logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Les rencontres amoureuses à l’ère des applications: combien ça coûte?

Quelques verres au bistro du coin avec la flamme #1, sortie au musée avec la flamme #2, dessert partagé dans une chic pâtisserie avec la flamme #3: à l’ère des applications, les rencontres se bousculent pour les célibataires en quête du grand amour.   

S’il est facile de faire des rencontres par le biais des apps, la multiplication de celles-ci peut avoir un impact significatif sur le porte-feuille. L’amour n’a pas de prix, mais les rencontres en ont un.              

Une sortie au bar avec retour en taxi peut facilement coûter 50$ pour une seule personne. Pour une soirée à deux au cinéma, avec maïs soufflé et boissons gazeuses, il faudra débourser près de 50$. Un célibataire qui va en date à raison d’une fois par semaine cumulera vite des centaines de dollars en dépenses reliées aux sorties amoureuses.             

La règle de l’entonnoir  

Mathieu Huot, planificateur financier et membre du conseil d’administration de l’Institut québécois de la planification financière (IQPF), invite les jeunes à faire un calcul inversé avant de déterminer quel montant allouer à leurs sorties, peu importe la nature de celles-ci.               

«Une fois qu’on a regardé les dépenses jugées primordiales et nécessaires (loyer, alimentation, transport, épargne), c’est là qu’on peut voir quel est le surplus qui pourrait ensuite être utilisé dans les sorties, sans mettre en péril la planification financière de la personne», affirme-t-il.              

Direct...et indirect  

Les frais de sorties étant une chose, il faut également réfléchir aux coûts indirects du dating. Visite chez l’esthéticienne et la coiffeuse, virée shopping pour trouver une nouvelle tenue; certains vont loin pour plaire. Coiffeuse à son compte sur l’île de Montréal, Samantha voit autant d’hommes que de femmes se préparer pour leur rendez-vous.             

«Ça leur fait souvent un prétexte pour venir. [...] Je ne vais pas leur dire de ne pas le faire, mais si je n’étais pas moi-même coiffeuse, je ne paierais peut-être pas pour ça avant d'aller en date», lance-t-elle en riant. Comme quoi, trop ce n’est comme pas assez.             

Voici 5 témoignages pécuniaires de femmes et d’hommes ayant rencontré (ou pas) l’être cher sur les applications.             

Maude, Montréal, 29 ans             

- Montant dépensé par mois pour les rencontres en période de célibat: Entre 50$ et 400$             

- Coût dépensé par date: En moyenne 50$             

- Ce montant est-il variable selon l’intérêt porté à l’autre personne? Non             

- Payer pour l’autre, oui ou non? Jamais pour la première fois             

- Endroit visité pour une première rencontre: Un bar de quartier où je me sens en confiance             

Témoignage de Maude  

Mes amis m’avaient toujours dit qu’il valait mieux s’en tenir à un verre ou deux pour une première rencontre. C’est le moyen parfait de se défiler vers un autre plan si la personne ne nous intéresse pas, et dans tous les cas, ça permet de s’être fait une tête à savoir si on veut revoir la personne ou non.              

La seule chose, quand on est de nature timide comme moi, c’est qu’on n’arrive jamais à se défiler facilement lorsqu’on n’est pas intéressé. Et c’est surtout encore moins drôle monétairement quand on se trouve dans un endroit chic chic chic.             

Après un délicieux verre de vin nature dans ce bar sur Saint-Laurent, mon idée était faite. Je savais que ce ne serait pas le père de mes enfants. Que ce soit par un mensonge ou par pure vérité, j’étais INCAPABLE de me défiler. Je passais un bon moment, je rigolais, j’appréciais l’humour du gars et on avait quelques intérêts en commun, mais je ne ressentais pas la petite étincelle.              

Je ne sais plus combien de verres de vin nature d’importation privée en provenance de je ne sais où j’ai pu boire, mais ils coûtaient chers. Le tout accompagné d’une planche de charcuteries, d’un énorme plateau de fromages et de quelques autres petits plats à partager; le montant total de ma facture s’est soldé à 217$. Ouch!             

J’ai certainement appris de mes erreurs, mais j’ai pris quelques semaines avant de retourner sur une date. Surtout, j’ai attendu la prochaine paye.             

Selon l'Institut de la statistique du Québec, plus de 22 800 mariages ont été célébrés au Québec en 2018. Les mariages de conjoints de même sexe représentent 3% de l’ensemble des mariages.

Unsplash - Pablo Merchan

Selon l'Institut de la statistique du Québec, plus de 22 800 mariages ont été célébrés au Québec en 2018. Les mariages de conjoints de même sexe représentent 3% de l’ensemble des mariages.

 Mathieu, Québec, 34 ans            

- Montant dépensé par mois pour les rencontres en période de célibat: Entre 50 et 300$             

- Coût dépensé par date: Entre 30 et 50$             

- Ce montant est-il variable selon l’intérêt porté à l’autre personne? Non             

- Payer pour l’autre, oui ou non? Première date, non. Pour la suite, oui, si c’est équilibré.             

- Endroit visité pour une première rencontre: Au début de mon célibat, j’optais pour le classique verre dans un bar branché. À la fin, j’invitais les filles à aller prendre une marche.             

Témoignage de Mathieu         

J’ai toujours eu pour but de trouver LA personne. Dater, pour moi, c’est la façon idéale pour atteindre ce but et grâce aux applications, il est très facile de rencontrer des filles. Je suis bien dans ma peau et j’ai un égo équilibré, je suis très respectueux et jamais déplacé. Je suis aussi résilient et réaliste. J’ai donc compris que pour trouver LA bonne, il fallait que j’embarque les statistiques de mon côté. J’ai donc «turbo daté» jusqu’à ce que je trouve celle que je cherchais. C’est quoi «turbo dater»? Matcher avec quelqu’un sur une application, c’est la pointe de l’iceberg. Le virtuel, c’est une infime partie du réel. J’ai donc toujours visé des rencontres de type «vraie-vie» rapides.              

Au lieu d'aller prendre un verre ou un café comme première date (classique Tinder), j'invitais plutôt la personne à prendre une marche. Simple, efficace et beaucoup moins stressant. Tu peux en apprendre beaucoup sur une personne lors d'une marche. Surtout, c'est très efficace si tu ne veux pas perdre ton temps. Oups, ton match ne correspond pas du tout à ce que tu t'imaginais? Tu auras seulement perdu 45 minutes de ta vie et, wow, tu auras fait de l'exercice! En plus, c'est GRATUIT! En conclusion, j’ai rencontré ma blonde en promenade de la Basse-Ville à la Haute-Ville.             

Seulement 28% des hommes et 31% des femmes se marieraient au moins une fois avant leur 50e anniversaire au Québec.

Unsplash - Matthieu Joannon

Seulement 28% des hommes et 31% des femmes se marieraient au moins une fois avant leur 50e anniversaire au Québec.

Karine, Ottawa, 31 ans             

- Montant dépensé par mois pour les rencontres en période de célibat: 150$             

- Coût dépensé par date: En moyenne 50$             

- Ce montant est-il variable selon l’intérêt porté à l’autre personne? Non             

- Payer pour l’autre, oui ou non? Moitié-moitié, le premier rendez-vous et ensuite, on s’invite l’un et l’autre.             

- Endroit visité pour une première rencontre: Autour d’un verre, d’un café ou d’un thé, pourvu que cela ne dure pas plus de deux heures.             

Témoignage de Karine        

J’étais allée manger avec ma famille dans une crêperie apportez-votre-vin et comme j’étais moi-même en période de célibat, je portais une attention particulière aux gens qui pouvaient sembler en première date dans les lieux où j’allais. J’avais simplement envie de voir la façon dont les gens se comportaient. Parfois, c’était assez visible qu’ils en étaient à leur premier rendez-vous.             

Ce jour-là, la table voisine était occupée par un gars et une fille, clairement mal à l’aise d’être là. Le gars lui a demandé à la fin du repas si elle souhaitait le revoir et elle lui a avoué très gentiment que ça ne cliquait pas entre elle et lui. Le gars lui a automatiquement demandé de payer la moitié de la bouteille de vin Fuzion à 12$ qu’il avait apporté. Cheap, cheap, cheap! Cette fille-là n’a pas dû regretter son choix de le flusher!       

Le Québec est la province avec le plus haut taux d’union libre selon le dernier recensement. Ce taux s'élève à 39,9% au Québec, alors qu'en 1981, il était à 9%.

Unsplash - Rafael Barquero

Le Québec est la province avec le plus haut taux d’union libre selon le dernier recensement. Ce taux s'élève à 39,9% au Québec, alors qu'en 1981, il était à 9%.

Julien, Montréal, 30 ans             

- Montant dépensé par mois pour les rencontres en période de célibat: En général, entre 120 et 150$             

- Coût dépensé par date: Entre 40 et 50$             

- Ce montant est-il variable selon l’intérêt porté à l’autre personne? Absolument pas depuis que j’essaie avant tout de m’offrir (et à la personne qui m’accompagne) un bon moment. En dépit du niveau d’intérêt d’une part comme de l’autre.              

- Payer pour l’autre, oui ou non? Ce sont des choses qui sont arrivées (à l’inverse aussi). Mais ce n’est, à mon sens, pas une obligation             

- Endroit visité pour une première rencontre: Parc l’été (bouffe, consommations, etc.) ou un bar pas trop bruyant            

Témoignage de Julien             

Mon anecdote n’est tout simplement pas une anecdote. Essentiellement, l’une de mes rencontres les plus plaisantes, si ce n’est pas la plus plaisante, a coûté 0$. Rien du tout! Et j’ai fréquenté la personne durant six mois après. Comme quoi on n’a pas besoin de sortir de l’argent pour impressionner l’autre!      

Selon le dernier Recensement, on compte 8,2 millions de couples au Canada.

Unsplash - Kimberly Mears

Selon le dernier Recensement, on compte 8,2 millions de couples au Canada.

Élise, Montréal, 27 ans             

- Montant dépensé par mois pour les rencontres en période de célibat: Environ 200$             

- Coût dépensé par date: Ça dépend du calcul. Pour une date qui me tente vraiment et sur laquelle je fonde beaucoup d’espoir, je peux devenir un peu folle. Il m’est déjà arrivé (plus d’une fois) d’aller chez l’esthéticienne pour une épilation complète, de me faire faire les ongles, d’acheter du nouveau linge pour me sentir en confiance, etc. Dans ces cas-là, la facture a vite grimpé. Si on ne calcule pas les coûts indirects du dating, une soirée me coûte environ 60$ pour quelques consommations.             

- Ce montant est-il variable selon l’intérêt porté à l’autre personne? Non, mais la durée de la date, oui. Forcément, moins de temps = moins de verre = moins d’argent. J’essaie de partir après le premier verre si je sens que ça ne clique pas. Je suis très douée pour trouver des excuses.             

- Payer pour l’autre, oui ou non? Non             

- Endroit visité pour une première rencontre: J’aime beaucoup laisser l’autre personne choisir parce que ça me donne une idée de ce qui l’intéresse.             

Témoignage d'Élise             

J’ai déjà annulé des dates à la dernière minute parce que j’étais cassée et que je ne voulais pas «projeter une image de fille paumée». Pour cette raison, mon témoignage est court. Il n’y a tout simplement pas de suite à raconter. Eh!             

Selon le dernier Recensement, 1,2 million de personnes vivent seules au Québec. Ce nombre représente 17 % de la population de 15 ans et plus.

Unsplash - Mindspace studio

Selon le dernier Recensement, 1,2 million de personnes vivent seules au Québec. Ce nombre représente 17 % de la population de 15 ans et plus.

Themes
ICO