Canada

Les fourberies de Justin

Justin Trudeau est un faux candide et un faux vertueux qui, en politique, tente souvent avec succès de surfer sur l’élan du moment.

Cette semaine, il a failli réussir à déclencher une élection avant que d’autres affaires gênantes ne s’ajoutent à celle de WE Charity. D’ailleurs, WE Charity est un organisme qui ressemble à Justin Trudeau. Les deux frères Craig et Marc Kielburger, qui ont mis sur pied une ONG, ont le physique de l’emploi. Ce sont en apparence des adulescents, beaux gosses, de gauche, à l’allure détendue, mais avec la main tendue vers les subventions publiques qui leur ont permis de recevoir, grâce à leur ami à la tête du Canada, des millions de dollars. À cause des informations rendues publiques par les médias, l’organisme de bienfaisance a dû rembourser une partie des sommes qu’il avait reçues.

Le premier ministre ne souhaite qu’une chose, c’est une élection qui le reporterait au pouvoir avant que la pandémie ne se termine et que l’état des finances publiques ne soit révélé. Car à l’évidence les déficits accumulés à cause des subventions de tout genre donneront le tournis aux Canadiens.

Justin Trudeau a commis une erreur en croyant qu’il pourrait fabriquer une urgence, comme l’écrivait Paul Journet hier dans La Presse.

Scandales

Le faux vertueux, aveuglé par son narcissisme et entouré de conseillers qui lui renvoient une image rassurante de lui, semble croire que le comportement éthique de ses interventions dans le scandale de SNC-Lavalin en passant par celles de libéraux qui se seraient ingérés dans le processus de nomination des juges peut tomber dans l’oubli. Or les citoyens sont masqués, mais pas sourds et muets.

Justin Trudeau est incapable d’imaginer que son avenir politique consistera à diriger un gouvernement minoritaire. L’homme est peu habitué à s’incliner devant ses adversaires afin de faire passer ses projets
politiques.

Son attitude générale est cependant moins autoritaire que royale. Il doit sa carrière politique à son héritage familial. Contrairement à la majorité de ses collègues de la Chambre des communes, il est né avec une cuillère d’argent dans la bouche et a été porté sur les fonts baptismaux du PLC par de fervents admirateurs de son propre père. 

Sa courte carrière théâtrale a été en quelque sorte une répétition générale en vue de sa consécration à la tête du parti libéral, un passage obligé avant d’être élu premier ministre.

Confiance

La crise de la COVID-19 ne permet pas aux politiciens d’occuper l’avant-scène. Par contre, dans tous nos pays, une majorité de gens actuellement ont besoin de faire confiance à ceux qui les gouvernent. Les sondages le démontrent sans équivoque. Comme Donald Trump l’apprendra bientôt à ses dépens.

Les partis d’opposition n’ont qu’un rôle secondaire à jouer puisque toutes les tentatives de faire passer la politique au-dessus des préoccupations de santé publique sont vouées à l’échec.

En d’autres termes, Justin Trudeau ne peut plus jouer au pur et traiter ses adversaires d’irresponsables ou d’incompétents.

Le premier ministre ne peut plus distribuer les subventions comme durant la première vague de la COVID-19. Il ne peut non plus déclencher une élection afin de retrouver une majorité. Bref, sa fourberie est inutile. Il demeurera minoritaire jusqu’à la fin de cette terrible épreuve collective.

Football news:

Griezmann on Messi: I admire Leo, and he knows it. We have a great relationship
Rooney on the possibility of a move to Barca in the 2010/11 season: Thinking about it. Could fit in perfectly
Hooray, in England they will let the audience into the stands again! While up to 4 thousand and not everywhere, but the clubs are happy 😊
Solskjaer about the match with Istanbul: these are the Champions of Turkey, it will be difficult
Gasperini on the nomination for the best coach of the year award: If we beat Liverpool, maybe I'll get a few votes
Julian Nagelsmann: Leipzig want to give PSG that final feeling they are talking about
Tuchel Pro Champions League: Match with Leipzig - the final of our group