logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Le style Henry plaît: les joueurs apprécient l’approche du nouvel entraîneur-chef de l’Impact

ORLANDO | Un exercice vient de se terminer pendant l’entraînement de l’Impact, et Thierry Henry s’en va discuter avec un de ses joueurs pour lui expliquer une séquence de jeu et y apporter des correctifs.  

Cette scène s’est répétée pendant les deux heures qu’a duré l’entraînement matinal, lundi sous le soleil floridien. Henry, de même que ses adjoints Patrice Bernier, Wilfried Nancy et Kwame Ampadu interagissent beaucoup et souvent avec les joueurs, que ce soit des vétérans, des jeunes de l’Académie ou un invité.  

« Chaque fois qu’il y a une pause dans le jeu, Thierry, Kwame, Wil ou Patrice viennent nous voir pour corriger certaines choses ou nous donner des trucs.  

Ils ont été joueurs. C’est à leur avantage de partager leur expérience avec nous », confirme Samuel Piette.  

Et tout ça se fait de façon très humaine. Henry semble avoir compris comment s’adresser à la jeune génération.  

« C’est un mec super gentil et super sympathique, résume Piette. Il a été joueur, il comprend comment on se sent. »  

Respect  

Et n’allez pas penser que Henry crie. Parfois, il le fait, mais seulement pour se faire comprendre d’un joueur qui se trouve plus loin sur le terrain.  

« C’est un entraîneur très vocal, ça fait du bien d’avoir une voix sur le côté qui peut nous guider. Savoir que l’entraîneur nous regarde et observe ce qu’on fait, c’est motivant », avoue Piette.  

<b>Thierry Henry</b><br /><i>Entraîneur-chef de l'Impact</i>

Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Thierry Henry
Entraîneur-chef de l'Impact

« On n’est pas des marionnettes, on peut faire notre jeu nous-mêmes et ils viennent nous voir entre les exercices pour les corrections. »  

Le milieu de terrain québécois ajoute que l’approche de son nouveau patron a de quoi plaire par son côté chaleureux.  

« Le plus important, c’est que c’est toujours fait dans le respect et non pour taper sur la tête du joueur qui a fait une erreur. Il y a toujours un but d’apprentissage.  

« Quand tu as un mec comme Thierry Henry qui vient te donner des conseils, tu l’écoutes parce que ce n’est pas n’importe qui. »  

Dynamique  

On n’en est encore qu’au début du camp d’entraînement, mais on peut comprendre que Henry veut proposer un soccer plus dynamique et davantage axé sur la possession du ballon, alors qu’on était habitués à une équipe qui jouait beaucoup la contre-attaque depuis quelques années.  

Lors du match simulé, lundi matin, on a entendu Henry dire à l’équipe possession ‘‘Make them run’’ (faites-les courir). Ça veut tout dire.  

« De ce que je peux voir depuis mon arrivée, le personnel d’entraîneurs veut mettre en place une équipe qui est à l’aise en possession (du ballon) », analyse Piette, qui est arrivé avec un peu de retard puisqu’il était avec l’équipe nationale du Canada.  

« On a des éléments qui sont forts pour jouer la contre-attaque, mais quand tu as la balle, c’est agréable et quand on la perd, il faut la récupérer le plus rapidement possible plutôt que d’avoir un bloc plus bas comme on avait avant. »  

Proactif  

Ainsi, d’une équipe parfois passive, l’Impact pourrait se muer en une formation qui donne le ton au match.  

« L’approche est plus proactive, on veut dicter un peu plus l’allure du match, avoir le ballon et le récupérer rapidement quand on le perd », précise Evan Bush, qui semble aimer ce qu’il voit.  

« Il faut avoir un équilibre entre la possession et le contre. On ne veut pas garder le ballon juste pour le garder, c’est un style de jeu qui commence à dater. »  

L’expérimenté gardien a par ailleurs accroché sur une déclaration de son entraîneur qui lui a bien plu et qui résume bien le style qu’il veut inculquer à son équipe.  

« Thierry a mentionné que ce qu’il préfère, c’est humilier l’autre équipe dans le sens qu’il aime garder le ballon, les faire courir et les épuiser. Ça tombe sous le sens, ça crée de l’espace. »  

Et c’est en plein le genre d’équipe que les partisans montréalais ont des chances d’aimer.  

Intense comme en saison  

La préparation physique est différente sous Thierry Henry  

Les Rod Fanni, Samuel Piette, Maxi Urruti et Evan Bush espèrent connaître du succès sous la gouverne de nul autre que Thierry Henry.

Photo courtoisie, Impact de Montréal

Les Rod Fanni, Samuel Piette, Maxi Urruti et Evan Bush espèrent connaître du succès sous la gouverne de nul autre que Thierry Henry.

C’était peut-être drôlement frisquet à Orlando lundi matin, assez pour regretter la tuque et les gants laissés dans la chambre d’hôtel, mais il faisait pas mal chaud sur le terrain pendant que l’Impact s’entraînait.  

Même si l’équipe amorce la deuxième semaine de son camp d’entraînement, l’intensité est élevée comme en plein milieu de saison.  

« L’intensité en tout temps est le mot d’ordre pour toute l’année. On veut être une équipe qui se bat chaque minute jusqu’à la fin, a expliqué Samuel Piette. Je pense qu’on va être une équipe dure à battre, c’est ce qu’on veut devenir.  

« Le premier match de la Ligue des champions s’en vient rapidement, donc il faut inclure de la tactique et du physique. »  

Pas de course  

Lors des deux précédents camps d’entraînement, les joueurs ont souffert sous la férule du préparateur physique Robert Duverne. La semaine dernière, le jeune Jonathan Sirois nous mentionnait qu’il avait eu son premier camp extrêmement difficile, l’an passé.  

« Il y a beaucoup moins de course sans ballon et les joueurs sont d’accord avec ça. Tout est fait avec ballon », s’est réjoui Piette sur la façon de travailler implantée cette année.  

« Les entraînements sont intenses, mais le ballon est toujours inclus dans les exercices.  

« Pour nous, les joueurs, c’est beaucoup plus agréable que de seulement mettre les baskets pour aller courir autour d’un lac 10 ou 12 kilomètres. »   

En avance  

Comme Piette le mentionnait, l’Impact jouera son premier match de Ligue des champions dans quatre semaines, donc le volet tactique a rapidement été intégré à la préparation de l’équipe.  

 Ça tranche avec l’approche de Rémi Garde, qui mettait surtout l’accent sur le travail physique pendant les deux ou trois premières semaines.  

Cette façon de faire ne déplaît pas du tout aux joueurs, qui aiment ce qu’ils voient jusqu’à maintenant.  

Evan Bush

Photo courtoisie, Impact de Montréal

Evan Bush

« On est entré dans l’aspect tactique beaucoup plus rapidement, a noté Evan Bush. On a eu une séance vidéo très productive dimanche, ce qu’on n’avait pas abordé aussi rapidement l’an passé. »  

Identité  

La méthode de travail que Thierry Henry met en place pourrait bien lui permettre de connaître du succès rapidement puisque ses joueurs estiment mieux comprendre ce qu’on attend d’eux.  

« On est en train d’établir une identité claire, et les gars ont une meilleure vision d’ensemble de ce qu’on veut établir », a résumé Bush.  

On a tendance à sous-estimer l’importance des directives claires dans tous les milieux de travail et c’est encore plus vrai quand il s’agit d’une équipe sportive.  

« Le travail, autant offensif que défensif, m’apparaît plus clair cette année qu’au même point du camp l’an passé », a noté Piette.  

On ne sait pas si c’était une petite pointe à l’endroit de Rémi Garde, mais c’est en tout cas de bons mots pour Thierry Henry.  

Themes
ICO