Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

IXès Jeux de la Francophonie : Isidore Kwandja rassure !

Faisant suite aux rumeurs répandues sur les réseaux sociaux sur une prétendue pénurie d’eau au site d’hébergement des athlètes venus pour les jeux de la Francophonie, le Comité national des Jeux de la Francophonie, la société chargée de la rénovation des homes n’ont pas hésité,  le mardi 18 juillet, tour à tour, à démentir ces allégations.

Réagissant aux publications qui ont inondé la toile congolaise dans la matinée, Isidore Kwandja a tenu à expliquer à travers une vidéo publiée sur le compte twitter du Comité national des Jeux de la  Francophonie que les espaces ont été aménagés pour les athlètes afin de leur permettre d’avoir un agréable séjour à Kin. Selon lui, les athlètes devaient être accueillis à partir du 23 juillet, toutefois, la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports (CONFEJES, en sigle) a sollicité de la part de l’organisation une venue précoce des athlètes de certains pays afin qu’ils s’entrainent plus tôt. « Le 1er jour de leur arrivée, le réglage n’a pas été fait afin de permettre que l’eau monte dans les chambres où  nous avions logé les athlètes ; aujourd’hui moi je suis allé à l’Unikin, les images sont là vous pouvez les voir, l’eau coule dans les robinets. Nous avons fait intervenir rapidement la Regideso. »

Pour lui, la communauté  francophone doit être rassurée, car la RDC fait partie des pays qui ont suffisamment d’eau et donc, « il n’y aura pas de problème d’eau parce que le gouvernement a pris des décisions importantes pour que l’on puisse renforcer le système d’eau et pour les athlètes et pour les étudiants qui vont occuper les résidences juste après le départ des athlètes. »

Rejoignant le Directeur national des jeux, deux cadres de l’Entreprise Général de Construction de Kinshasa, société qui a procédé à la réhabilitation des homes de l’Unikin, se sont exprimés au sujet de la desserte en eau.

Le premier a expliqué qu’il y avait un souci à cause du décalage entre l’arrivée des athlètes et le réglage de certains petits problèmes techniques : « l’eau coule dans les robinets contrairement à ce qui circule sur les réseaux sociaux ; rien ne nous arrêtera dans la concrétisation de cette vision. Ces pavillons ne sont pas habités depuis trois ans, cette colline universitaire est alimentée en eaux par la Regideso. Il faut aussi dire qu’il y a eu un problème technique. Pour distribuer l’eau dans les chambres, il faut  allumer un petit moteur. Ce décalage entre l’arrivée des athlètes et le réglage de certains petits problèmes techniques était le souci. »

Le deuxième sur un ton ironique a  félicité les journalistes présents avec leur caméra car ils sont mesurent de voir et de partager laréalité : « Je ne  sais pas les ennemis des Jeux se servent de tout pour dire n’importe quoi, c’est pour cela que je suis très content que vous soyez venus vous-mêmes. Ce que vous  voyez est-il conforme à ce que vous avez vu sur les réseaux sociaux ? »

Pour rappel, dans son communiqué daté du mardi 18 Juillet, le Comité National des Jeux a haussé le ton sur le partage des rumeurs à son sujet ; il a mis en garde les auteurs de ces rumeurs en se réservant le jeu de les poursuivre en justice : «  le site du Village des Jeux étant le lieu de résidence des délégations, il est strictement interdit aux médias et particuliers d’y accéder avec du matériel de filmage ou d’utiliser leurs Smartphones pour filmer quoi que ce soit sans l’autorisation préalable du service de communication du Comité national  des Jeux de la Francophonie. Le CNJF tient par ailleurs à dénoncer la circulation tendancieuse sur les réseaux sociaux des images des ouvriers qui s’attelaient à tester la pression d’eau et à nettoyer les allées des homes nouvellement réhabilités avant l’arrivée des premières délégations.(..) Le CNJF met en garde les auteurs de ces propos et se réserve le droit de les poursuivre en justice.»

Il sied de noter que les délégations qui sont déjà arrivées dans la capitale congolaise sont celles du Togo, du Burkina-Faso, Bénin, Tchad, Niger, Congo-Brazza et Côte-d’Ivoire

Déborah Nitu