Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

IXès Jeux de la Francophonie, Kinshasa : la France, la Suisse et quelques pays francophones mis au parfum des préparatifs à une semaine du grand rendez-vous !

Place au dernier virage. Le train des préparatifs arrive à la gare. Tous les décors sont plantés sur les différents sites pour un évènement mémorable qui, pour la première fois de l’histoire, aura été organisé en République Démocratique du Congo, précisément à Kinshasa, la capitale. Plus de place pour le doute, ni l’incrédulité. Les IXès Jeux de la Francophonie vont se tenir bel et bien du 28 juillet au 06 août prochain. A l’heure qu’il est, tout est prêt. Le Gouvernement de la République, conformément aux instructions édictées par le Chef de l’Etat, ne ménage aucun effort et multiple, d’ailleurs, des stratégies pour offrir un spectacle digne de ce nom aux différentes délégations déjà sur place comme celles qui, dans les minutes, heures et jours suivants, vont fouler le sol congolais pour ce rendez-vous inédit, après la dernière édition, la huitième du genre, organisée en 2017, en Côte d’Ivoire.

Visite d’inspection sur les sites

A une semaine de l’ouverture solennelle des Jeux, les ambassadeurs de différents pays francophones en poste à Kinshasa ont pris plaisir à visiter les sites aménagés pour s’assurer à la fois des conditions d’hébergement des athlètes avant l’arrivée de leurs délégations et de la qualité du décor planté sur les différents sites aménagés. Accompagnés du Directeur du Comité national des Jeux, Isidore Kwandja, du Ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya, du Ministre des Sports  François Kabulo ainsi que du VPM en charge des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, Bruno Aubert de la France, Chaspert Sarott de la Suisse et consorts ont débuté leur itinérance par le site du stade de Martyrs. Ensemble avec les membres du Gouvernement, ils se sont rendu compte de la qualité des ouvrages, avant de se livrer au même exercice pour le site du stade Tata Raphaël. Ici, toutes ces personnalités ont visité le gymnase aménagé pour le judo et plusieurs ouvrages sortis des terres. Pour le cas des infrastructures qui ne seront pas prêtes à la date prévue, comme le grand gymnase implanté derrière la station essence situé sur Sendwe, les ingénieurs ont rassuré que les travaux vont se poursuivre, mais le site sera utilisé. C’est sur les hauteurs du campus de l’Unikin que le marathon a été bouclé. Ouvrages visités, la piscine olympique prête à recevoir les Jeux, le terrain du Plateau des professeurs doté d’une pelouse synthétique, les homes 30, 10 et plateaux, réhabilités dans les normes modernes. Ici, le constat est tel que les gros ouvrages sont prêts. Les travaux en cours  concernent plus le bitumage de quelques trafics. Le site a été desservi en eau potable, la sécurité assurée, l’électricité permanente, peut-on constater sur place. A en croire le Ministre Patrick Muyaya, la ville de Kinshasa est prête à relever le défi. Il a affirmé que la livraison de tous les ouvrages est prévue, sauf changement de dernière minute, pour le 23 juillet courant.

Fini le doute, adieu le suspens !

«Tout sera prêt à la date convenue. Normalement, tous les sites doivent être rendus au 23 juillet. Donc, à cinq jours du démarrage des Jeux. Nous sommes venus ici sur le site de l’Unikin, vous avez vu qu’il y a déjà des athlètes qui sont venus, qui sont logés et sont nourris. C’est un grand pas parce que la République démocratique du Congo a hérité de l’organisation des Jeux simplement en deux ans. Tout ce que vous avez pu voir, que ce soit au stade de Martyrs, au stade Tata Raphaël ou à l’Unikin, d’autres bâtiments sont sortis des terres. C’est l’occasion de dire merci à tous ces compatriotes et à toutes ces sociétés qui se donnent corps et âme. Nous espérons que les athlètes qui viendront pourront être bien accueillis et que les Jeux pourront être organisés dans les conditions modernes. Je dois rappeler ici que certains sites ont connu du retard parce qu’il était question d’adapter les conditions de participation à cette compétition aux standards modernes de ce qui se fait ailleurs. Nous avons un effort pour correspondre aux standards internationaux et maintenant, nous espérons que chaque jour, nous suivrons l’évolution de sorte que dans le début des Jeux, comme à la fin, tout se déroule comme nous le souhaitons », a indiqué Patrick Muyaya.

Muyaya salue la vision de Félix Tshisekedi

Pour lui, en effet, les Jeux de la Francophonie sont une occasion bénéfique pour la jeunesse congolaise, longtemps privée des infrastructures sportives répondant aux normes. Il est d’avis que la RDC peut se dire heureuse de recevoir des compétitions internationales pour toutes les disciplines qui sont concernées par les Jeux de la Francophonie.

«Il y a un aspect important dont on ne parle pas assez : la République démocratique du Congo, après la semaine des Jeux, pourra disposer des infrastructures sportives qu’on n’a pas eues depuis l’indépendance. C’est ça la grosse partie de tous ces investissements que nous avons faits. Malheureusement, le site de Tata Raphaël, qui devait servir de village, ne sera pas totalement prêt dans les délais. Vous avez vu qu’il y a un dispensaire, vous avez vu qu’il y a un centre de santé, un centre de conférence, vous avez vu qu’il y a un grand restaurant, il y aura certaines chambres qui pourront être prêtes mais on n’a pas voulu être dans le tâtonnement pour ce qui concerne les délégations. Mais, certaines pourront faire le choix suivant leurs préférences. Pour nous, nous considérons qu’à ce stade, l’essentiel est fait, nous attendons les Jeux. Et pour le reste, nous sommes plutôt contents pour nos différents jeunes qui pourront participer à des compétitions sportives ou se préparer pour de grandes compétitions dans les conditions modernes. La RDC pourra être heureuse de recevoir des compétitions internationales pour toutes les disciplines qui sont concernées par les Jeux de la Francophonie », a livré le Porte-parole du Gouvernement, légèrement épuisé, après un marathon qui valait, visiblement, son pesant d’or, à quelques jours du coup d’envoi des hostilités.

La Pros.