Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

La politique trompeuse des Etats-Unis sur l’Afrique est vouée à l’échec

Un article publié dimanche par l’analyste des affaires internationales Jong Il Hyon sous le titre « La politique trompeuse des Etats-Unis sur l’Afrique est vouée à l’échec » le texte complet comme suit :

Les fréquentes visites récentes des hommes politiques américains de haut rang en Afrique attirent l’attention de la communauté internationale.

Les visites des politiciens de haut rang de l’administration américaine tels que le vice-président, le Secrétaire d’Etat et le secrétaire au Trésor etc. ont été près de 20 fois cette année seulement, ce qui prouve que l’administration Biden a fait une réévaluation globale de la valeur géopolitique de l’Afrique et a mis la nouvelle stratégie africaine dans la phase de l’application à grande échelle.

Les gens du monde regardent avec étonnement et doutent des mouvements de l’administration Biden, tout à fait contraire à l’administration Trump qui a insulté l’Afrique avec des propos indécents.

 Essence de la nouvelle stratégie africaine

En soulignant l’importance géopolitique de l’Afrique, telle que sa croissance démographique rapide, ses richesses naturelles et son influence sur la scène onusienne,  les Etats-Unis ont annoncé en août de l’année dernière, une nouvelle stratégie africaine qui consiste à renforcer davantage la coopération avec les pays africains dans les domaines de la démocratie, de la sécurité, de l’économie, etc. au cours des cinq prochaines années.

Les politiciens de haut rang de la Maison Blanche qui se sont récemment rendus en Afrique comme pour prouver l’authenticité de la nouvelle stratégie ont débité une série de mots magnifiques et fait diverses sortes de promesses de coopération comme s’ils voulaient apporte une grande contribution à élimination de la crise économique, de la sécurité et du développement social dans les pays africains.

Mais, leurs paroles et leurs actes sur place offrent facilement comprendre l’objectif de la nouvelle stratégie africaine des Etats-Unis.

Le secrétaire au Trésor, le premier responsable américain, qui s’est rendu le premier dans la région cette année, a insisté sur la nécessité d’imposer un plafond de prix sur le gaz et le pétrole en provenance de la Russie tout en la qualifiant le coupable de la crise alimentaire du continent où il se rende. Et en Zambie, il a blâmé la Chine pour la crise de la dette extérieure de la région, en affirmant que la « coopération positive » de la Chine est nécessaire pour résoudre le problème de la dette extérieure du pays.

Le secrétaire d’État qui s’est rendu au Niger a également attisé l’atmosphère anti-russe en accusant la Russie sur ses activités militaires dans la région de l’Afrique de l’Ouest, et le vice-président qui s’est rendu au Ghana et en Zambie qui souffrent de la pire crise de la dette en Afrique, a fait une large publicité de «l’aide transparente» des États-Unis et du « danger » de l’investissement chinois.

Enfin, les paroles et les actes de ces américaine de haut rang rappellent la déclaration de la nouvelle stratégie africaine publiée par les Etats-Unis l’année dernière selon laquelle la Russie et la Chine créent de l’instabilité et défient l’ordre international pour leurs intérêts en Afrique.

Tous les faits prouvent que l’objectif de la nouvelle stratégie africaine des USA n’est jamais aux profits des pays africains mais pour continuer à détenir l’hégémonie sur la Chine et la Russie qui exercent des influences croissantes dans la région et ainsi poser un tremplin pour réaliser sa stratégie mondiale.

 L’indépendance est une tendance irrésistible de l’époque

 Plus les pratiques autoritaires et arbitraires des États-Unis en quête d’hégémonie en Afrique sont toujours croissantes, plus suscitent toujours croissantes la dénonciation et la rebuffade de la part des pays de la région.

L’Afrique du Sud, pays président des BRICS, commentant cette année les inquiétudes des États-Unis concernant les exercices militaires navals conjoints que son pays prévoyait d’organiser avec la Chine et la Russie dans les eaux au large de son pays en janvier, a officiellement clarifié sa position lors de la visite du Trésor américain en précisant que les exercices sont des activités naturelles et indépendantes pour le développement des relations avec la Chine et la Russie. L’Afrique du Sud a organisé les exercices militaires conjoints au cours de la période du 17 au 27 février comme prévu et fait des efforts positifs pour accueillir avec succès le sommet des BRICS prévu en août de cette année, malgré la délivrance du mandat d’arrêt contre le président Poutine par la Cour pénale internationale Rechercher.

Un membre du parlement du Ghana, concernant la demande du vice-président américain au gouvernement ghanéen de garantir les droits des homosexuels, a affirmé que « le bilan des droits de l’homme du vice-président américain et de son pays est époustouflant et il n’y a rien à apprendre pour les Ghanéens de leur part ».

Le chef du Parti social de Zambie a déclaré que, « ce que les États-Unis recherchent en Afrique, est leurs intérêts géopolitiques et économiques, et non la démocratie et les droits de l’homme. C’est pour eux, pas pour nous ».

La position indépendante des pays africains rejetant les pratiques autoritaires et arbitraires d’une grande puissance spécifiée et aspirant à l’établissement d’un ordre international juste est clairement démontrée par leurs efforts pour résoudre tous les problèmes en fonction de leurs situations spécifiques et pour répondre à leurs propres intérêts.

Lors de la 36ème session ordinaire de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine tenue à Addis-Abeba en février dernier, le président du Comité de l’Union a évalué les réalisations accomplies dans le travail de désamorçage des guerres civiles et de l’instabilité politique en Éthiopie, au Soudan et en Libye l’année dernière, conformément au principe de « la solution des problèmes africains par les Africains », et a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à redresser l’ordre international actuel qui a exclu l’Afrique.

La situation prouve que les pratiques autoritaires et arbitraires des États-Unis basées sur l’hégémonie ne fonctionnent plus au continent africain.

Le journal français « Le Monde » dans un article intitulé « La fin de la domination sur l’Afrique, passage à l’Afrique indépendante » a analysé la situation récente en Afrique et conclu qu’une nouvelle ère s’annonce sur le continent grâce à la lutte vigoureuse des pays de la région sous le slogan de « l’Afrique par les Africains ».

Plus les Etats-Unis intensifient désespérément les efforts pour maintenir l’ordre international obsolète, plus ils seront exposés à aggraver de manière flagrante leur situation difficile, et leurs tentatives pour s’emparer des pays africains plus ils seront vouées à l’échec grâce au désir et à la prise de conscience croissants des pays de la région pour l’indépendance.

www.kcna.kp (2023..5.7.)

(traduit de l`anglais)