Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Discours de haine,  incitation à la violence tribale,…CSAC : des suspensions en cascade après la marche de l’opposition

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication, CSAC, a,  dans un communiqué rendu public le lundi 22 mai 2023, annoncé la suspension de passage dans tous les médias de la République Démocratique du Congo du Journaliste Louis-France Kuzikesa. Une décision prise après le dernier numéro de son  émission ‘’ libre Opinion’’ diffusé  samedi 20 mai 2023 sur la chaine de télévision CML13.

Dans le communiqué, le CSAC accuse le présentateur  et ses invités d’avoir  ‘’une volonté délibérée de mettre en péril la cohésion nationale’’.Selon le conseil, cela s’est  traduit  par ‘’les discours de haine, ainsi que des propos tendant à inciter à la violence contre une tribu et à des attaques personnelles’’.

CML13, signal coupé !

Au vu de la gravité de la situation, le CSAC  a décidé de frapper la chaine de télévision, le journaliste et les invités de l’émission. De ce fait, la chaine de télévision CML13  a écopé de 45 jours de suspension  de signal. Elle a notamment, été sommée de présenter les documents administratifs, la grille des programmes et le cahier des charges avant sa reconnexion. 

Louis-France Kuzikesa, présentateur de l’émission, est par la même décision suspendu  de tout passage  dans tous les médias de la RDC  pour une durée de 72 jours.  Un avis de transfert de son dossier à l’UNPC est annoncé, à qui le Conseil a accordé un délai de sept jours pour une étude et des actions disciplinaires éventuelles et dépassé ce délai,  le CSAC va devoir reprendre le dossier. Et les deux invités, en l’occurrence  les députés nationaux Daniel Nsafu et Mike Mukebayi sont suspendus et privés de passage dans les médias émettant en RDC pour une durée de 90 jours.

Par ailleurs, le bureau du CSAC a recommandé aux chambres parlementaires concerné d’ouvrir des actions disciplinaires pour décourager cette délinquance dans les médias.

Pour la mise en œuvre de ces décisions, le bureau demande aux instances judiciaires, conformément aux dispositions de l’article 74 de la loi organique n°11/001 du 10 janvier 2021 sur le CSAC, de se saisir en flagrance au sujet de deux députés auteurs des infractions précitées. A la Renatelsat,  il a demandé  de prendre des dispositions urgentes pour la coupure du signal  de la chaine CML13. Le CSAC a ainsi exhorté les médias congolais de n’accorder la parole aux deux députés sanctionnés, tout en leurs rappelant que la diffusion des propos de la haine et d’incitation à la violence constituent  une violation tant de la loi que du code de déontologie des journalistes. Pour ce faire, leurs auteurs sont exposés  à des sanctions sévères, a-t-il conclu.Nelly Somba