Canada

Les astres sont-ils alignés?

Allons-y avec une rapide rétrospective des événements qui ont marqué jusqu’à maintenant cette saison remplie de plusieurs bouleversements.

  • La COVID-19 qui frappe durement obligeant le Canadien à disputer 24 matchs en 42 soirs. Un calendrier irréaliste pour ne pas dire ridicule.
  • Série contre Toronto. David contre Goliath, dit-on. On ne concède aucune chance à Dominique Ducharme et son groupe d’atteindre le deuxième tour des séries. Les Leafs sont trop puissants.
  • John Tavares tombe au combat. Carey Price est solide, déterminé, et même si son équipe tire de l’arrière par 1-3, il croit toujours que ses coéquipiers possèdent les ressources pour défier l’impensable.
  • Entrent dans le feu de l’action Cole Caufield et Jesperi Kotkaniemi. Sheldon Keefe devait dire après la série que, dès que les deux jeunes joueurs endossèrent l’uniforme, le Canadien a oublié toutes ses inquiétudes.
  • Série contre Winnipeg. Les Jets viennent d’éliminer Connor McDavid et Leon Draisaitl en quatre matchs d’affilée. Encore là, le Canadien n’a pas les effectifs pour faire le poids. Mark Scheifele perd la tête et s’élimine de la compétition en assaillant Jake Evans qui n’a pas joué depuis cette attaque. Oh, je vous rappelle que Carey Price est toujours spectaculaire. Il se dresse comme un véritable mur devant des rivaux nettement intimidés. Victoire en quatre matchs de suite.
  • Rendez-vous dans le désert, à Las Vegas, et pour accueillir les joueurs du Canadien, une équipe n’offrant aucune faille. Ça va être une série plutôt expéditive et le premier match semble confirmer l’analyse des experts. Or, trois matchs plus tard, le CH domine la série par deux victoires contre un revers. Mais, encore là, l’adversité frappe. Ducharme est positif à la COVID. Cependant, dans l’adversité, il y a des athlètes qui parviennent toujours à capter toute l’attention. Carey Price, intraitable, vole la victoire alors que son vis-à-vis, Marc-André Fleury cafouille. 

Je ne sais pas si le Tricolore fonctionne sous l’influence des astres, mais les membres de ce groupe semblent imperturbables devant l’adversité. Ils affrontent toutes les situations avec un calme désarmant et les jeunes joueurs parviennent à exercer un impact dépassant les attentes.

Vendredi, le Tricolore n’a jamais été dans le coup pendant les 45 premières minutes de jeu. Ce fut une domination totale des Golden Knights. Mais, ils n’ont jamais pu franchir la barrière que surveille un gardien de plus en plus intimidant pour un rival ressentant les premiers symptômes annonçant le doute.

Les Golden Knights auraient dû gagner ce match en première période. Price, à lui seul, en a décidé autrement. « Je le répète, je connais les moments les plus exaltants de ma carrière, » répète-t-il.

Et, à retenir : l’effort et l’acharnement de Nick Suzuki. L’attaque impressionnante de Cole Caufield en route seul vers Fleury qu’il a déjoué avec un tir dans la partie supérieure. Les dirigeants des Golden Knights doivent se questionner à savoir s’il n’aurait pas été préférable de céder au Canadien le centre Cody Glass plutôt que Suzuki. Il ne manque pas de cran. Il ne craint personne. La mise en échec de Brayden McNabb ne l’a pas intimidé du tout. Au contraire. Quelques minutes plus tard, il servait une passe à Caufield. « Depuis deux ans, on découvre un joueur avec des ressources exceptionnelles, » souligne Shea Weber.

Cette équipe a gagné la confiance de ses partisans.

Elle ne rate pas une occasion pour sortir un lapin de son chapeau. Elle a gagné de nouveau l’admiration de son public.

Les astres sont-ils alignés ? 

Pour l’instant, il y a des personnes influentes qui se chargent de réunir tous les éléments pour les diriger vers les objectifs convoités.

La formule adoptée par ce groupe donne jusqu’ici des résultats concluants.

Impressionnants même ! 

Indigne d’un circuit professionnel 

Gary Bettman assistait au match de vendredi soir.

J’ose espérer qu’il a rejoint Colin Campbell, celui qui est responsable des opérations du secteur hockey de la Ligue nationale, pour lui demander s’il a l’intention de discuter avec les arbitres.

Depuis le début des séries, le comportement des officiels est indigne d’une ligue professionnelle. Je comprends qu’ils ont des directives à suivre, mais doit-on pour autant plonger dans une telle médiocrité ?

Le coup à Perry

Quand Corey Perry a reçu un coup de bâton au visage, coup porté par Jonathan Marchessault, comment a-t-on pu ignorer le geste posé par le joueur des Golden Knights ? Le règlement permet aux juges de ligne d’intervenir si l’on croit que l’infraction mérite une pénalité de quatre minutes, ce qui était le cas.

Personne n’a bronché.

On en est au bon vieux principe qu’on doit laisser les joueurs « jouer ».

Parfait.

Mais, ce n’est pas une raison pour laisser le livre des règlements sur la tablette ou encore oublier la boule du sifflet dans le vestiaire. J’ai beaucoup, beaucoup de respect pour les arbitres et les juges de ligne. Ce sont des gens qualifiés... mais, présentement, comment peuvent-ils fermer les yeux sur autant d’infractions ?

Ont-ils été invités à prôner la tolérance ?

Très critiqués

Ils ont été critiqués sévèrement depuis le début des séries. Bruce Cassidy a payé une amende de 25 000 $. Barry Trotz n’a pas mâché ses mots à la suite du but marqué par le Lightning qui avait sept joueurs sur la surface de jeu. Craig Berube a été cinglant. Jared Bednar, de l’Avalanche également. Bref, y a-t-il un entraîneur qui n’a pas haussé le ton ?

Pourquoi le livre des règlements est-il si différent pendant les séries éliminatoires comparativement aux actions que prennent les arbitres pendant le calendrier régulier ?

Football news:

PSG will send Manchester United an offer for Pogba in the coming days
Cody about Prince William hugging Sak, Rashford and Sancho after the Euro final: The pain won't go away, but it definitely helped
Barcelona and Neymar have concluded an out-of-court deal and settled their differences on payments
Inter showed an away uniform with black and blue snakes
Tottenham traded Lamela to Seville for 20-year-old Gil
Griezmann agrees to a salary cut if he stays at Barca. He is ready to leave only for Atletico
Real Madrid and Manchester United will agree on Varane's transfer in the near future. The last details remain