Canada

«Véritable prédateur sexuel»: à l'ombre 14 ans pour avoir agressé sa fille

Un père de famille qualifié de «véritable prédateur sexuel» par le Tribunal et qui a abusé de sa fille sur une longue période a écopé, vendredi, de 14 années de détention, soit la peine maximale qu’il est possible d’avoir en matière d’inceste.

Techniquement, c’est jeudi que Stéphane Joachim, reconnu coupable d’inceste et d’agression envers sa fille, devait connaitre la sentence imposée par le juge Mario Tremblay. 

Cependant, l’accusé s’était trouvé une excuse pour ne pas se présenter devant le Tribunal, comme ce fût souvent le cas depuis le début des procédures judiciaires.  

Qu’à cela ne tienne, le magistrat a émis un mandat d’arrestation et s’est en étant détenu à partir des locaux du service de police de la ville de Magog que l’homme de 48 ans a écouté, vendredi, la sentence prononcée contre lui.   

Agressions multiples

Dans sa décision écrite, le président du Tribunal a rappelé que la première agression est survenue quelques jours avant le 13e anniversaire de naissance de la fille de l’accusé et qu’elles se sont échelonnées jusqu’à ce que l’adolescente soit âgée de 15 ans. 

«En tout, il y a eu entre 15 et 20 longs événements au cours desquels l’accusé assouvissait ses fantasmes et pulsions», a noté le juge, précisant que cette «exploitation sexuelle avait été jusqu’à amener sa fille à participer à ce qu’elle croyait être un film pornographique destiné au marché de la revente».  

À chaque fois où le père a abusé de l’enfant, il lui servait alcool ou drogue pour atténuer sa résistance, elle qui était ainsi «désensibilisée à presque tous les types de rapports sexuels par celui qu’elle considérait comme son héros», a souligné le juge Tremblay.  

Peine maximale

Dans le cadre des observations sur la peine, le poursuivant, Me Michel Bérubé avait demandé au Tribunal d’imposer la peine maximale de 14 ans.  

Pour étoffer sa demande, il avait fait valoir une récente décision de la Cour suprême qui «marque un tournant en matière d’imposition de peine impliquant des enfants dans le cadre d’infraction de nature sexuelle». 

Il avait également plaidé que même si Joachim ne possédait pas d’antécédent en semblable matière, le Tribunal devait prendre en considération «l’activité criminelle de l’accusé» qui entre 1991 et 2017 a reçu des peines pour 71 crimes. 

En terminant, le magistrat a tenu a souligné le courage de la victime qui n’a jamais baissé les bras, et ce, même si les procédures judiciaires se sont étirées sur près de six années.    

De l'ombre à la lumière 

Elle a longtemps été confinée aux lourds secrets, mais elle n’a jamais perdu son courage ni l’espoir qu’un jour le cauchemar allait prendre fin et, vendredi, Stéphanie Lapointe a demandé au Tribunal de lever l’ordonnance qui protégeait son identité pour pouvoir prendre la parole.

Stéphanie Lapointe

Photo Kathleen Frenette

Stéphanie Lapointe

Dans son jugement rendu, vendredi, le juge Mario Tremblay a rappelé que depuis les abus, qu’elle a subis alors qu’elle avait entre 13 et 15 ans, la vie de la jeune femme, aujourd’hui âgée de 21 ans, a été bouleversé, brisé, brimé.  

Son parcours académique a été brutalement interrompu, elle a de la difficulté à garder un emploi, ses relations interpersonnelles et familiales ont été grandement affectées et malgré une grande perte d’estime personnelle, elle n’a jamais abandonné depuis le jour où elle a dénoncé son père... celui qu’enfant elle appelait : son héros.   

«Je savais que je devais passer à travers cette étape-là pour repartir à neuf», a-t-elle expliqué aux médias quelques minutes après que la peine de 14 ans d’emprisonnement ait été prononcée contre son père.  

À quelques reprises au cours de l’entretien, Stéphanie a eu la larme à l’œil, surtout lorsqu’elle a parlé de sa famille qui l’a laissé tomber depuis la dénonciation.  

Malgré cela, la jeune femme est fière du chemin qu’elle a parcouru jusqu’à présent, et bien qu’elle sache que la route sera encore longue, elle espère pouvoir aider d’autres personnes qui, comme elle, souffrent en silence.  

«J’ai entendu plusieurs histoires. Certains passent à travers, mais d’autres sont enterrés six pieds sous terre... alors si j’ai la chance de pouvoir aider une personne et lui montrer que c’est possible de s’en sortir, et bien je vais le faire», a-t-elle ajouté en remerciant, au passage, les enquêteurs et le procureur qui ont travaillé si fort pour elle.  

«Le premier pas est difficile, le deuxième aussi. Les procédures, ça peut paraitre gros, mais il faut franchir les étapes une à la fois et puis, un jour, on arrive à la fin. Ça vaut la peine de le faire... aujourd’hui je l’ai su», a-t-elle ajouté, un sourire sur les lèvres.   

Extraits de la décision du juge Mario Tremblay   

Football news:

Milan leases Tomori from Chelsea with the right to buy for 28 million euros. Medical check-up-today
Borussia Gladbach signed Kone for 9 million euros. The prop will finish the season in Toulouse
We want Messi to stay until the end of his career, but first we will think about the club. Even the best player in history is no more important than Barca. Freisha about Leo
Wijnaldum on Liverpool: We have implementation issues and it's hard to explain
Real Madrid will play Getafe in La Liga on February 9. The match of the 1st round was postponed due to Madrid's relegation from the Spanish Cup
Monaco bought top scorer Brugge Diatt for 16 million euros
Crystal Palace have loaned Mainz top scorer Mateta for 1.5 years with the right to buy out for 15 million euros