Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

L’Etat est-il indispensable ?

(Par le Prof. Patience Kabamba)

La définition commune que nous avons apprise en sociologie de la part de Max Weber est que l’Etat est l’entité qui réclame avec succès le monopole de la violence légitime. Cela veut simplement dire que l’Etat seul a le droit de vous faire violence ou de vous arrêter ; aucune autre entité n’a ce pouvoir de violence sur les individus. Selon Max Weber, si le militaire a le droit de vous gifler par exemple, en revanche, vous ne pouvez pas répliquer à un agent de Etat qui vous gifle. Les images qui circulent des policiers ou militaires en uniforme et qui se livrent à des bagarres de rue, contredisent le fondement même de l’Etat. Un agent en uniforme de l’armée ou de la police représente l’Etat selon la définition wébérienne. L’Etat organise aussi la vie économique et politique du pays à travers l’organisation de la production économique et du deal politique y afférant. 

Pour le moment nous avons à faire à un régime politique qui dit œuvrer pour la cohésion nationale pendant que dans les actes, il tribalise l’administration de l’Etat, il fait porter à l’Etat ses charges privées et celles de tous les membres de son clan qui non seulement émargent au budget de la Maison Civile mais s’activent dans les affaires notamment au Katanga. Le gouvernement vante le projet de 145 Territoires alors qu’il a ignoré superbement les congolais qui l’ont conçu pour la bonne et simple raison qu’ils ne sont pas de son obédience politique encore moins de sa tribu.                                  

Voilà le diagnostic qui me fait poser la question sur l’indispensabilité de l’Etat comme entité ayant le monopole de la violence légitime. Le MDW va emprunter un raisonnement heideggérien pour montrer que l’Etat telle qu’il est organisé en République Démocratique du Congo n’est pas du tout indispensable. 

La science et la technique produisent des choses qui ont une valeur objective (ob-jectum) extérieure au sujet. Ces objets ont généralement une valeur fonctionnelle, instrumentale, esthétique, ou symbolique qui jouissent d’une signification ontique pour lesquelles ils ont été produits. Mais, dans la vie courante ce qui arrive est que ces objets prennent le caractère indispensable au point de devenir ontologiquement significatif. Il en est de même pour l’Etat en tant que tel.

En effet, l’Etat a acquis une certaine autonomie qui fait de lui une valeur ontologiquement prioritaire. L’Etat est même devenu un complexe biotechnologique éminemment indispensable. Cet organisme biotechnologique qu’est devenu l’Etat tend à s’imposer comme unique manière d’organiser la vie sociale. L’Etat est devenu à la manière des objets comme les téléphones, les voitures, les ressources virtuelles et digitales, un signifiant ontique d’un signifié ontologique ou transcendantal. Et nous trouvons tous des alibis même métaphysiques pour nous soumettre à l’Etat sans le questionner.

L’Etat est un arrangement social qui a pour but d’aider les individus qui s’y reconnaitre de mener une vie décente en terme de sécurité, santé, éducation des enfants et de nutrition. Lorsque ces objectifs ne sont pas atteints, les individus sont en droit de remettre en question l’organisation étatique qui est la leur. 

Le MDW nous appelle à quitter les définitions rigides et prêt-à-porter de l’Etat dans le sens d’un organisme biotechnologique. Pour nous, l’Etat est une forme de relations humaines. La caractéristique des rapports humains est celle d’être flexibles. Si une manière de vivre ensemble ne répond pas aux attentes d’un peuple, celui-ci est en droit de la changer pour le bien de tous. Si vous êtes dans une relation amoureuse et que votre partenaire vous traite comme moins que rien, la chose la plus normale à faire est de le quitter pour chercher quelqu’un qui vous respectera et qui vous rendra la dignité. C’est la même chose pour l’Etat qui est, je le répète, une forme des rapports sociaux. Nous ne sommes pas obligés d’avoir un président, deux chambres, une cinquantaine  des ministres et vice-ministres, des députés provinciaux. Cette forme d’Etat ne doit pas s’imposer à nous comme si elle était indispensable. Ce sont des productions externes à nous et qui n’ont pour rôle que de nous rendre la vie plus vivable.

A partir du moment où une forme étatique ne joue plus ce rôle, nous devons l’abandonner pour penser à d’autres formes d’arrangements sociaux plus adéquates à nos aspirations. Nous pouvons imaginer un système de production des richesses différent du capitalisme d’Etat que nous vivons ; nous pouvons lui associer un deal politique ou les ¾ du budget national n’ira pas dans les gros salaires qui sont devenus le type de vols institutionnalisés des deniers publics. 

Pourquoi acceptons-nous les écarts salariaux illogiques que nous connaissons au Congo ?

Il ne s’agit pas uniquement des individus au pouvoir, mais de la forme même du pouvoir et de l’organisation social dont elle émane. Nous sommes en droit de ne pas remettre, par exemple, le monopole de la violence légitime à un groupe des bandits qui s’en servent pour intimider les adversaires politiques et rendre leurs vies difficiles. Au nom de la flexibilité des relations humaines, nous sommes en droit de nous débarrasser des dirigeants qui coutent très chers au trésor public et dont la contrepartie se fait encore attendre. Nous sommes dans un mariage ou l’épouse n’est pas contente parce qu’elle est laissée à galérer au jour le jour alors que l’époux se la coule douce, il est dans la dolce Vita dans tous les coins du monde. L’indispensabilité de ce mariage doit être remise en question.

C’est cela que le MDW de cette semaine fait. Il nous invite à repenser à nouveaux frais l’Etat et à le des-ontologiser ; il est une donne ontique avec toute ses externalités même s’il se donne des signifiés métaphysiques sous des signifiants bien ontiques. Mettons nos intelligences ensemble pour repenser une nouvelle forme d’arrangement social.

Nous sommes des animaux sociaux et non pas des animaux étatiques, encore moins des animaux qui ne peuvent qu’être des Wébériens.