Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Kwamouth : la CENI annonce le début des opérations d’enrôlement des électeurs

Les différents états-majors des partis politiques et de nombreux acteurs de la société civile doivent être surpris de l’annonce de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) d’entamer l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs dans le territoire de Kwamouth dans la province du Mai-Ndombe. Dans un communiqué signé hier lundi 12 juin par la rapporteure de cette institution d’appui la démocratie, Patricia Nseya Mulela, cette opération débute du lundi 26 juin au lundi 10 juillet prochain. Une échéance de 15 jours pour permettre à la population de ce territoire de la province du Mai Ndombe de figurer dans le fichier électoral de 2023.

Pour faciliter ces opérations, indique ledit communiqué, les dispositions suivantes sont prises: -Le nombre d’électeurs attendus est de 109.442; le nombre des Centres d’inscription (CI) passe de 52 à 130; le nombre de kits d’enrôlement par Cl passe de 1 à 4.

C’est l’occasion pour la CENI d’inviter les autorités politico-administratives du territoire de Kwamouth de bien vouloir faciliter le bon déroulement des opérations d’identification et enrôlement des électeurs dans leur juridiction. Ce, avant de rappeler que l’accès aux Centres d’inscription, l’identification et l’enrôlement des électeurs sont totalement gratuits.

Situation sous contrôle

Il s’observe dans ce chef-lieu de la province du Mai-Ndombe une accalmie sur le plan sécuritaire après les affrontements entre deux ethnies en l’occurrence les Teke et les Yaka. Ce conflit interethnique a dû retarder le début de l’opération d’identification et d’enrôlement dans la province du Maï-Ndombe qui était pourtant retenue dans la première aire opérationnelle de la CENI.

La Centrale électorale de la République démocratique du Congo s’est ainsi trouvée dans l’incapacité de poursuivre le processus dans cette partie de l’ancien Grand Bandundu. Elle a attendu la stabilisation de la situation sécuritaire avant d’oser donner le «go» de cette opération.

Alors que la première aire opérationnelle, à l’instar de Kinshasa, avait débuté dès décembre dernier, l’identification et l’enrôlement des électeurs, Kwamouth devait attendre jusqu’au 16 février dernier. Malheureusement à cette date, les conditions n’étaient pas réunies pour cette opération.

Désormais, le Conseil des ministres qui a eu à entendre le vice-Premier ministre en charge de la Défense nationale et anciens combattants,  a confirmé qu’à l’Ouest, il s’observe une accalmie dans le territoire de Kwamouth, province de Mai- Ndombe. A cet effet, le gouvernement avait décidé de la mise en place d’une Commission chargée d’enquêter sur les exactions éventuelles perpétrées par les militaires dans le territoire de Kwamourh.

Le gouvernement met les bouchées doubles pour la sécurisation de la partie Est sous occupation du M23 soutenu par l’armée rwandaise. Le processus de Luanda et de Nairobi devait servir de levier pour le retour de la paix en cette partie du territoire de la RDC afin de permettre à la CENI d’y organiser aussi l’identification et l’enrôlement des électeurs.

Emma Muntu