aussi un plus gros bassin. C’est prouvé scientifiquement. C’est aussi rare de voir un Noir sur un vélo. Depuis cinq mois, je fais du vélo de course et les gens m’envoient un regard intrigué ou méprisant en se disant qu’est-ce que je fais là. Il y a beaucoup de jugements et de préjugés. »

Jourson pointe l’exemple du Tour de France où un seul Noir sur 180 coureurs a pris le départ. Il s’agit de Kévin Reza qui est originaire de la Guadeloupe. Natif de Lyon de parents originaires de la Guadeloupe qui ont déménagé en France continentale à l’âge de 18 ans, Jourson prévoit discuter avec Réza après le Tour de France pour connaître sa perception. Il lui envoie des messages d’encouragement depuis le début du Tour. Les parents des deux athlètes sont voisins en Guadeloupe.

« Je veux apporter ma contribution par des actions en poussant les Noirs à réaliser leur propre Norseman, indique-t-il. Je veux apporter ma pierre à l’édifice. J’ai débuté l’entraînement en mars et le mouvement Black Lives Matter a fait avancer le projet. Mon expérience en Afrique du Sud dans un pays qui a vécu la ségrégation raciale m’a aussi fait cheminer. C’était un nouveau défi, une nouvelle civilisation et un nouveau mode de vie. Me retrouver dans un pays qui a vécu l’apartheid m’a fait comprendre la nature humaine. Le regard des gens m’a fait avancer et grandir. »

« 5500 $ et deux valises »

Après un passage d’un an et demi en Californie où il fut soigné pour une grave blessure à une cuisse, il est retourné en France avant de débarquer à Montréal en 2017 au terme de sa carrière en rugby qui a pris fin en 2016. « Je suis arrivé ici le 24 mai 2017 avec 5500 $ en poche et deux valises et personne pour m’accueillir, raconte-t-il. Même si je ne connaissais pas le hockey, je me suis intéressé à PK Subban et j’ai suivi les séries éliminatoires. »

« J’étais seul puisque ma sœur avait quitté Montréal pour quelques mois, mais une bonne étoile me guidait, de poursuivre Jourson. Je suis arrivé ici sur la pointe des pieds, mais je me suis tout de suite impliqué socialement. Parce que je suis travaillant, j’ai monté rapidement les échelons à la Banque Nationale où j’occupe maintenant un poste de cadre supérieur, une opportunité que je n’aurais pas eu en France. Parce que j’avais dû retourner en France en août lors du décès de ma grande sœur emportée par le cancer à l’âge de 34 ans, j’avais obtenu l’emploi sans même passer une entrevue en personne. »

Sachant qu’il voulait quitter la France, Jourson hésitait entre le Québec et l’Afrique comme terre d’accueil. « Ma petite sœur qui habite à Montréal m’avait beaucoup parlé du Québec. C’est pourquoi je veux dédier mon projet au Québec. Je veux remercier le Québec qui m’a accueilli et qui est ouvert. »

Sa « petite sœur » a été la tête d’affiche de la campagne d’inclusion du Mouvement Desjardins. Son visage s’est retrouvé sur la Tour Desjardins pendant six mois. 

Un documentaire pour changer les perceptions 

Au-delà de l’exploit sportif, Xavier Jourson souhaite laisser une trace de son projet afin de changer les perceptions à l’égard de la communauté noire. Un documentaire sera diffusé entre septembre et décembre 2022 qui relatera les moments forts de son projet.

Dans le cadre de son entraînement intensif qui se poursuivra jusqu’à son départ pour la Norvège en août 2022, Jourson immortalisera son expérience. Des négociations se déroulent actuellement avec un diffuseur.

Scènes

Des scènes ont été tournées entre autres sur le circuit Gilles-Villeneuve à l’île Notre-Dame, à Bromont, en mer à Percé, au Peak Centre. D’autres images de ses camps en Floride, en Arizona, en France et en Guadeloupe d’où ses parents sont natifs ainsi que sa participation au Norsemen meubleront aussi le documentaire de 81 minutes ou qui pourrait aussi voir le jour sous la forme de six épisodes de 22 minutes selon la volonté du diffuseur.

« Quand j’ai voulu acheter un vélo de course au tout début de mon projet, le vendeur surpris de mon intérêt et sourire aux lèvres m’a amené dans le rayon des vélos à 1500 $, rappelle Jourson. Il s’est ravisé quand je lui ai dit que je voulais un vrai vélo de course, que je possédais un vrai budget et expliqué ma motivation. J’ai alors compris que je devais faire un documentaire pour changer les perceptions. Même chose quand je me retrouve au circuit Gilles-Villeneuve le dimanche matin à 10 h pour rouler et que je suis le seul Noir parmi la soixantaine de cyclistes. »

« Le documentaire relatera ma progression, mes défis, mes échecs et mes réussites », de conclure Jourson.

Football news:

Miranchuk on the draw with Salzburg: Two goals on the road is a very good indicator
Hector Herrera on 0:4 with Bayern: We played very well with the best team in the world. Don't write off us
Antonio Conte: Borussia are well prepared, they have a lot of potential. Inter could have won
Guardiola on 3:1 with Porto: a Good start. In the Champions League, there are 5 substitutions, the players who came out showed themselves well
Flick about Mueller: he's a continuation of the coach's hand on the field. Thomas manages the team, drives it forward
Gian Piero Gasperini: Miranchuk has just started training. We have a lot of players, rotation is inevitable
Goretzka about 4:0 with Atletico: We were lucky that we didn't miss out at the beginning. It took 10 minutes to get involved