Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Au cours du pré-congrès d’endoscopie : Le Prof. Dr Emmanuel Nzau a convaincu l’assistance à travers une hystérectomie d’une femme de 67 ans

En marge de 5 ans d’existence de la Fondation Daemmi Berlinde (FODAB),  organisation qui milite pour le développement de l’endoscopie en RDC, il s’ouvre aujourd’hui, vendredi 7 juillet 2023, au Palais du peuple, à Kinshasa, le premier congrès d’endoscopie en République démocratique du Congo. Il  se  clôture le samedi 8 juillet 2023. A cette occasion, près de 250 professionnels de santé venus de Kinshasa, des provinces et d’autres pays d’Afrique, de l’Europe et de l’Amérique, des éminents praticiens, des représentants des sociétés savantes avec impact sur le  changement des pratiques dans la société, vont discuter autour de la pratique de l’endoscopie en RDC, les défis et l’avenir de cette pratique qui présente d’énormes avantages pour la santé. Thème retenu : «De l’abnégation à l’endoscopie » avec comme sous-thème : «Développement de l’endoscopie en République démocratique du Congo (Afrique), Amélioration de la prise en charge de l’endométriose ».

En prélude de ce grand rendez-vous, un pré-congrès a été organisé hier, jeudi 6 juillet 2023, au salon Garamba du Bâtiment administratif situé non loin du Palais du peuple. Les participants ont essentiellement échangé sur l’endoscopie gynécologique, avec un accent sur l’endométriose, une maladie complexe responsable de douleurs pelviennes invalidantes chez la femme et aussi, dans certains cas, d’infertilité. Des démonstrations des examens d’endoscopie ont été vécues en direct  par l’assistance à partir d’une cabine, et aussi une hystérectomie (qui  est une chirurgie pratiquée pour enlever l’utérus) à partir d’une clinique. Ici, le Professeur Docteur Emmanuel Nzau a convaincu l’assistance à travers une hystérectomie d’une femme de 67 ans révolue qui soufrait du saignement. Elle avait été suspectée d’un cancer du col de l’utérus. A cet effet, l’opération s’est effectuée par voie basse. Et, elle serait rentrée chez elle après opération grâce à l’endoscopie qui commence à se développer en RDC. Des échanges d’expérience ont été effectués entre les experts en santé.

Pour le professeur Justin Mboloko, président du Congrès, l’endoscopie, est l’ensemble de techniques permettant d’explorer les cavités ainsi que les tubes de l’organisme humain, c’est-à-dire, les voies respiratoires, le tube digestif,  voire le ventre. ‘’On le fait soit de manière naturelle, soit on fait des trous comme vous l’avez vu là. Vous allez regarder à travers l’endoscope, des tiges munis d’éclairage et d’optique pour voir et puis une caméra pour capter l’image. On peut opérer tout en étant dehors à travers un moniteur. Ce sont des techniques qui sont très importantes en médecine et qui ont commencé depuis longtemps. C’est depuis longtemps que nous faisons un effort pour que ça soit amené ici, nous sommes parmi les pionniers mais, il y a des gens qui font la fierté de notre pratique notamment, le Professeur Nzau, et qui enseigne même l’endoscopie’’, a-t-il renchéri. 

 Et de rajouter : «A l’époque, pour faire ces types d’opération on devait ouvrir le ventre. Mais actuellement, vous avez vu, il n’est entré que par trois ou quatre trous seulement et il a enlevé la maladie…Il a enlevé sans même ouvrir le ventre de la patiente et la personne opérée aujourd’hui peut sortir le jour suivant. Le temps de séjour d’hospitalisations est très court, contrairement au passé où on faisait jusqu’à 10 jours avec des lésions pour la cicatrisation. Avec ça aussi on peut faire des opérations de one day, c’est-à-dire, opéré le matin et le soir le patient est libéré».

Il convient de signaler que ce congrès réunira des médecins généralistes, spécialistes, et ceux  en formation, des infirmiers, des sages-femmes pour des réflexions et échanges d’expérience. Il va également servir d’ouverture de plusieurs opportunités de collaborations dans le monde.  

Pour rappel, ce congrès est organisé  en  collaboration avec la faculté de médecine de l’Université de Kinshasa (UNIKIN).

Jules Ntambwe