Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Diffamations et fausses rumeurs, Kinshasa : Sylvano Kasongo à l’affût de ses détracteurs !

‘‘Maintenons l’image de nos institutions, de nos forces de sécurité et de Défense et   par truchement, de ses Officiers Généraux. C’est aussi ça le patriotisme’’, a écrit le Général Sylvano Kasongo dans une mise au point. En effet, dans un communiqué publié le 24 juillet, le Général Sylvano Kasongo a mis en garde toute personne qui publie des informations diffamatoires à son sujet à travers les médias ou réseaux sociaux au sujet d’un refus de sa part de répondre à sa nouvelle affectation.

Le mercredi 19 juillet dernier, la cérémonie de remise- reprise a eu lieu au Commissariat Provincial de la Police/Ville de Kinshasa. Sylvano Kasongo, attendu pour passer le bâton au nouveau chef de la Police de Kinshasa a brillé par son absence et s’est fait représenter par un intérimaire.

Depuis, les rumeurs ont fusé sur la toile congolaise prétendant qu’il n’aurait pas été content de sa nouvelle affectation.

Suite à tous ces propos, le concerné a publié une mise au point dans laquelle il dément toutes ces allégations. Selon lui, plusieurs soucis de santé «non-négligeables» l’ont conduit sous conseil de ses médecins traitants à poursuivre des soins spécialisés pour lesquels il a obtenu toutes les autorisations nécessaires.

«En ce qui concerne la notification qui m’attend de la part de ma hiérarchie, celle d’œuvrer pour mon pays dans la province du Kasaï, celle-ci sera exécutée avec honneur. Le policier «apolitique» sert son pays sans hésitation partout sur le territoire national et ce jusqu’au sacrifice suprême. Nous travaillons ainsi partout où le devoir nous appelle. Je rejoindrai le lieu de mon affectation notifiée sans désistement ou mécontentement», renseigne-t-il dans le document.

Aussi, il a rappelé que suivant les lois de la RDC, tout propos diffamatoire et toute médisance au nom d’un quelconque positionnement ou d’une certaine liberté d’expression sont passibles des poursuites judiciaires.

Déborah Nitu