Canada

Simon Kean-Tyson Fury: le rêve fou

On va aller direct au but. Hier soir, au moment d’envoyer ma chronique au Journal, les chances d’assister à un combat entre Simon Kean et le champion du monde Tyson Fury étaient évaluées à 95 pour cent. 

Si on règle les 5 pour cent manquants, le combat aurait lieu à Londres, le 5 décembre. 

Mais quand on négocie des ententes aussi énormes dans un contexte où toutes les pièces du puzzle doivent s’imbriquer parfaitement, les 5 pour cent pèsent aussi lourd que les 95 déjà réglés. 

L’argent pour Simon Kean, on s’est entendu. Les conditions pour le combat, c’est également réglé. Les droits pour présenter le combat au canal Indigo et au réseau Punching Grace sont obtenus pour Camille Estephan.

Ce qui reste dans le camp de Tyson Fury, c’est de compléter l’entente avec le réseau britannique qui va présenter le gala du 5 décembre. Les négociations sont très avancées, mais tant que ce n’est pas signé, rien ne peut être officiel.

Mais on peut dire que si Tyson Fury se bat le 5 décembre à Londres, ce sera contre Simon Kean. Mais on peut dire également qu’il y a encore des chances que le combat n’ait pas lieu. 

UNE HISTOIRE DE FILM

Mais comment Simon Kean peut-il se retrouver impliqué dans semblable histoire ?

Il faut remonter à 10 ans. Lors d’un congrès du WBC à Mexico, un jeune Camille Estephan, Libanais de naissance, était sur place pour pousser le classement de Dierry Jean dans les classements. 

Il a alors fait la connaissance de Jose Sulaiman, père de Mauricio, et président du WBC. Sulaiman est d’origine libanaise, et lui et Estephan ont vite connecté. Le directeur du comité des classements et directeur du WBC était un certain... Bob Yalen. 

Estephan avait également passé de bons moments avec Yalen à Las Vegas lors du premier combat entre Bermane Stiverne et Deontay Wilder. 

Bob Yalen est aujourd’hui président de MTK Global, la plus grosse compagnie de gérance de boxe et de MMA au monde. C’est la compagnie qui tire les ficelles derrière Tyson Fury. Le 20 juin, il a tassé Daniel Kihanan, le parrain de la mafia irlandaise qui était très impliqué dans la carrière de Tyson Fury et qui avait fondé MTK Global en 2012.

Kihanan, à la tête du cartel Kihanan, était tellement puissant qu’on pensait que le gouvernement irlandais avait perdu espoir de le mettre hors circulation. Le 30 juin, il était accusé et arrêté. Déjà, MTK Global et Tyson Fury avaient rompu tous leurs liens avec le Parrain. 

La semaine dernière, quand il est devenu évident que Bob Arum ne pourrait pas trouver l’adversaire que cherchait MTK Global pour Fury, Yalen et Estephan ont communiqué ensemble et on s’est vite entendus sur les grandes lignes d’un contrat qui permettrait à Kean de toucher plus de 600 000 $ canadiens. 

CHOISI PAR FURY

Simon Kean a été choisi par le clan Fury. Il mesure 6 pieds et 5 pouces, ce qui est parfait puisque Fury se prépare pour des combats contre Anthony
Joshua et Deontay Wilder, qui font 6 pieds et 6 pouces. 

Kean est très fort, mais il n’est pas très rapide. De plus, l’accident qu’il a subi plus jeune à une jambe a laissé des séquelles qui l’empêchent de se déplacer avec une certaine efficacité dans le ring. Fury est rapide comme un poids moyen malgré ses 6 pieds et 9 pouces.

De plus, l’entraîneur de Tyson Fury est notre ami Sugar Hill, l’ancien entraîneur d’Adonis Stevenson. Il connaît Simon Kean, et son style ne causera aucune surprise au champion irlandais.  

Pour les Anglais, Simon Kean sera un adversaire crédible. Très beau physique, charisme et bagout.

Il a une bonne fiche de 19 victoires et une seule défaite vengée contre Dillon Carman. De plus, le Grizzli de Trois-Rivières a représenté le Canada aux Jeux olympiques de Londres en 2012. C’est toujours bon dans un CV.

L’objectif est d’offrir un combat de mise en forme au champion du monde sans qu’il coure un risque de mauvaise surprise.  

On a trouvé le candidat en Mauricie.

SIMON FOU DE JOIE

Simon Kean était fou de joie quand je lui ai parlé samedi soir. Curieusement, il va se retrouver dans un univers qu’il connaît bien. Il y a deux ans, il a passé plusieurs semaines à Bolton, à trois heures de Londres, au camp d’entraînement de Hughie Fury, entraîné par John Fury, l’oncle de Tyson Fury. 

Kean a raconté à Simon René, coréalisateur d’un documentaire présenté à TVA Sports, qu’il rêvait de revenir à Londres pour avoir la chance d’un vrai combat contre un des deux Fury. Selon Simon René et Marc Danis qui s’étaient rendus à Bolton, Kean tenait facilement son bout lors des sessions de sparring.

Plusieurs fans ont vomi sur Kean depuis le scoop de Mathieu Boulay dans Le Journal de samedi. Que certains aient des doutes sur ses chances de gagner, c’est normal. Ça va de soi. Qu’on vomisse des injures et des saloperies sur les réseaux sociaux est une autre histoire. Des psychiatres émettent l’hypothèse d’une profonde envie ou d’une homosexualité refoulée qui devraient préoccuper les auteurs de ces cochonneries. C’est curieux comment les beaux hommes comme Kean, Patrice Brisebois ou Stéphane Richer déchaînent des bas instincts. 

Simon Kean est un Québécois qui a perdu son père alors qu’il était tout jeune. Il s’est élevé tout seul avec l’aide d’une mère débordée et d’un grand-père bienveillant. Il a fait de la prison pour un crime de bêtise. Depuis, il s’est reconstruit et gagne sa vie honorablement.

Il va avoir le courage de monter dans le même ring que Tyson Fury en espérant, malgré les doutes de tous, causer une surprise. En risquant de se faire casser la gueule de la pire des façons.

Pourquoi vomir sur les réseaux sociaux ? Et puis, de toute façon, il reste encore 5 pour cent qui ne sont pas réglés. Tout d’un coup que ça ne marche pas ? Tout d’un coup que le combat n’ait pas lieu ? 

Ça ferait bien des vomissures gaspillées...

Football news:

Liverpool can play Midtjylland in Dortmund due to restrictions due to COVID-19
Barca presidential candidate Ruso wants to rename the club's stadium to camp Nou Leo Messi
Maradona = an style. Dressed brightly, got a tattoo with Che Guevara and Fidel, photographed with Queen, shot for a magazine about slums
Samuel Eto'o: The situation is the same with racism. Need more education
Daniele Bonera: Milan always wants to dominate, that's the club's philosophy. Lille-a difficult opponent
In Buenos Aires, a farewell to Diego Maradona takes place
We will talk to Messi, but we will not ignore the economic situation. Barca presidential candidate Ruso on Leo's future