Canada

Un troisième album très attendu

Half Moon Run est de retour. Après une pause de plus d’un an et demi, le groupe montréalais revient à l’avant-plan avec une nouvelle tournée, qui coïncidera avec la sortie de son très attendu troisième album, cet automne. Le Journal s’est entretenu avec le musicien Conner Molander sur ce nouvel opus que le groupe a mis plus d’un an à créer.

Quand avez-vous amorcé le travail sur le nouvel album ?

« Peut-être au printemps 2018, nous avons commencé à faire un horaire, semaine par semaine, pour voir ce que nous pouvions faire le plus efficacement possible autour de la musique. Certaines chansons que nous avons sur cet album sont plutôt vieilles. Par exemple, nous avons une pièce de plus de sept minutes qui comprend une portion créée à l’époque de Dark Eyes [sorti en 2012]. »

Que vouliez-vous faire avec ce nouvel album ? Aviez-vous une ambiance précise en tête ?

« Je suis fier de toute la musique que nous avons enregistrée. Mais il y a des choses, particulièrement sur Dark Eyes, qui sonnent un peu “brumeuses” (hazy). C’est une bonne chose, mais nous voulions nous détacher de ça, revenir vers un son plus clair, quand même riche, chaleureux, enveloppant. Nous avons travaillé avec Joe Chiccarelli [Beck, The Strokes], un producteur de Los Angeles. Il est venu ici, à Montréal, pour enregistrer avec nous. Nous parlions constamment de ça, le ton de l’album, le son qu’on voulait avoir. Il y a un danger à s’éloigner de quelque chose de brumeux pour aller vers un son plus défini. Si tu l’appuies trop, ça peut sonner trop propre, style pop radio. On ne voulait pas ça. »

Un autre groupe montréalais, Arcade Fire, connaît un grand succès sur la scène internationale. Rêvez-vous d’avoir le même genre de carrière ?

« Il y a deux réponses à ça. La première est oui. Mais une autre partie de toi sait que ce n’est pas exactement la chose à faire. C’est spécialement quelque chose qui n’est pas plaisant à admettre en entrevue (rires). Mais oui, certainement, tu veux être aussi bon que possible. La façon de le faire est de regarder les autres qui l’ont fait et te demander si tu peux le faire aussi. Je ne me sens pas en concurrence directe avec Arcade Fire, mais je me compare et me demande ce qu’ils font de mieux que moi. Et j’essaie de le faire encore mieux moi-même. C’est un peu comme un sport, dans un sens. C’est le plaisir de ce métier. »

Est-ce difficile de créer sans penser au succès ?

« Il y a des gens qui ont dit que notre groupe faisait de la musique avec des rythmes accrocheurs et des harmonies entraînantes. Ils nous disaient que si on mettait ces éléments de l’avant, ça donnerait quelque chose de plus pop qui pourrait vraiment exploser [à l’international]. C’était un peu “la recette du succès”. On nous a déjà dit que si on donnait nos mélodies à un producteur, il pourrait faire en sorte que nous ayons un gros succès commercial, du moins pour une petite période. Dans le groupe, nous en avons discuté. Mais chaque fois que ça s’en allait dans cette direction, les mêmes choses se produisaient. D’abord, ce n’est jamais garanti que le résultat sera un succès. Si ça ne l’est pas, tu vas vouloir te tuer. Non seulement ce n’est pas un succès, mais tu as vendu ton âme. Et en prenant du recul, on se demandait pourquoi on était en train de faire ça. Tu dois faire la bonne chose, tu dois faire la meilleure musique possible, selon tes propres goûts. »

Jusqu’à quel point est-ce inspirant de vivre à Montréal ?

« J’adore ça plus que jamais, spécialement après avoir beaucoup voyagé. J’ai déménagé ici il y a presque dix ans. C’est juste la meilleure ville au monde ! L’hiver est dur, je déteste ça, mais ça vaut la peine... Il n’y a définitivement pas de meilleure ville au Canada. »

« J’ai toujours pensé que j’allais retourner vivre en Colombie-Britannique, c’était dans mes plans. Mais maintenant, je ne pense plus que je le ferai. J’aimerais mieux m’acheter une maison à Montréal, vivre et élever mes enfants ici. En plus, ma blonde vient de Granby ! »

► Half Moon Run fera quelques concerts au Québec le mois prochain. Pour toutes les dates : halfmoonrun.com.

Football news:

Ole Gunnar Solskjaer: I Think it was a penalty against Aston Villa
Philadelphia played in t-shirts with the names of black people who died at the hands of the police
Kompany tries everything at Anderlecht: he coached without a license (terrible), played 15 matches and invested 3 million euros in the club
Aston Villa coach on Manchester United penalty: A shameful decision
Paul Pogba: Winning the Europa League and the FA Cup are two of Manchester United's goals for this season
Manchester United's first ever Premier League win 4 consecutive games with a difference at least 3 goals
Brunu has scored 7 (4+3) points in his last 3 games for Manchester United