Canada

Statu quo sur les bagarres : Patrick Roy n’est pas surpris

Déçu de l’immobilisme des équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) dans le dossier des bagarres, Patrick Roy n’est cependant pas tombé en bas de sa chaise quand il a appris qu’aucun vote sur la question n’avait été tenu.   

• À lire aussi: LHJMQ: l’abolition des bagarres attendra  

L’entraîneur-chef et directeur général des Remparts de Québec ne s’est pas gêné, ces dernières semaines, pour faire savoir qu'il approuve l’interdiction pure et simple des bagarres, suggérant que les joueurs qui laissent tomber les gants soient automatiquement expulsés de la rencontre.     

«Je ne sais pas si ça me déçoit [le statu quo], mais je ne suis pas tant surpris. Nous ne sommes pas tous à la même place. Pour moi, je réalise que les bagarres, dans le monde du hockey, ça n’a plus sa place. Il faut évoluer, dans la vie, et passer à autre chose», a-t-il martelé vendredi, au lendemain d’une victoire de 4-2 de son club à Baie-Comeau.   

Roy aurait aimé que les propriétaires réunis jeudi dans le cadre de l’assemblée des membres de la LHJMQ soient visionnaires sur ce point. Le président des Remparts, Jacques Tanguay, n’avait d’ailleurs pas caché sa déception à la sortie de la réunion, lui qui avait amené le sujet sur la table il y a deux ans.   

«Plusieurs organisations ont peur d’évoluer. Elles ne sont pas rendues là. Pour elles, les bagarres ont encore leur place. C’est un peu décevant qu’on n’avance pas rapidement, dans notre ligue. Et puis, c’est quand même un sujet important, car ça mettrait beaucoup de pression sur la LNH si une ligue comme la nôtre interdisait les bagarres. Il faut se rappeler où ça commence», a poursuivi Roy à bord de l’autocar des Remparts qui se dirigeait vers Chicoutimi en vue du match de samedi contre les Saguenéens.   

Remparts: un trio en feu  

Pendant ce temps, sur la glace, le premier trio des Remparts, composé de Hunter Holmes, Théo Rochette et Pierrick Dubé, roule à plein régime depuis deux matchs.   

Rochette a inscrit jeudi son premier tour du chapeau dans le circuit Courteau, alors que Dubé a récolté quatre mentions d’aide. Les trois comparses ont amassé 11 points contre Shawinigan (mardi) et Baie-Comeau.   

«Pierrick joue son meilleur hockey depuis que je suis en place. Théo se place dans la zone payante et il y a une belle progression de sa part. Il met les efforts et c’est le fun de voir quelqu’un saisir l’opportunité.   

«Quand on a mis Pierrick de côté contre Val-d’Or, ce n’était pas à cause de ses performances, mais de son comportement et de son langage corporel. Il y a un bon changement à ce niveau», a expliqué l’ancien gardien étoile en poste depuis avril 2018.   

Un déclic?  

Les deux récents gains ont fait oublier le massacre de 11-2 dont les Remparts avaient été victimes dimanche dernier à Rimouski.   

«Il y a toujours des moments clés, dans une saison: parfois c’est au début, au milieu ou à la fin, et, dans notre cas, c’est arrivé à Rimouski. Je n’ai pas accepté la concentration qu’on avait et le fait qu’on ait abandonné. Il fallait mettre le pied à terre, comme groupe d’entraîneurs, et c’est ce qu’on a fait», a expliqué Roy, qui avait sermonné ses ouailles mardi matin, à quelques heures du duel contre les Cataractes.   

Le gardien Emerik Despatie sera le partant contre les Sags. La recrue en sera à son premier départ depuis le 26 janvier dernier.