Canada

Les arrière-pensées de Trudeau

On peut faire tous les reproches possibles à Justin Trudeau, mais il faut lui reconnaître une pugnacité sans limites pour conserver le pouvoir.

Le seul véritable pouvoir à ses yeux est de diriger le Canada à la tête d’un gouvernement majoritaire. Le purgatoire dans lequel il s’est retrouvé avec un gouvernement minoritaire l’a traumatisé en dépit des apparences. Justin Trudeau n’a pas été créé pour être à la merci de ses opposants. Ni au Parlement ni dans sa vie.

À tous ceux qui estiment que la crise de la pandémie n’est pas le moment pour déclencher des élections, il répond : « Je pense qu’il serait irresponsable de dire que des élections seraient irresponsables. On a des institutions assez fortes pour pouvoir gérer un processus électoral en temps de crise. »

À l’ouverture du Parlement la semaine prochaine, deux chefs de parti, celui du Bloc québécois, l’orateur bouillant Yves-François Blanchet, et Erin O’Toole, le nouveau chef conservateur tout auréolé de sa récente victoire et bénéficiant d’une lune de miel auprès des médias, seront absents en raison d’un confinement préventif.

Présence virtuelle

Ils pourront participer de façon virtuelle aux débats et voter électroniquement. Mais à distance, leurs interventions n’auront guère le même impact. De plus, l’absence physique des chefs de parti en ces temps pénibles peut diminuer l’ardeur de leurs députés. On ne saurait tout de même accuser Trudeau d’avoir créé cette situation. Tout au plus peut-on supposer qu’il arrivera à déployer ses talents et son autorité avec plus de force encore.

D’ailleurs, pour qu’une éventuelle élection générale puisse être déclenchée, il faut l’appui d’un des trois partis d’opposition. Or, le NPD dirigé par Jagmeet Singh est résolu à aider Justin Trudeau à survivre en votant la confiance à son gouvernement la semaine prochaine. Jagmeet Singh en danseur doué, comme on l’a apprécié dans le passé, n’aura pas de problème de conscience à maintenir le gouvernement au pouvoir. Il n’a qu’à penser aux finances à sec de son propre parti.

Trou financier

Le gouvernement libéral souhaite une relance économique et verte selon certains journaux qui s’appuient sur une fuite. Mais la menace d’une deuxième vague risque de changer les plans de Trudeau. S’il a joué de façon spectaculaire son rôle de père Noël depuis le début de la pandémie, augmentant par contre le déficit à plus de 350 milliards de dollars, comment pourra-t-il reproduire cet « exploit » ?

Bien téméraires seraient les banquiers, les hommes d’affaires et autres économistes qui oseraient nous assurer qu’une quelconque reprise économique va se produire dans un proche avenir.

La planète entière est plongée dans la crise. La mondialisation si vantée subit le test d’une réalité sociale, politique et éthique. Les institutions internationales sont secouées dans leurs assises mêmes. L’avenir économique des États-Unis est sombre avec ou même sans Trump, car l’empire américain est déchiré en deux. Les sondages indiquent que 38 % des Américains nient la pandémie et croient aveuglément aux complots, voire à une apocalypse.

Et pendant ce temps, au Canada, Justin Trudeau n’écarte pas une élection et François Legault, dans la crainte que les antimasques ne deviennent des martyrs, rêve de les convaincre de redevenir de gentils citoyens obéissants.

Football news:

For public Masturbation, midfielder anjera El-Melali was sentenced to 18 months in prison on probation
We continue to collect the best team in history. Now the right-wing defenders of the
Ryan Giggs: It may be 15-20 years before the Manchester United title
Galaxy fired head coach Skelotto
Gattuso about 1:0 Sociedad: match depended, decide whether Napoli the task of advancing to the playoffs the Europa League more than half
The fall of the Portuguese, whom Cristiano put above himself. From Chelsea and Mercedes in 16-to viewing in Kuban and term for drugs
Juve are in talks with the sacked Sarri to terminate their contract. The coach received 5.5 million euros a year