Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

AFS : Christopher Ngoy en ordre de bataille

La salle Glorius Palas du Rond-point Yolo-Médical dans la commune de Kalamu n’a pas suffi pour contenir le monde venu nombreux pour assister à la naissance de l’Alliance des Forces Sociales (AFS). Ce mardi 30 mai 2023 a offert un après-midi en feu au regard de l’engouement de plusieurs organisations de la société civile qui se bousculaient pour signer la charte fondatrice de cette mégastructure dont l’objectif ultime est de participer à la gestion de la chose publique et donner de la voix dans les institutions décisionnelles et délibérantes.

L’assistance ne s’est pas fait prier pour manifester son impatience de voir des mutations profondes et productives dans le domaine de la démocratie en RDC. Le ras-le bol est évident tant la manipulation politicienne se connecte parfaitement à l’ignorance populaire avec, comme conséquence, la démocratie de façade dont le triste mérite est d’enrichir exponentiellement une poignée d’individus au détriment de la majorité.

«Trop c’est trop», a-t-on entendu dire Monsieur Christopher Ngoy qui, désormais, fait office de Président du collège des coordonnateurs de l’AFS. Ce dernier, sous un air austère, a invité le peuple congolais à se départir de sa naïveté ostentatoire pour récupérer sa souveraineté longtemps confisquée par les hommes politiques.

Il y a lieu de rappeler que, c’est surtout en matière électorale que le peuple congolais semble, depuis des lustres, se faire rouler dans la farine par ceux qui ne jurent que par leur doctrine nombriliste ; donnant ainsi raison à celui qui, non sans pertinence, disait : «En démocratie, on n’a que les dirigeants qu’on mérite».

A en croire les organisations signataires de la charte de l’AFS, le paradoxe d’un peuple pauvre assis sur un lingot d’or est une triste réalité qui nécessite un reflexe révolutionnaire pour faire sonner le glas de l’imposture et de la médiocrité. «Les élections étant l’expression par excellence des gouvernés qui doivent choisir librement les gouvernants, il est plus que temps de mettre fin  aux pratiques ataviques d’achat de conscience et de discours démagogiques. », tel est le leitmotiv de l’activisme de ceux qui, comme Christopher Ngoy, ont pendant longtemps sué sang-et-eau pour la cause des droits de l’homme en RDC. Ils  pensent que le nouvel aiguillage de la mentalité électorale est un besoin impérieux pour asseoir la dispensation politique sur des valeurs du respect des biens publiques, de la justice distributive, de l’humanisme et de la bonne gouvernance qu’il faut aiguiller autrement.

Alors que tous les yeux sont rivés vers les joutes politiques qui s’annoncent à l’horizon très proche, et sachant que le nouvel aiguillage électoral conditionne le renouvellement de la classe politique, la société civile qui, du reste, est la vraie incarnation des désidératas de la population, doit impérativement se jeter à l’eau quant au jeu électoral. Elle doit surtout mouiller son maillot pour redonner au peuple-électeur son droit d’accorder son suffrage à ceux qui sont véritablement capables de lui rendre l’ascenseur en termes de redevabilité. Ainsi, la démocratie représentative aura tout son sens.

ELEMENTS DE LANGAGE DU PRESIDENT DE L’ALLIANCE DES FORCES SOCIALES

MOT DE CIRCONSTANCE A L’OCCASION DE LA JOURNEE DE SIGNATURE

DE LA CHARTE DE L’ALLIANCE DES FORCES SOCIALES

DE CE MARDI 30 MAI 2023, AU GRACIOUS PALACE, A KINSHASA – KALAMU

– Distingués Présidents ;

– Distingués Coordonnateurs Généraux et Coordonnateurs Nationaux ;

– Distingués Représentants des organisations présentes ;

– Distingués membres de l’Alliance des Forces Sociales,

– Distingués invités, en vos titres et qualités ;

En cette journée du 30 mai 2023, nous vous adressons, avant toute chose, nos sincères remerciements, pour votre présence en ce lieu, présence qui reflète du reste votre engagement à la cause qui nous unit.

Peuple Souverain, trop c’est trop ! Nous avons assez souffert et notre beau pays, la République Démocratique du Congo, a besoin de vous.

Longtemps réputé apte à nourrir l’Afrique entière, la R.D.C n’arrive plus à nourrir de manière décente sa propre population. Ceci est un paradoxe, longtemps entretenu par un amateurisme avéré et une mégestion criante dans les institutions politiques et publiques, faisant d’une poignée d’individus, les décideurs du sort des millions de congolais restants.

Non ! Notre pays ne mérite plus cela.

C’est pourquoi les organisations responsables de la Société Civile se sont réunies pour changer cet état de chose, par l’union de leurs efforts et expertises pour créer l’Alliance des Forces Sociales qui prend naissance ce

mardi 30 mai 2023, à travers la signature de la charte de l’Alliance des Forces

Sociales et surtout grâce à l’effort et la participation active de chacune des organisations ici présentes, que je vous prie de féliciter à cette occasion, à travers des acclamations nourries.

L’Alliance des Forces Sociales se veut désormais être la voie par laquelle le peuple souverain, à travers ses dignes fils, pétris des valeurs et engagés à demeurer redevables au seul souverain primaire, doivent accéder aux commandes des institutions nationales, afin d’y insuffler une nouvelle façon de gérer et une redistribution équitable des ressources nationales à tout le Peuple, sans distinction.

Peuple congolais, c’est maintenant ou jamais, dressons nos fronts longtemps courbés et renversons les obstacles, de quelque nature qu’ils soient, en vue de prendre réellement le nouvel élan marqué par une prise de conscience collective et une plus grande rigueur dans les divers choix que nous opérons pour la désignation de nos représentants au sein des organes de gestion et de décision de notre beau pays, la RDC, chaque fois que nécessaire.

Cette journée mémorable de la signature de la charte de l’Alliance des Forces Sociales, n’est que le début d’une longue et périlleuse procession, de sensibilisation, de vulgarisation et de formation permanentes du souverain primaire, afin de l’outiller à suffisance et lui permettre d’exécuter des choix adéquats, chaque fois qu’il lui revient de décider de son sort.

Encore une fois, chère assemblée, au nom du collège des

Présidents et Coordonnateurs, nous vous adressons nos sincères remerciements en vous invitant, une fois de plus, à tenir bon, car le chemin ne sera pas sans embûches.

Que vive l’Alliance des Forces Sociales ;

Que vive le peuple souverain ;

Que vive la République Démocratique du Congo.

Je vous remercie.