Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Accusé de tenir un discours ‘’tribal’’, UDPS : augustin Kabuya réfute toutes les accusations en sa personne et indexe à son tour l’opposition !

Accusé ‘’à tort’’ par certaines personnes après ses propos tenus au retour de son dernier voyage en Europe, Augustin Kabuya rétorque enfin contre ses ‘’détracteurs’’. Le Secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social a, au cours d’une matinée politique tenue à Kinshasa, donné le ‘’sens exacte’’ de ses mots ‘’déformés’’ par certaines personnes mal intentionnées, sur l’affaire tribalisme et la ‘’haine’’ que porteraient certaines personnes envers Félix Tshisekedi, Président de la République.

Mordre l’hameçon !

En effet, en affirmant que  « les gens ne combattent pas Félix Tshisekedi parce qu’il gère mal le pays, mais ils le combattent parce qu’il est Muluba », Augustin Kabuya s’est vu prendre au piège de l’opposition qui a tout de suite ‘’mal orienté’’  le sens de ses  mots, à l’en croire, pour lui faire porter le lourd  fardeau et ternir son image ainsi que celui du régime.

Cependant, tout en niant toute forme d’incitation à la haine tribale tel qu’on l’accuse par l’opposition, le numéro un de l’UDPS a tenu à préciser que ni lui, ni son parti ne cautionnent le séparatisme. « La République démocratique du Congo appartient  à toutes ses tribus. La RDC appartient aux Luba, Swahili, Bangala et Bakongo. Oui à la cohésion nationale, oui à l’unité », a-t-il répliqué.

Par contre, il renverse la vapeur vers l’opposition, particulièrement aux élus Safu et Mukebay, deux cadres de Ensemble de Moïse Katumbi à qui il accuse à son tour de vouloir mettre en exécution un plan ourdi contre l’unité nationale et la cohésion entre congolais. 

Avec des propos ‘’venimeux’’ que ces deux députés ont tenus dernièrement à la télévision, Augustin Kabuya remet en cause le leadership du président de ce parti politique Moïse Katumbi, qu’il soupçonne d’ailleurs d’être du côté des ennemis de la République. Pour lui, la démarche de Daniel Safu ‘’était d’opposer toutes les zones linguistiques à la tribu Luba’’.

Par ailleurs, Augustin Kabuya est également revenu sur l’affaire ‘’Force du Progrès’’, une structure des jeunes de son parti, aujourd’hui qualifiée de milice. Il a, à ce point, appelé tous les jeunes  de cette structure à travailler pour la bonne image du parti, les invitant à se faire identifier dans leurs cellules respectives pour éviter toute confusion avec les infiltrés mal intentionnés.

Fidel Songo